Médaille du sacrifice (MS)

Collaborateurs

Contexte

La Médaille du sacrifice fut créée suite à l’augmentation des pertes en opérations outre-mer et afin de combler le désir des Canadiens et du Gouvernement de fournir une forme de reconnaissance formelle, par l’attribution d’une médaille officielle émanant de la Couronne, à ceux et celles qui sont été tués en raison du service militaire ou blessés par une action hostile. Cette distinction honorifique remplace le Galon de blessé.

Admissibilité et critère

La Médaille peut être décernée aux membres des Forces canadiennes (FC), aux membres de forces alliées intégrés aux FC — comme ceux en échange, aux membres du personnel civil de l’administration publique fédérale ou aux citoyens canadiens engagés à contrat par le gouvernement du Canada, à la condition qu’ils soient déployés dans le cadre d’une mission militaire qui relève des FC et qui sont décédés ou ont été blessés lors de circonstances honorables, le 7 octobre 2001 ou après cette date, en conséquence directe d’un acte d’hostilité, à la condition que la blessure subie ait nécessité des traitements par un médecin et que ceux-ci soient documentés.

La Médaille peut également être décernée à titre posthume à tout militaire des Forces canadiennes qui a servi le ou après le 7 octobre 2001 dans la Force régulière, la Réserve première, le Service d’administration et d’instruction des organisations de cadets ou avec les Rangers canadiens, ou tout membre de la Réserve supplémentaire qui a servi au sein ou avec l’une des composantes susmentionnées le ou après le 7 octobre 2001, et est mort dans des circonstances honorables en conséquence directe d’une blessure ou d’une maladie liée au service militaire.

Lorsque le lien entre la mort d’un membre des FC et son service militaire est sans équivoque, la MS sera décernée sans tarder. Lorsque la cause du décès n’est pas claire, la MS ne sera attribuée qu’au moment ou Anciens Combattants Canada (ACC) aura officiellement déterminé que la mort du membre des FC est attribuable à son service militaire. Dans un tel cas, il faut s’attendre à un certain retard avant que la MS ne puisse être attribuée.

Consultez la liste d’exemples de Cas éligibles ou de Cas inéligibles.

Description

La Médaille du sacrifice est une médaille en argent de forme ronde portant:

à l’avers une effigie contemporaine de Sa Majesté la Reine du Canada portant un diadème canadien composé en alternance de feuilles d’érable et de flocons de neige, entourée des inscriptions « ELIZABETH II DEI GRATIA REGINA » et « CANADA » séparées par de petites feuilles d’érable et

au revers une représentation de la statue appelée « Canada » — qui fait partie du Monument commémoratif du Canada à Vimy —, faisant face à droite, le regard tourné vers l’horizon. L’inscription « SACRIFICE » figure dans la partie inférieure droite de la Médaille.

L’effigie de Sa Majesté représente non seulement la Reine comme chef d’état du Canada (message renforcé par le mot « CANADA » et les feuilles d’érable) et chef des forces armées mais aussi comme FONS HONORIS (la source de toutes les distinctions). La Reine est la seule personne pouvant créer une distinction honorifique officielle au Canada et toutes les distinctions canadiennes sont décernées en son nom. La tradition généralement suivie depuis le milieu du 19e siècle veut que l’on illustre de qui la médaille vient à l’avers, ce que la médaille représente au revers et à qui la médaille est décernée sur la tranche. La statue « Canada », conçue par l’architecte Walter Seymour Allward et faisant partie du Monument commémoratif du Canada à Vimy, symbolise le Canada, mère de la nation pleurant ses enfants disparus. Cette figure triste personnifie la douleur éprouvée pour les vies perdues et brisées par le conflit et crée un lien avec Vimy, proclamé par plusieurs comme le lieu de naissance de la nation et l’un des engagements militaires les plus marquants de l’histoire canadienne. Elle fait face à un large espace ouvert représentant la solitude et l’isolation du deuil mais aussi l’avenir. La statue représente une femme, portant une cape et un capuchon, la tête penchée et le regard vers le sol avec le menton reposant dans sa main. Elle tient une branche de laurier dans sa main droite, symbole de paix, d’honneur et de sacrifice.

La Médaille est munie d’une attache ayant la forme de la Couronne royale à laquelle est fixée une barrette de suspension droite.

