Le courage de la résignation

Des héros se racontent

Le courage de la résignation

Transcription
Puis là, dans l’automne, c’était plus au nord là, à Ortona. Là j’ai passé l’hiver là. On était là dans la bataille là, on était tout le temps proche là. Mais des fois on allait, on (inaudible)... la munition quand même. On allait les porter, les gros, les petits canons là. Tu voyais que (inaudible)... c’était pas mal loin. On voyait les Germans là en avant, quand on allait porter. On pensait rien qu’à son ouvrage. On avait rien que ça à faire, fallait prendre une chance. C’était meilleur que d’être - comment est-ce qu’ils appeliont ça là, ceux qui combattiont là - l’infantry. Oh j’ai eu des close calls, mais ça fait rien. Des fois il passait un airplane là, les Germans là, puis ils shootaient après nous autres, fessait le truck là, ça me faisait pas rien. Y’avait une fois là, c’était un beau chemin, on drivait puis on voyait de loin et puis trois planes qui veniont... j’ai pensé, ils tiriont sur le chemin là, il avait d’army truck. So j’arrête ça, à l’emergency, je saute en bas puis j’étais droite sur le fet d’une trunk - comment est-ce qu’on appelons ça - sous le chemin là, y’avait un culvert, (inaudible), y’ont passé. J’ai sorti puis j’ai reparti. Ils avont fessé je crois une fois, quelques endroits. Je sais pas là (inaudible)... j’avais rien dans mon camion. Anyways ça a passé. C’est des chances qu’on prenait, on allait là pour ça.
Description

M. Gallant raconte la bataille d’Ortona et nous fait comprendre qu'il faut s'armer de courage pour foncer malgré les bombes qui tombent.

Amand Joseph Gallant

M. Gallant est né à Urbainville, Î.-P.-É, le 23 juin 1922. Avant son enrôlement en 1942, à l’âge de 19 ans, il vivait d’un maigre salaire de travailleur sur la ferme. Il suit son instruction militaire de base à Charlottetown puis il est envoyé à Debert. C'est là qu'il est recruté par le régiment Princess Louise Fusiliers avant d’être envoyé à Halifax pour s’embarquer sur le Queen Elizabeth à destination de l’Angleterre. Employé par le Corps royal de l’intendance de l'Armée canadienne (RCASC), il devient chauffeur de camions lourds. En août ou septembre 1943, on l'envoie participer à la campagne d'Italie. Il débarque à Naples. Plus tard, il prendra part aux batailles du Mont Cassino et d’Ortona. En juillet 1945, il quitte l’Italie pour la France. Il débarque à Marseille avant de traverser le pays pour servir quelque temps en Belgique et en Hollande et être désigné à l’occupation alliée de l’Allemagne. De là, il fait le relais entre la Belgique et l’Allemagne aux fins de ravitaillement et de transport de prisonniers. Il était en Allemagne pour le jour de la Victoire, et il est resté un an dans ce pays. De retour au Canada, en 1946, M. Gallant retourne à l’Î.-P.-É. (Wellington) retrouver sa famille. Nous n’avons aucune information sur sa mère, mais nous savons que son père était fermier et qu'il a été un ancien combattant des deux grandes guerres (il faisait partie de la Veterans’ Guard, en France, lors de la Seconde Guerre mondiale). M. Gallant avait six frères et cinq soeurs. Deux de ses frères, un plus vieux et un plus jeune, ont également combattu pendant la Seconde Guerre mondiale.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Durée :
02:18
Personne interviewée :
Amand Joseph Gallant
Guerre ou mission :
Seconde Guerre mondiale
Emplacement géographique :
Europe
Branche :
Armée
Unité ou navire :
Princess Louise Fusiliers et Corps royal de l’intendance de l'Armée canadienne (RCASC)
Occupation :
Chauffeur de camions

Droit d'auteur ou de reproduction

Date de modification :