Honorifiques Nationale

Commandeur de L'Ordre royal de Victoria (CVO)

 

Cet Ordre est décerné comme un cadeau personnel de Sa Majesté la Reine est administré par la Chancellerie centrale des ordres de chevalerie du Palais de St. James à Londres en Angleterre. Au Canada, les trois niveaux inférieurs de l'Ordre (Commandeur, Lieutenant et Membre) font partie du Régime des distinctions honorifiques canadiennes et de l'information à ce sujet est disponible à la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall. Pour de plus amples informations, visitez le lien ci-dessous.

http://www.gg.ca

 

Commandeur de L'Ordre royal de Victoria

Médaille du sacrifice (MS)

La Médaille du sacrifice fut créée suite à l’augmentation des pertes en opérations outre-mer et afin de combler le désir des Canadiens et du Gouvernement de fournir une forme de reconnaissance formelle, par l’attribution d’une médaille officielle émanant de la Couronne, à ceux et celles qui sont été tués en raison du service militaire ou blessés par une action hostile. Cette distinction honorifique remplace le Galon de blessé.

Médaille du sacrifice (MS)

Médaille du Golfe et du Koweït

La Médaille du Golfe et du Koweït reconnaît les membres des Forces canadiennes ayant participé aux opérations de défense contre l'agression irakienne et de libération du Koweït. La médaille seule est décerné à tout ceux qui ont participé aux opérations et la barrette fut décernée à ceux qui étant présent dans le théâtre durant la période des hostilités.

Médaille du Golfe et du Koweït

Médaille de la Somalie

La Médaille de la Somalie récompense les membres des Forces canadiennes qui ont participé à la mission visant à stabiliser ce pays à la suite de la guerre civile et à offrir de l'aide humanitaire.

Médaille de la Somalie

Médaille du service en Asie du Sud-Ouest (MSASO)

La Médaille du service en Asie du Sud-Ouest reconnaît la participation des membres des Forces canadiennes qui ont été déployés pour lutter contre le terrorisme en Asie du Sud-Ouest ou qui ont fourni un soutien direct pendant ces opérations. Cette médaille est remise aux membres qui ont offert un soutien direct, et la barrette, à ceux qui ont été déployés dans le théâtre d'opérations même.

Médaille du service en Asie du Sud-Ouest (MSASO)

Étoile de campagne générale – ALLIED FORCE (ÉCG-AF)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage - plus rapidement - aux personnes ayant servi dans le cadre d’opérations en présence d’un ennemi armé. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, l’Étoile de campagne générale et la Médaille du service général - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourront être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Étoile de campagne générale – ALLIED FORCE (ÉCG-AF)

Étoile de campagne générale – Asie du Sud-Ouest (ÉCG-ASO)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage - plus rapidement - aux personnes ayant servi dans le cadre d’opérations en présence d’un ennemi armé. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, l’Étoile de campagne générale et la Médaille du service général - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourront être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Étoile de campagne générale – Asie du Sud-Ouest (ÉCG-ASO)

Étoile de campagne générale – EXPÉDITION (ÉCG-EXP)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage - plus rapidement - aux personnes ayant servi dans le cadre d’opérations en présence d’un ennemi armé. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, l’Étoile de campagne générale et la Médaille du service général - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourront être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Étoile de campagne générale – EXPÉDITION (ÉCG-EXP)

Médaille du service général – ALLIED FORCE (MSG-AF)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage plus rapidement aux personnes ayant fourni un appui direct à des opérations en présence d’un ennemi armé. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, l’Étoile de campagne générale (ÉCG) et la Médaille du service général (MSG) - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourront être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Médaille du service général – ALLIED FORCE (MSG-AF)

Médaille du service général – Asie du Sud-Ouest (MSG-ASO)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage plus rapidement aux personnes ayant fourni un appui direct à des opérations en présence d’un ennemi armé. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, l’Étoile de campagne générale et la Médaille du service général - avec l’ajout de barrettes opérationnelles individuelles - pourront être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Médaille du service général – Asie du Sud-Ouest (MSG-ASO)

Médaille du service général – EXPÉDITION (MSG-EXP)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage plus rapidement aux personnes ayant fourni un appui direct à des opérations en présence d’un ennemi armé. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, l’Étoile de campagne générale (ÉCG) et la Médaille du service général (MSG) - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourront être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Médaille du service général – EXPÉDITION (MSG-EXP)

Médaille du service opérationnel – Asie du Sud-Ouest (MSO-ASO)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage plus rapidement aux personnes qui ont servi au sein, ou fourni un appui direct à, des opérations outre-mer et pour lesquelles aucune autre médaille, des Nations Unies ou de l’OTAN par exemple, n’est disponible. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, la Médaille du service opérationnel (MSO) - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourra être décernée à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Médaille du service opérationnel – Asie du Sud-Ouest (MSO-ASO)

