Médaille britannique du service méritoire (M.S.M.)

Médaille <em>britannique</em> du Service méritoire.  Une médaille circulaire en argent de 1,42 pouce de diamètre.

Médaille britannique du service méritoire (M.S.M.)

Collaborateurs

Contexte

La médaille était décernée en reconnaissance d’un service de valeur méritoire.

Admissibilité et critère

Cette décoration était décernée aux adjudants et aux sous-officiers supérieurs (à partir du grade de sergent) libérés après 21 années de service (18 années s’ils étaient invalides) qui avaient mérité la Médaille d’ancienneté de service et de bonne conduite. Le nombre de récipiendaires vivants ne devait au départ pas dépasser 40, mais il a été porté à 75 en 1928 et à 100 en 1939.

Pour bravoure

En 1916, la M.S.M. était décernée aux officiers et au personnel non-officier en reconnaissance d’actes de bravoure accomplis dans l’exercice des fonctions militaires en d’autres circonstances que pendant les opérations contre l’ennemi, ou pour sauver ou tenter de sauver la vie d’un officier ou d’un soldat, ou encore pour dévouement sur un théâtre d’opérations.

Il a été décidé le 7 décembre 1928 de cesser de décerner cette décoration pour bravoure, puisque la Médaille de l’Empire britannique servait désormais à cette fin. Les Règlements et Ordres royaux de 1939 faisaient état de la M.S.M. et précisaient qu’elle pouvait être décernée à un soldat de la milice active recommandé pour la recevoir en reconnaissance d’un acte de bravoure dans l’exécution de ses fonctions militaires (pas nécessairement en service actif), pour avoir sauvé ou tenté de sauver la vie d’un officier ou d’un soldat, ou encore pour dévouement dans un théâtre d’opérations.

Description

Une médaille circulaire en argent de 1,42 po de diamètre. Pour montage, une barrette à listel ouvragé est fixée à la médaille avec une griffe simple.

Sur l’avers:

Version du roi Édouard VII : Une effigie du roi en uniforme de feld-maréchal, tourné vers la gauche, avec la légende : « EDWARDVS VII REX IMPERATOR ».

Versions du roi Georges V :

  1. Une effigie du roi en uniforme de feld-maréchal, tourné vers la gauche, avec la légende : « GEORGIVS V BRITT : OMN : REX ET IND : IMP : »
  2. Une effigie numismatique du roi couronné, tourné vers la gauche, avec la légende : « GEORGIVS · V · D · G · BRITT · OMN REX · ET · INDIAE · IMP · »

Versions du roi Georges VI : Une effigie du roi, tête nue, tourné vers la gauche, avec l’une ou l’autre des légendes suivantes :

  1. GEORGIVS VI D : G : BR : OMN :REX ET INDIAE IMP:
  2. GEORGIVS VI DEI GRA : BRITT :OMN : REX FID : DEF :

Version de la reine Élisabeth II : Une effigie de la reine, tête nue, tournée vers la droite, avec la légende : « ELIZABETH II DEI GRATIA REGINA ».

Au revers, l’inscription « FOR / MERITORIOUS / SERVICE », sur trois lignes, encerclée de deux feuilles de laurier (nouées au bas avec une boucle et séparées au haut par la couronne impériale). Sur les versions du roi Édouard VII et du roi Georges V, le mot « CANADA » apparaît au-dessus de la couronne.

Le ruban cramoisi a 1,25 po de largeur. Comme il était identique au départ à celui de la Croix de Victoria, on y a ajouté en 1916 des bordures blanches de 0,125 po de largeur, puis, en 1917, une étroite bande blanche centrale.

Barrette(s)

Décerné pour d’autres actes de bravoure.

Notes Historiques

Date de modification :