Mention élogieuse à l’intention des unités des Forces canadiennes

Collaborateurs

Contexte

La Mention élogieuse à l’intention des unités des Forces canadiennes est une récompense collective créée pour reconnaître le service distingué d’une unité militaire.

Admissibilité et critère

La Mention élogieuse à l'intention des unités des Forces canadiennes (FC) peut être décernée à toute formation, unité ou sous-unité des FC, ou à toute autre organisation semblable d'une force armée étrangère travaillant avec les FC ou de concert avec elles, qui a accompli un exploit au-delà des exigences de ses fonctions normales. Elle ne peut être attribuée aux gagnants de compétitions que dans des circonstances très exceptionnelles.

Il convient de noter qu’une activité ou un acte extraordinaire accomplis avec un degré d’excellence exceptionnel dans des circonstances extrêmement périlleuses, en situation de guerre ou s’apparentant à la guerre dans un théâtre d’opérations, ne seraient pas reconnus par cette récompense, mais peuvent être admissibles à la Mention élogieuse du Commandant en chef.

Description

La Mention élogieuse comporte trois éléments :

 

Barrette(s)

Sans objet

Port de L'insigne

Aucun élément de cette récompense ne peut être porté.

Initiales

Sans objet

Notes Historiques

Le 17 novembre 1980, le général Ramsey Muir Withers, CMM, CD, qui était alors Chef d’état-major de la Défense (CEMD), a approuvé le concept de la Mention élogieuse des Forces canadiennes à l’intention des unités durant une réunion avec des commandants, et il leur a demandé de lui faire des suggestions pour le symbole qui allait faire partie de la récompense. À la suite de longues discussions sur le sujet avec tous les commandements, le général Withers a approuvé la conception du fanion d’origine, en mars 1983. Le règlement régissant l’attribution de la récompense (OAFC 18-20) a été diffusé le 3 mai 1985, une fois les fanions produits.

La Mention élogieuse des Forces canadiennes à l’intention des unités était à l’origine représentée par un fanion dont les côtés mesuraient 90 cm, soit le double de la longueur de la base (45 cm), sur lequel était reproduit le symbole propre à la Mention élogieuse du CEMD, soit une barre or avec trois feuilles d’érable or accolées, comme celles qui se trouvent à la base du bouclier des Armoiries du Canada, qui se découpaient sur un fond du même vert que celui de l’uniforme des FC. Le fanion symbolique devait être exposé dans les logements de l’unité, hissé par les unités sédentaires et les unités en campagne ou peint sur les passerelles des Navires canadiens de Sa Majesté. Il était accompagné par un parchemin encadré sur lequel étaient inscrits le nom de l’unité ou de la sous-unité citée, un texte explicatif de circonstance écrit dans les deux langues officielles et la signature du CEMD.

Durant une réunion qu’il a tenue en décembre 1989, le Comité sur les distinctions honorifiques des FC a décidé de remplacer l’insigne choisi pour la Mention élogieuse des Forces canadiennes à l’intention des unités par un médaillon présenté dans une boîte-cadre. La boîte-cadre devait aussi contenir un parchemin avec la citation et le fanion portant un même insigne. Le 18 décembre 1990, le nouvel insigne avait été produit, mais il ne correspondait pas tout à fait au modèle que le Comité avait conçu l’année précédente : il n’y avait pas de boîte-cadre. La récompense comportait un médaillon or gravé (décrit plus haut), qui devait être exposé en permanence, un parchemin sur lequel était inscrite la citation, désormais dans les deux langues officielles, et était gravé en or l’avers du nouveau médaillon, qui était entouré d’une double bordure or, et un nouveau drapeau (décrit plus haut), qui devait être accroché à un mât durant un an à compter de la date de la présentation de la récompense, comme marque d’honneur publique. Par la suite, le drapeau pouvait être conservé comme un objet historique et un souvenir de la récompense. À l’origine, les règles qui s’appliquaient à la suspension du drapeau étaient telles que le public était mieux informé de l’attribution de la récompense honorifique que des honneurs de guerre. Toutefois, une représentation convenable du médaillon peut être exposée en permanence sur la passerelle d’embarquement, sur le support de la bouée de sauvetage de cérémonie de l’un des Navires canadiens de Sa Majesté, accompagnée de l’année de l’attribution de la récompense en chiffres or.

À l’automne 2009, les responsables ont modifié le parchemin de la Mention élogieuse des Forces canadiennes à l’intention des unités afin d’uniformiser le certificat qui accompagne toutes les récompenses des FC décernées par le Ministère. Sur le nouveau parchemin, les inscriptions sont imprimées sur un papier épais de couleur crème, et elles ne sont pas entourées de bordures. L’insigne des FC y est imprimé en relief, en or. Le parchemin renferme des inscriptions dans les deux langues officielles, soit le nom de la formation, de l’unité ou de la sous-unité citée, et une citation personnalisée, et il est signé par le CEMD. Il est présenté non plus dans un cadre, mais dans une chemise bleue en cuir, sur la couverture de laquelle se découpe l’insigne des FC, imprimée en relief, en or.

Le nombre de Mentions élogieuses des Forces canadiennes à l’intention des unités décernées s’élevait à 147 en date du 1er janvier 2016; ces Mentions élogieuses des Forces canadiennes à l’intention des unités comprennent les trois Mentions élogieuses du CEMD qui avaient à l’origine été décernées à des groupes avant d’être converties en Mentions élogieuses des Forces canadiennes à l’intention des unités.

Date de modification :