Médaille du service opérationnel – Sierra Leone (MSO-SL)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage plus rapidement aux personnes qui ont servi au sein, ou fourni un appui direct à, des opérations outre-mer et pour lesquelles aucune autre médaille, des Nations Unies ou de l’OTAN par exemple, n’est disponible. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, la Médaille du service opérationnel (MSO) - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourra être décernée à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Médaille du service opérationnel – Sierra Leone (MSO-SL)

Médaille du service opérationnel – Haïti (MSO-H)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage plus rapidement aux personnes qui ont servi au sein ou fourni un appui direct à des opérations outre-mer et pour lesquelles aucune autre médaille, des Nations Unies ou de l’OTAN par exemple, n’est disponible. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, la Médaille du service opérationnel (MSO) - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourra être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Médaille du service opérationnel – Haïti (MSO-H)

Médaille du service opérationnel – Soudan (MSO-S)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage plus rapidement aux personnes qui ont servi au sein ou fourni un appui direct à des opérations outre-mer et pour lesquelles aucune autre médaille, des Nations Unies ou de l’OTAN par exemple, n’est disponible. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, la Médaille du service opérationnel (MSO) - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourra être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Médaille du service opérationnel – Soudan (MSO-S)

Médaille du service opérationnel – HUMANITAS (MSO-HUM)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage plus rapidement aux personnes qui ont servi au sein ou fourni un appui direct à des opérations outre-mer et pour lesquelles aucune autre médaille, des Nations Unies ou de l’OTAN par exemple, n’est disponible. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, la Médaille du service opérationnel (MSO) - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourra être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Médaille du service opérationnel – HUMANITAS (MSO-HUM)

Médaille du service opérationnel – Expédition (MSO-EXP)

Cette distinction de service général a été créée dans le but de rendre hommage plus rapidement aux personnes qui ont servi au sein ou fourni un appui direct à des opérations outre-mer et pour lesquelles aucune autre médaille, des Nations Unies ou de l’OTAN par exemple, n’est disponible. Au lieu de créer au fur et à mesure une nouvelle distinction pour chaque nouvelle opération des Forces canadiennes, la Médaille du service opérationnel (MSO) - avec des rubans spécifique au théâtre ou au type de service en question - pourra être décernées à l’avenir pour souligner la participation à toute opération répondant aux critères d’admissibilité.

Médaille du service opérationnel – Expédition (MSO-EXP)

Médaille du service spécial (MSS)

La Médaille du service spécial fut créée afin de reconnaître les membres des Forces canadiennes ayant participé à des activités ou opérations dans des circonstances exceptionnelles.

Médaille du service spécial (MSS)

Médaille canadienne du maintien de la paix (MCMP)

En 1988, le prestigieux prix Nobel de la paix a été décerné aux casques bleus des Nations Unies pour leurs efforts concertés au nom de la paix. Ce prix a inspiré la création de la Médaille canadienne du maintien de la paix qui vise à souligner la contribution unique des casques bleus canadiens en faveur de la paix depuis 1947.

Médaille canadienne du maintien de la paix (MCMP)

Force d'urgence des Nations Unies

Grâce aux efforts du ministre des Affaires extérieures du Canada, Lester B. Pearson, l'Assemblée générale des Nations Unies a décidé de lever sa première force de maintien de la paix, pour prévenir les conflits dans la région (auparavant, l'ONU n'avait eu recours qu'à des groupes d'observation). Le 7 novembre 1956, cette force, commandée par un Canadien, le major-général Eedson Louis Millard BURNS, (O.C.) D.S.O. O.B.E. M.C., a reçu le mandat d'obtenir le retrait des troupes israéliennes, britanniques et françaises de la zone du canal et de la bande de Gaza ainsi que de maintenir la paix dans la région. Les premières troupes canadiennes sont arrivées en Égypte le 24 novembre 1956. Le gouvernement égyptien leur a subitement demandé de partir, en mai 1967, ce qui a mené à la Guerre des Six Jours entre Israël et l'Égypte. Trente-deux Canadiens ont perdu la vie au service de cette force.

Force d'urgence des Nations Unies (FUNU)

Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve en Palestine

Un organisme chargé de l'observation et du maintien du cessez-le-feu et des accords généraux d'armistice conclus entre Israël, l'Égypte, le Liban et la Syrie à la suite de la Guerre israélo-arabe de 1948 a été mis sur pied.

Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve en Palestine

Mission de bons offices des Nations Unies en Afghanistan et au Pakistan (UNGOMAP)

Cette mission visait à aider le représentant du Secrétaire général à offrir ses bons offices aux parties afin d'assurer l'application des Accords sur le règlement de la situation concernant l'Afghanistan et, dans ce contexte, enquêter et rapporter les violations possibles des dispositions de ces accords entre mai 1988 et mars 1990.

Mission de bons offices des Nations Unies en Afghanistan et au Pakistan (UNGOMAP)

Groupe d'observateurs militaires des Nations Unies en Inde et au Pakistan

Cette mission a été créée en 1948 pour observer la ligne de cessez-le-feu et détecter les violations entre l'Inde et le Pakistan dans le Cachemire.