Le ruban est un ruban moiré de 32 mm de largeur comportant une bande centrale noire de 10 mm, bordée de chaque côté d’une bande rouge de 11 mm qui porte en son centre une bande blanche de 1 mm. Le noir représente le deuil pour les morts et le choc des blessures, le rouge représente le sang versé et le blanc, l’espoir pour un avenir meilleur. Le rouge et le blanc sont aussi les couleurs officielles du Canada tel que décrété par le Roi George V en 1921.

La barrette est en argent et comporte une bordure en relief et une feuille d’érable au centre.

 

Barrette(s)

Une barrette est décernée pour les occasions subséquentes qui auraient justifié l’octroi de la Médaille.

Port de L'insigne

La Médaille du sacrifice est portée dans l'ordre prévu par la Directive canadienne sur les ordres, décorations et médailles et de façon suivante:

sur le côté gauche de la poitrine, suspendue au ruban décrit ci-dessus, entre la Médaille royale de Victoria et la Médaille du Golfe et du Koweït;

Une barrette est portée au centre du ruban; si plusieurs barrettes ont été décernées, elles sont espacées également sur le ruban; et

Si le ruban est porté seul, une feuille d’érable de couleur argent est portée au centre du ruban de la Médaille pour indiquer l’attribution d’une barrette, de couleur dorée pour indiquer l’attribution d’une seconde barrette et de couleur rouge pour indiquer l’attribution d’une troisième barrette. Si plus de trois barrettes sont attribuées, les insignes sont portés en combinaison les uns avec les autres pour indiquer le nombre total de barrettes attribuées (par exemple une feuille d’érable rouge et une feuille d’érable dorée représentent l’octroi de cinq barrettes, etc.).

Initiales

L'utilisation d'initiales honorifique n'est pas permise pour cette médaille.

Notes Historiques

Le capitaine Carl Gauthier de la Direction – Distinctions honorifiques et reconnaissance et Cathy Bursey-Sabourin, Héraut Fraser de l’Autorité héraldique du Canada à la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall, ont collaborés afin de créer le dessin de la Médaille.

La Médaille est faite d’argent Sterling et est laquée afin de prévenir l’oxydation. Elle est fabriquée par la Monnaie royale du Canada.

La tranche de la Médaille porte les numéro de service, grade, initiales du prénom et nom du récipiendaire militaire ou les prénoms et nom du récipiendaire civil.

La Médaille fut d’abord annoncée le 29 août 2008 mais des questions se sont vite posées, spécialement en ce qui à trait à l’exclusion des décès accidentels. Le Ministre de la Défense nationale a demandé au Chef d'état-major de la Défense d'étudier les critères et de faire des recommandations au comité gouvernemental approprié. La présentation inaugurale de la Médaille, initialement prévue pour le 12 novembre 2008, fut remise jusqu'à ce que la révision soit complétée. La révision à résulté en un élargissement du critère posthume de la Médaille afin de couvrir tous les décès reliés au service militaire plutôt que le limiter aux décès reliés à un acte hostile uniquement. Ce changement signifie que le volet posthume de la Médaille correspond maintenant au critère récemment modifié de la Croix du souvenir, du Parchemin commémoratif, de la Barrette commémorative de même que pour l’inscription au 7e Livre du souvenir. Les autres aspects de la Médaille, incluant le critère pour les blessés (qui demeure relié à l’action hostile et donc au critère de l’ancien Galon de blessé que la Médaille remplace), la date du début de l’éligibilité et le dessin de la Médaille demeurent inchangés.

La cérémonie de présentation inaugurale eu lieu le 9 novembre 2009 dans la salle de bal de Rideau Hall à Ottawa. À cette occasion, Son Excellence, la très honorable Michaëlle Jean, CC, CMM, COM, CD, Gouverneure générale et Commandante en chef du Canada présenta la Médaille à 46 récipiendaires représentatifs, 21 de ces présentations étaient à titre posthume dont celle pour le seul récipiendaire civil à ce jour, M. Glyn Raymond Berry. Le tout premier récipiendaire, et le seul récipiendaire de la Médaille avec barrette ce jour là, fut le caporal-chef Lance Thomas Hooper, MSM, CD.

En date du 1er juin 2012, il y avait eu 705 octrois de la Médaille dont 19 avec la barrette.

Date de modification :