Guide des cérémonies commémoratives : Poèmes

Au champ d'honneur

Au champ d'honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix; et dans l'espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.
Nous sommes morts
Nous qui songions la veille encor'
À nos parents, à nos amis,
C'est nous qui reposons ici
Au champ d'honneur.
À vous jeunes désabusés
À vous de porter l'oriflamme
Et de garder au fond de l'âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d'honneur.

- Jean Pariseau
Une adaptation du poème « In Flanders Fields » de John McCrae

Jean Pariseau (1924-2006) est originaire de Donnelly en Alberta. Il a servi dans l'aviation avec les Forces armées canadiennes, atteignant le grade de colonel. Il deviendra historien militaire et occupera le poste d'historien en chef de la Défense nationale.

En mai 1915, un des meilleurs amis du docteur canadien John McCrae a été tué dans une tranchée près d'Ypres en Belgique. Il a été enterré dans une humble tombe ornée d'une simple croix de bois. Des coquelicots sauvages ont fleuri entre les croix marquant de nombreuses tombes. Le jour suivant, incapable d'aider son ami et tous les autres soldats morts, le docteur McCrae leur a donné une voix dans son poème.

Le 28 janvier 1918, John McCrae a succombé à une pneumonie et à une méningite. Il est mort sans connaître les résultats de la guerre, mais en comprenant pleinement son coût. Avant de mourir, le docteur McCrae a eu la satisfaction de voir son poème remporter un franc succès. Peu de temps après sa publication, il est devenu le poème le plus populaire sur la Première Guerre mondiale. Il a été traduit dans de nombreuses langues et a été utilisé sur des panneaux annonçant la vente des premières obligations de la Victoire au Canada en 1917.

En partie à cause de la popularité du poème, le coquelicot a été adopté comme fleur du Souvenir. Le coquelicot symbolique et le poème de John McCrae demeurent liés, et les voix de ceux qui sont morts à la guerre continuent d'être entendues à tous les jours du Souvenir.

Paroles de In Flanders Fields

Une version musicale du poème In Flanders Fields (en anglais seulement) a été écrite en hommage aux hommes et aux femmes des Forces armées canadiennes qui ont libéré le peuple néerlandais en 1945.

Prière avant le combat

Quand, sous le grondement des canons,
je mène ma troupe à l'assaut des Teutons,
je me sens seul, faible, terrifié
et m'étonne souvent d'avoir osé
accepter ce poste de commande.
Troublé, angoissé, je demande
à Dieu, je le prie de m'entendre,
d'écouter sans attendre
mon profond désarroi.
Approche-toi, mon Dieu, aide-moi.
Aide-moi à me soumettre,
à mériter le pouvoir confié.
Si la mort qui me guette
se décide à frapper
Guide-moi, mon Dieu, vers ta clarté.
Mes hommes ne doivent pas sentir
de ma peur les entraves.
Aide-moi, qu'ils puissent dire,
" C'était un brave ".

- Alexander Railton Campbell

Cette prière sous forme de poème est une traduction de « Prayer before Battle ». Elle a été écrite par le Major canadien Alexander R. Campbell durant la guerre. Il est mort au combat au cours de la bataille d'Ortona en Italie, le 25 décembre 1943.

Haute voltige

Oui: j'ai scindé mes liens avec le sol
Et valsé dans les cieux avec les fées;
J'ai fait des soubresauts lorsqu'en plein vol
J'ai taquiné les nues rose-argentées.
Sous le soleil j'ai vu la voûte immense,
Senti le vent effleurer mes sourcils,
Quand tout-à-coup j'entendis le silence:
J'avais vaincu ma peur du grand défi
Toujours plus haut, dans le ciel azuré,
Là où les aigles ne sauraient planer,
Moi, j'ai pourtant voulu outrepasser
Les bornes du bonheur. Et tendrement
J'osai, au tout sommet du firmament
Toucher le front du Dieu omnipuissant.

- Jean Pariseau

Une adaptation du poème « High Flight » de John Gillespie Magee, Jr.

John Gillespie Magee, Jr. est né à Shanghai, en Chine, en 1922. En octobre 1940, à l'âge de 18 ans, John Magee Jr. s'enrôle avec l'Aviation royale canadienne. Après son entraînement de vol, il se rend en Angleterre avec le rang de sous-lieutenant d'aviation breveté. Au cours de son entraînement avec l'avion Spitfire, on lui assigna la tâche de mener une envolée à haute altitude, « dans la stratosphère ». Après avoir atterri, il retourna à ses quartiers et écrivit son fameux sonnet High Flight sur le revers d'une lettre qu'il avait écrite à sa mère.

Date de modification :