Groupe d'observateurs militaires des Nations Unies en Inde et au Pakistan ((UNMOGIP)

Opération des Nations Unies au Congo

L'organisation des NU au Congo fut initiallement établie en juillet 1960 afin d'assurer le retrait des forces belges, d'aider le gouvernement à maintenir la loi et l'ordre et de fournir de l'assitance technique. La fonction de la mission fut par la suite modifiée afin d'inclure la préservation de l'intégrité territoriale et l'indépendance politique du Congo, la prévention de la guerre civile et afin d'assurer le retrait du Congo de toute force militaire ou para-militaire étrangère, de tout les conseillers n'étant pas sous le commandement des Nations Unies et de tous les mercenaires. La mission s'est retirée en juin 1964.

Opération des Nations Unies au Congo (ONUC)

Autorité exécutive temporaire des Nations Unies dans la Nouvelle-Guinée occidentale

Mise sur pied en octobre 1962 pour assurer le maintien de la paix et de la sécurité sur le territoire régi par l'Autorité exécutive temporaire des Nations Unies établie suite à une entente entre l'Indonésie et le Royaume des Pays-Bas, la UNSF a surveillé le cessez-le-feu et contribué à faire respecter la loi et l'ordre pendant la période de transition, en attendant le transfert à l'Indonésie. À la fin de son mandat, la Mission s'est retirée en avril 1963.

Autorité exécutive temporaire des Nations Unies dans la Nouvelle-Guinée occidentale (AETNU)

ission d'observation des Nations Unies au Yémen

Établie en juillet 1963 pour observer et certifier l'implentation de l'accord de désengagement entre l'Arabie saoudite et la République arabe unie, cette mission a terminé ses activité et s'est retirée en septembre 1964.

Mission d'observation des Nations Unies au Yémen

Force des Nations Unies à Chypre

Dans l'intérêt de la paix et de la sécurité internationale, cette mission a été établie en mars 1964 afin de prévenir la reprise des combats entre les Chypriotes grecs et turcs et, si nécessaire, contribuer à la restauration de la loi et de l'ordre et au retour aux conditions normales. Depuis les hostilités de 1974, le mandat inclu la supervision du cessez-le-feu et le maintien de la zone tampon entre les lignes de la Garde nationale de Chypres et celles des Turcs et des forces chyprotes turques.

Force des Nations Unies à Chypre

Mission d'observation des Nations Unies pour l'Inde et le Pakistan

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a créé cette mission pour superviser le cessez-le-feu et le retrait de tout le personnel armé d'une zone s'étendant sur 1 600 km le long de la frontière indo-pakistanaise, du Rann de Kutch jusqu'au Cachemire. En février 1966, à la suite d'une conférence sur la paix tenue à Tachkent, les deux armées se sont retirées chacune de leur côté de la frontière. La mission a été dissoute le mois suivant.

Mission d'observation des Nations Unies pour l'Inde et le Pakistan

Force d'urgence des Nations Unies au Moyen-Orient

Établie en octobre 1973 afin de superviser le cessez-le-feu entre les forces égyptiennes et israéliennes et, suite aux accords du 18 janvier 1974 et du 4 septembre 1975, de superviser le redéploiement des forces égyptiennes et israéliennes et de contrôler la zone tampon établie par ces accords. Le mandat de la mission a expiré en juillet 1979 et les troupes se sont retirées.

Force d'urgence des Nations Unies au Moyen-Orient

Force d'observation des Nations Unies pour le désengagement des forces

Établie en juin 1974 afin de superviser le cessez-le-feu entre Israël et la Syrie; de superviser le désengagement (redéploiement) des forces syriennes et israéliennes; et d'établir une zone tampon tel que stipulé dans l'Accord de Désengagement entres les forces israéliennes et syriennes du 31 mai 1974.

Force d'observation des Nations Unies pour le désengagement des forces

Force intérimaire des Nations Unies au Liban

Par suite de l'escalade de la violence le long de la frontière israélo-libanaise qui avait culminé avec l'invasion du Liban par Israël, le 14 mars 1978, cette mission a été établie en mars 1978 afin de confirmer le retrait des forces israéliennes du sud du Liban, de restaurer la paix et la sécurité internationale et d'assister le Gouvernement du Liban dans son effort de rétablir son autorité dans la région.

Force intérimaire des Nations Unies au Liban

Groupe d'observateurs militaires des Nations Unies pour l'Iran et l'Iraq

Cette mission a été formée en août 1988 pour vérifier, confirmer et superviser l'application de l'accord de cessez-le-feu conclu en 1988 entre l'Iran et l'Iraq et le retrait de toutes les forces vers la frontière internationalement reconnue entre ces deux pays.

Groupe d'observateurs militaires des Nations Unies pour l'Iran et l'Iraq

Groupe d'assistance des Nations Unies pour la période de transition (Namibie)

Cette mission avait pour mandat de superviser le transfert ordonné des pouvoirs de la République sud-africaine au gouvernement indépendant de la Namibie et de superviser les élections de novembre 1989.

