L'histoire inspirante d'un coureur

Cette publication est disponible dans d’autres formats sur demande. PDF Version

Alexander Decoteau in 1942.

Alexander (Alex) Wuttunee Decoteau est né en 1887 sur la réserve de Red Pheasant, en Saskatchewan. Son père était métis et sa mère était crie. Alors qu’il était un jeune homme, il a déménagé en Alberta où il allait devenir le premier officier de police autochtone au pays lorsqu’il s’est joint au corps de police d’Edmonton, en 1909.

Coureur de fond exceptionnel, il a remporté la plupart des principales compétitions sportives du genre dans l’Ouest du Canada pendant sa carrière d’athlète. Il s’est même qualifié pour représenter le Canada à la course de
5 000 mètres aux Jeux olympiques de 1912 à Stockholm, en Suède! Il s’est qualifié pour l’épreuve finale, mais a malheureusement été affligé de crampes aux jambes, ce qui a affecté sa performance.

En 1916, alors que la Première Guerre mondiale faisait rage, Alex s’est enrôlé dans l’Armée canadienne. Il a servi dans le 202e Bataillon d’infanterie (le bataillon des sportifs d’Edmonton), puis dans le 49e Bataillon en tant que messager, une tâche très dangereuse consistant à livrer des messages à travers le champ de bataille, exposé aux tirs de l’ennemi. Cela ne l’a toutefois pas empêché de compétitionner. D’ailleurs, il a continué à courir et à participer à des courses organisées par l’armée en Angleterre, où son groupe s’entraînait. Lors d’un événement sportif militaire tenu dans ce pays (une distraction courante pour les soldats pendant la guerre), il a remporté une course de cinq kilomètres. Le roi George V qui y assistait lui a remis sa montre en or personnelle à titre de récompense! Alex en était très fier et la gardait précieusement dans sa poche.

Durant l’automne 1917, le soldat Decoteau a combattu avec les troupes canadiennes sous la pluie interminable et dans la boue jusqu’aux genoux pour s’emparer de la petite ville de Passchendaele (prononcée Pass-chen-daele), en Belgique. Les Canadiens ont finalement réussi à dérober la ville aux Allemands le 10 novembre 1917. Cependant, la bataille de Passchendaele a été l’une des pires batailles de la Première Guerre mondiale et cette victoire s’est avérée très coûteuse. Quelque 16 000 jeunes hommes canadiens ont été tués ou blessés. Un siècle plus tard, on se souvient de la bataille de Passchendaele comme l’une des pires horreurs de la Première Guerre mondiale, ayant causé la perte de tant de jeunes vies.

Tragiquement, le soldat Decoteau était l’un de ces jeunes hommes. Il a été tué en octobre 1917, juste avant son 30e anniversaire. L'histoire raconte que le tireur d'élite allemand qui a tué Decoteau lui a volé sa montre en or. Cependant, des camarades ont récupéré le précieux objet et l'ont fait parvenir à la mère du soldat Decoteau.

Gravestone

Le soldat Decoteau repose à Ypres, en Belgique, dans le Nouveau cimetière britannique de Passchendaele qui surplombe les champs paisibles de la campagne belge. Un rosier se trouve juste à droite.

Des amis et membres de sa famille ont tenu une cérémonie spéciale en 1985 afin de ramener son esprit sur sa terre natale, à Edmonton, la ville où il a eu une grande influence. Les membres de la Première nation de Red Pheasant, des Forces armées canadiennes et du service de police d'Edmonton étaient tous présents.

Cela fait maintenant cent ans que le soldat Decoteau est décédé, mais son nom perdure toujours et continue de nous inspirer. En 1967, Decoteau a été intronisé au Temple de la renommée des sports d'Edmonton où bon nombre de ses exploits sportifs ont été réalisés. Le Musée et centre d’archives du service de police d’Edmonton abrite plusieurs de ses trophées et distinctions personnelles et militaires, dont une médaille de participation aux Olympiques.

En tant qu’officier de police et athlète, Decoteau avait établi une relation spéciale avec les jeunes. Aujourd’hui, en guise d’hommage mérité, il représente toujours un modèle, tant pour les jeunes que pour les adultes, et son dévouement envers le Canada et l’athlétisme est commémoré grâce à la course Alex Decoteau. La ville d’Edmonton a créé cette course en 2001. Elle a aussi nommé une rue en son nom (Decoteau Way) et un parc. Une course Alex Decoteau de cinq kilomètres se tient également chaque année en Belgique, sur le champ de bataille historique.

Date de modification :