Groupe d'assistance des Nations Unies pour la période de transition (Namibie)

Groupe d'observateurs des Nations Unies en Amérique centrale

Cette mission visait à s'assurer que les gouvernements du Costa Rica, du Salvador, du Guatemala, du Honduras et du Nicaragua cessaient d'appuyer des forces irrégulières et des mouvements insurrectionnels dans la région et empêchaient l'utilisation de leur territoire pour attaquer d'autres pays. En outre, cette mission a joué un rôle dans la démobilisation volontaire des forces de résistance nicaraguayennes et la surveillance du cessez-le-feu et des forces de séparation acceptées par les parties nicaraguayennes du processus de démobilisation.

Groupe d'observateurs des Nations Unies en Amérique centrale

Mission d'observation des Nations Unies pour l'Iraq et le Koweït

Cette mission visait à surveiller la zone démilitarisée le long de la frontière entre l'Iraq et le Koweït (d'une profondeur de 10 km en Iraq et de 5 km au Koweït), à en retirer les munitions non explosées et à la déminer.

Mission d'observation des Nations Unies pour l'Iraq et le Koweït

Mission de vérification des Nations Unies en Angola

La première mission devait confirmer le retrait des troupes cubaines de l'Angola et surveiller l'application de l'accord de cessez-le-feu conclu entre le gouvernement angolais et l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola. La deuxième a commencé après la signature d'un accord de cessation des hostilités, à Lisbonne, en mai 1991; des officiers canadiens se sont alors joints aux observateurs pour veiller au retrait final des troupes cubaines et sud-africaines.

Mission de vérification des Nations Unies en Angola

Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental

Cette mission visait à organiser un référendum devant déterminer l'avenir de la région et à assurer le contrôle des mouvements de population. La question fondamentale consistait à décider si les habitants du Sahara occidental voulaient leur indépendance ou préféraient s'intégrer au Maroc. Après le référendum, cette mission avait pour mandat de surveiller le cessez-le-feu.

Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental

Mission d'observation des Nations Unies en El Salvador

Cette mission fut établie le 20 mai 1991 afin de surveiller tous les accords entre le Gouvernement de El Salvador et le Frente Farabundo Marti para la Liberacion Nacional (FMLN). La mission fut étendue en 1992 pour effectuer la vérification du cessez-le-feu, de la séparation des forces et de l'Accord sur la Police civile nationale ce qui a entraîné l'implication de la mission dans le maintien de l'ordre public durant la période de transition jusqu'à ce que l'organisation de la nouvelle Police civile nationale soit complétée.

Mission d'observation des Nations Unies en El Salvador

Force de protection des Nations Unies en Yougoslavie

Cette mission fut établie en février 1992 comme un arrangement intérimaire afin de créer les conditions de paix et de sécurité nécessaires à la négociation d'une résolution globale de la crise yougoslave. Le rôle des troupes des NU consistait à s'assurer que les zones désignées "Zones protégées des NU" deviennent et demeurent des zones démilitarisées et que tous les résidents de ces zones soient protégés de la peur d'attaques armées. Le rôle des moniteurs de police des NU était de s'assurer que les forces de police locales accomplissaient leurs tâches sans faire de discrimination entre les personnes de différentes nationalités et sans violer les droits de l'homme. La force a aussi assité les agences humaitaires de l'ONU afin d'assurer le retour des personnes déplacées.

Il y a eu plusieurs extensions de la force originale afin d'effectuer les tâches suivantes: réouvrir l'aéroport de Sarajevo pour assurer l'apport d'aide humanitaire; établir une zone de sécurité couvrant Sarajevo et son aéroport; protéger les convois de détenus libérés en Bosnie-Herzégovine tel que demandé par le Comité international de la Croix Rouge; surveiller le retrait des troupes de l'Armée yougoslave de Croatie et du Montenegro; surveiller la démilitarisation de la péninsule du Prevlaka et le retrait des armes lourdes des régions environnantes de Croatie et du Montenegro (Res 779,1992); surveiller le respect de l'interdiction de vol (Res 781,1992); et l'établissement de la présence des NU en ex-République yougoslave de Macédoine.

UNPROFOR à aussi surveillé l'implantation d'un accord de cessez-le-feu demandé par le Gouvernement bosniaque et par les forces bosnio-croates en février 1994. De plus, la mission a surveillé l'implantation de l'accord de cessez-le-feu entre le Gouvernement bosniaque et les forces bosniaques serbes, qui a pris effet le 1er janvier 1995.

Le 31 mars 1995, le Conseil de sécurité à décidé de restructurer la mission, la remplacant par trois opérations de maintien de la paix séparées mais inter-réliées: UNCRO (Opération des NU de restauration de la confiance en Croatie), UNPREDEP (Force de délploiement préventif des NU), le tout joint sous un quarter général: UNPF (Forces de la paix des NU) situé à Zagreb. Éventuellement, à la suite de développements positifs en ex-Yougoslavie et suite à l'établissement de deux nouvelles missions des NU en Bosnie-Herzégovine et en Croatie, le quartier général a été aboli en janvier 1996.

Force de protection des Nations Unies en Yougoslavie

Mission préparatoire des Nations Unies au Cambodge

Cette mission fut établie en octobre 1991 pour assister les Parties Cambodgiennes à faciliter les communications entre les quartiers généraux militaires et les quatre Parties Cambodgiennes en ce qui a trait au cessez-le-feu et pour entreprendre un rôle d'entraînement au sujet des mines. Plus tard, le mandant fut étendu afin d'inclure de l'entraînement en déminage et le démarage un programme de déminage. Le mandat de la mission prit fin en mars 1992 avec l'établissement de l'Autorité provisoire des NU au Cambodge.

Mission préparatoire des Nations Unies au Cambodge

Autorité provisoire des Nations Unies au Cambodge

Cette mission a été établie en février 1992, incorporant la Mission déjà en cours, UNAMIC. Le mandat de cette mission concernait les droits de la personne, l'organisation et la conduite d'élections libres et honnêtes, les dispositions militaires, l'administration civile, le maintien de la loi et de l'ordre, le rapatriement et la réinstallation des personnes déplacées et des réfugiés cambodgiens et la réhabilitation des infrastructures essentielles du Cambodge pendant la période de transition. Après les élections, la mission a pris fin le 15 novembre 1993 pour être remplacée par une Équipe de liaison militaire des Nations Unies (UNMLT). Composée de 20 observateurs militaires, l'équipe avait pour tâche de demeurer en liaison étroite avec le gouvernement du Cambodge, de faire rapport au Secrétaire-général sur les questions touchant la sécurité au Cambodge et d'aider le gouvernement à composer avec les questions militaires résiduelles concernant l'Accord de Paris. L'UNMLT a été créée pour un mandat unique de six mois. Les observateurs militaires sont admissibles à recevoir cette médaille.

Autorité provisoire des Nations Unies au Cambodge

Opération des Nations Unies en Somalie

L'ONUSOM a été mise sur pied le 24 avril 1992. Conformément aux ententes conclues avec les deux principales factions somaliennes, à Mogadiscio, le cessez-le-feu dans la capitale devait être surveillé par un groupe de 50 observateurs militaires des Nations Unies en uniforme et non armés. Les observateurs devaient être déployés le long de la ligne de démarcation séparant Mogadiscio en deux zones. En ce qui a trait à l'aide humanitaire, le personnel de sécurité prévu dans les accords devait assurer la protection et la sécurité du personnel, de l'équipement et des fournitures des Nations Unies au port de Mogadiscio et escorter les convois de fournitures humanitaires vers les centres de distribution de la ville et de ses environs. Le personnel de sécurité devait aussi être chargé de veiller à la sécurité du personnel, de l'équipement et des fournitures des Nations Unies à l'aéroport de Mogadiscio. Ces personnes devaient offrir aux convois de fournitures de secours des Nations Unies une escorte militaire assez forte pour dissuader toute attaque; ils étaient autorisés à faire feu en tout dernier recours pour assurer leur défense si la dissuasion s'avérait inefficace. Le 28 août, le Conseil de sécurité a autorisé l'ajout de quatre unités de sécurité de l'ONU supplémentaires pour accroître l'effectif de l'ONUSOM en vue d'assurer la protection des convois humanitaires et des centres de distribution dans toute la Somalie. Plusieurs des autorités de facto de la Somalie ont refusé d'approuver le déploiement des troupes des Nations Unies et un seul bataillon, ainsi que des observateurs militaires se sont déployés à Mogadiscio. On a empêché les navires transportant les fournitures de secours d'accoster et ceux-ci ont même été bombardés. Les aéroports et les ports ont essuyé des tirs suite parce que les approvisionnements de secours n'avaient pas été livrés dans les zones où les besoins étaient les plus pressants. Le 3 décembre 1992, le Conseil de sécurité a autorisé le recours à tous les moyens nécessaires pour établir, dès que possible, un milieu sûr pour les opérations humanitaires et de secours en Somalie. Les premiers éléments de la Force opérationnelle unifiée, dirigée par les États-Unis d'Amérique, se sont déployés à Mogadiscio le 9 décembre 1992. L'ONUSOM a pris fin le 30 avril 1993.

Opération des Nations Unies en Somalie

Opération des Nations Unies au Mozambique

La Mission a été établie le 13 octobre 1992 en vue de surveiller et de vérifier le cessez-le-feu, la séparation et la concentration des forces, leur démobilisation, ainsi que la cueillette, l'entreposage et la destruction des armes. La mission visait également à surveiller et à vérifier le retrait complet des forces étrangères, à surveiller et à vérifier le démantèlement des groupes armés privés et irréguliers; à autoriser des dispositions visant à sécuriser les infrastructures essentielles; à assurer la sécurité des activités des Nations Unies et d'autres organismes internationaux à l'appui du processus de paix, surtout dans les corridors; à fournir de l'aide technique et à surveiller tout le processus électoral; à coordonner et à surveiller toutes les opérations d'aide humanitaire, en particulier celles liées aux réfugiés, aux personnes déplacées à l'intérieur du territoire, au personnel militaire démobilisé et à la population locale touchée et à faciliter la mise en œuvre de l'accord de paix général pour le Mozambique. Quand les tâches ont été exécutées, la mission a pris fin, en janvier 1995.

Opération des Nations Unies au Mozambique

Mission d'observation des Nations Unies Ouganda/Rwanda

Cette mission a été mise sur pied le 22 juin 1993 à la suite de l'adoption de la résolution 846 (1993) du Conseil de sécurité. Elle visait à surveiller la frontière entre l'Ouganda et le Rwanda et à s'assurer qu'aucune aide militaire ne pouvait entrer en Ouganda. La mission se concentrait principalement sur le transport d'armes fatales et de munitions de l'autre côté de la frontière, de même que sur tout autre genre de matériel qui pouvait servir à des fins militaires.

Mission d'observation des Nations Unies Ouganda/Rwanda

Mission des Nations Unies pour l'assistance au Rwanda

Cette mission devait surveiller le cessez-le-feu, l'état de la sécurité et le processus de rapatriement des réfugiés; aider au déminage et à la coordination de l'aide humanitaire; et contribuer à la sécurité de la ville de Kigali. Cette mission a également assuré la sécurité du personnel du Tribunal international pour le Rwanda et favorisé la mise en place et la formation de l'actuelle force policière nationale intégrée.

Mission des Nations Unies pour l'assistance au Rwanda

Mission des Nations Unies en Haïti

Cette mission a été mise sur pied en vue d'aider à la mise en œuvre de certaines dispositions de l'Accord de l'île des Gouverneurs, signé par les parties haïtiennes le 3 juillet 1993. En 1993, la MINUHA avait pour mandat d'aider à la modernisation des forces armées d'Haïti et à l'établissement d'une nouvelle force policière. Ce mandat n'a pu être exécuté, car les autorités militaires haïtiennes ont refusé de collaborer. Le 31 juillet 1994, l'ONU a approuvé la création d'une équipe préparatoire de la MINUHA chargée de mettre en place les moyens de coordination appropriés au sein de la force multinationale, de surveiller les opérations de la force, d'évaluer les besoins et de préparer le déploiement de la MINUHA à la fin de la mission de la force multinationale. La mission a pris fin en juin 1996.

La MINUHA a été remplacée en juillet 1996 par la Mission d'appui des Nations Unies en Haïti (MANUH), dont le mandat a expiré le 31 juillet 1997. Le Conseil de sécurité a établi la Mission d'appui des Nations Unies en Haïti (MANUH) le 28 juin 1996. Lors de la création de la MANUH, le Conseil a souligné la nécessité d'appuyer le gouvernement d'Haïti dans son engagement à maintenir le climat de sécurité et de stabilité établi par la Force multinationale en Haïti.

La MITNUH est la troisième d'une série d'opérations de paix menées par les Nations Unies en Haïti. Elle a été établie le 30 juillet 1997 pour un unique mandat de quatre mois se terminant le 30 novembre 1997. Cette mission avait été mise sur pied dans le but d'aider le gouvernement d'Haïti en appuyant la professionnalisation de la Police nationale haïtienne (PNH).

La MITNUH a été remplacée en décembre 1997 par la Mission de police civile des Nations Unies en Haïti (MIPONUH). Le Conseil de sécurité a établi la MIPONUH le 28 novembre 1997. Contrairement aux trois missions antérieures, la MIPONUH ne comportait aucune composante militaire. Elle avait pour mandat de poursuivre le travail des Nations Unies en appuyant la Police nationale haïtienne et en contribuant à la professionnalisation de celle-ci.

La MIPONUH a ensuite fait place à la nouvelle Mission civile internationale d'appui en Haïti (MICAH), le 16 mars 2000. Le mandat de cette mission consiste à renforcer les résultats obtenus par la MIPONUH et les missions menées antérieurement par les Nations Unies en Haïti. La MICAH est chargée de faire valoir encore davantage les droits de la personne et de renforcer l'efficacité institutionnelle de la police haïtienne et du système judiciaire en plus de coordonner et de faciliter le dialogue entre la communauté internationale et les acteurs politiques et sociaux en Haïti.

Mission des Nations Unies en Haïti

Vérification des engagements pris aux termes de l'Accord général relatif aux droits de l'homme au Guatemala (MINUGUA)

Vérification des droits de l'homme et du respect des engagements pris aux termes de l'Accord général relatif aux droits de l'homme au Guatemala. En septembre 1994, l'Assemblée générale a décidé d'établir une mission de vérification des droits de l'homme au Guatemala, le secrétaire-général ayant recommandé la tenue de cette mission en raison du fait que des cas d'abus des droits de l'homme se manifestaient de façon constante.

Vérification des engagements pris aux termes de l'Accord général relatif aux droits de l'homme au Guatemala (MINUGUA)

Mission des Nations Unies en République centrafricaine

En 1996, la République centrafricaine a connu une crise politique et militaire due principalement au mécontentement général du public envers les problèmes sociaux et économiques. Une entente a été signée le 25 janvier 1997 à Bangui, et, le 31 janvier 1997, une force interafricaine a vu le jour en République centrafricaine afin de rétablir la paix et la sécurité dans le pays en surveillant l'application de l'entente de Bangui.

Mission des Nations Unies en République centrafricaine

Force de déploiement préventif des Nations Unies (Macédoine)

Le mandat de cette mission était essentiellement de nature préventive, c'est-à-dire surveiller et rapporter tout développement dans les régions frontalières qui aurait pu ébranler la confiance et la stabilité de l'ex-République yougoslave de Macédoine ou menacer son territoire.

Force de déploiement préventif des Nations Unies (Macédoine)

Mission des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine

Cette mission a été créée par la résolution 1035 (1995) en décembre 1995 pour une durée d'un an, c'est-à-dire du transfert de l'autorité de la Force de protection des Nations Unies à la force internationale de mise en oeuvre. Les principales tâches de la Police civile de la Force des Nations Unies comprenaient la surveillance, l'observation et l'inspection de l'application des lois; la formation et l'information des forces de l'ordre; l'aide à l'application des lois par les parties, dans le cadre de la mission du Groupe international de police; et l'assurance de la tenue d'élections justes et libres.

Mission des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine

Mission d’observation des Nations Unies à Prevlaka (Croatie)

Cette mission d'observation a été créée en janvier 1996. Elle avait pour mandat de surveiller la démilitarisation de la péninsule de Prevlaka conformément aux résolutions 779 (1992) et 981 (1995).

Mission d’observation des Nations Unies à Prevlaka (Croatie)

Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo

Cette mission a été établie le 10 juin 1999 par l'adoption de la résolution 1244 du Conseil de sécurité. Elle visait à résoudre le grave problème humanitaire au Kosovo par le retour des réfugiés et la prévention de l'escalade du conflit entre les parties dans cette région.

Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo

Mission des Nations Unies en Sierra Leone/Mission d'observation des Nations Unies en Sierra Leone (UNOMSIL/UNAMSIL)

Cette mission visait à surveiller la situation militaire et la sécurité dans l'ensemble du pays, selon les conditions de sécurité; à contrôler le désarmement et la démobilisation des anciens combattants concentrés dans les régions sûres du pays; à assurer le respect des lois humanitaires internationales, notamment dans les sites de désarmement et de démobilisation, selon les conditions de sécurité; et à conseiller le gouvernement de la Sierra Leone et les responsables des forces policières, en collaboration avec les autres groupes internationaux, sur les méthodes, la formation, le rééquipement et le recrutement, notamment sur le caractère fondamental du respect des normes policières reconnues dans les sociétés démocratiques.

Mission des Nations Unies en Sierra Leone/Mission d'observation des Nations Unies en Sierra Leone (UNOMSIL/UNAMSIL)

Mission des Nations Unies au Timor-Oriental/Administration transitoire des Nations Unies au Timor-Oriental

Cette mission avait principalement pour objectif d'assurer la sécurité et l'ordre public partout au Timor-oriental, de mettre en place une administration efficace, d'aider à la création d'une fonction publique et sociale et d'appuyer le renforcement des capacités d'autonomie gouvernementale.

Mission des Nations Unies au Timor-Oriental/Administration transitoire des Nations Unies au Timor-Oriental

Mission d’observation des Nations Unies en République démocratique du Congo / Mission des Nations Unies de stabilisation en République démocratique du Congo (MONUC/MONUSCO)

Cette mission visait principalement à surveiller l'application de l'entente de cessez-le-feu, à enquêter les violations de cette entente, à collaborer avec les parties pour obtenir la libération de tous les prisonniers de guerre ainsi qu'à superviser et à vérifier le repli et le redéploiement des forces des parties. À compter du 1er juillet 2010, la mission a été rebaptisée pour refléter le nouveau mandat concernant, entre autres choses, la protection des civils, du personnel humanitaire et les défenseurs des droits de l'homme sous la menace imminente de violences physiques et de soutenir le Gouvernement de la RDC dans sa stabilisation et les efforts de consolidation de la paix.

Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo

Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée

Cette mission cherchait à surveiller la fin des hostilités, à s'assurer du respect des engagements pris par les parties envers la sécurité, à contrôler et à vérifier le redéploiement des forces éthiopiennes à partir des positions prises ainsi qu'à superviser les positions des forces éthiopiennes, après le redéploiement, et des forces érythréennes.

Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée

Mission de stabilisation des NU en Haïti (MINUSTAH)

En février 2004, des forces anti-Aristide ont commencé à marcher sur Port-au-Prince, ce qui a mené à la chute du président Jean-Bertrand Aristide. À la demande du nouveau gouvernement, les NU ont envoyé une force intérimaire afin de rétablir la paix. La MINUSTAH à pris le relais avec pour mandat le rétablissement d'un environnement sécuritaire, la promotion des droit humains et l'assitance à la livraison d'aide humanitaire.

Mission de stabilisation des NU en Haïti (MINUSTAH)

Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI)

Cette mission fut établie en vertu de la Résolution 1528 du 27 février 2004 du Conseil de sécurité de l’ONU et vise à surveiller le cessez-le-feu et les mouvements de groupes armés, appuyer le désarmement, la démobilisation, la réintégration et le rapatriement et la réinsertion, protéger le personnel des NU, les institutions et les civils, fournir du soutien à l’aide humanitaire et à la mise en place du plan de paix, apporter de l’aide dans le domaine des droits humains et restaurer une présence policière civile dans le pays et restaurer l’autorité du système judiciaire et le respect de la loi et de l’ordre en Côte d’Ivoire.

Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI)

Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS)

La Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) a été établie en vertu de la Résolution 1590 du Conseil de sécurité de l'ONU adoptée le 24 mars 2005. Son mandat consiste à appuyer la mise en oeuvre de l'Accord de paix global et à effectuer des tâches relatives à l'aide humanitaire, ainsi qu'à la protection et à la promotion des droits de la personne.

Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS)

Mission des Nations Unies au Timor-Leste (UNMIT)

Cette mission fut établie en vertu de la Résolution 1704 du 25 août 2006 du Conseil de sécurité de l’ONU et vise à appuyer le Gouvernement du Timor-Leste dans la consolidation de la stabilité, encourager une culture de gouvernement démocratique et faciliter le dialogue politique entre partenaires Timorais dans leurs efforts pour stimuler un processus de réconciliation nationale et encourager la cohésion sociale.

Mission des Nations Unies au Timor-Leste (UNMIT)

Opération hybride des Nations Unies et de l’Union africaine au Darfour (UNAMID)

Cette mission fut établie en vertu de la Résolution 1769 du 31 juillet 2007 du Conseil de sécurité de l’ONU et du communiqué de la 79e réunion du Conseil de la paix et de la sécurité de l’Union africaine. La mission débuta ses opérations à El Fasher au Soudan le 1er janvier 2008, remplaçant la Mission de l’Union africaine au Soudan (MUAS), et vise à aider le Conseil de sécurité à atteindre un objectif général de supporter la mise en place de l’APD et de tout accord subséquent, à prévenir toute interruption de leur mise en place, à prévenir les attaques armées et à protéger les civils sans remettre en question la responsabilité du gouvernement du Soudan. La mission contribuera également à la sécurité relative à l’aide humanitaire, observera et vérifiera la mise en place des accords, soutiendra un processus politique inclusif et contribuera à la promotion des droits humains et de la loi et de l’ordre.

Opération hybride des Nations Unies et de l’Union africaine au Darfour (UNAMID)

Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS)

Le Conseil de sécurité a institué la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) le 8 juillet 2011 en adoptant la résolution 1996 (2011). Le mandat de la mission consiste à consolider la paix, renforcer la République du Soudan du Sud et promouvoir le développement économique à long terme; appuyer le gouvernement dans l’exercice de ses responsabilités en matière de prévention, d’atténuation et de règlement des conflits, aider le gouvernement à assurer la sécurité; et à mettre en place l’état de droit et à renforcer les secteurs de la police et de la justice.

Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS)

Médaille du service spécial des Nations Unies (UNSSM)

Cette médaille a été instituée en juin 1995 dans le but de reconnaître les personnes qui servent les Nations Unies dans d'autres fonctions que dans le cadre des missions de maintien de la paix établies et au Siège de l'Organisation des Nations Unies.

Médaille du service spécial des Nations Unies (UNSSM)

Médaille du Siège de l'Organisation des Nations Unies

Des pays peuvent parfois fournir, sous forme de détachement, du personnel militaire formé pour occuper des postes au Siège des Nations Unies à New York et pour aider à la planification et à la mise sur pied de nouvelles missions.

Médaille du Siège de l'Organisation des Nations Unies

Médaille de l’Organisation du Traité de l'Atlantique Nord pour l'ex-Yougoslavie

Le 14 décembre 1995, le Conseil de l'Atlantique Nord a lancé la plus vaste opération militaire jamais entreprise par l'Alliance, soit l'opération Joint Endeavour. Suite à l'adoption de la Résolution 1031 du Conseil de sécurité, l'OTAN a reçu le mandat de mettre en œuvre les aspects militaires de l'Accord de paix. Une force multinationale dirigée par l'OTAN, appelée Force de mise en œuvre (IFOR), a débuté sa mission le 20 décembre 1995. Le mandat de l'IFOR était d'une durée d'un an.

Après que les élections se soient déroulées dans la paix en septembre 1996, l'IFOR a accompli avec succès sa mission, qui consistait à mettre en œuvre les annexes militaires de l'Accord-cadre général pour la paix. Toutefois, il était clair qu'il restait beaucoup de travail à faire sur le plan civil et que le climat politique risquait de demeurer instable et peu sûr. Les 25 et 26 septembre, une semaine après les élections en Bosnie, les ministres de la défense de l'OTAN ont conclu que l'Alliance devait réévaluer la manière dont elle pourrait continuer de contribuer à l'établissement d'un milieu sûr après la fin du mandat de l'IFOR au mois de décembre. Le rôle de l'IFOR (opération Joint Endeavour) consistait à mettre en œuvre la paix. Le rôle de la SFOR (opération Joint Guard / opération Joint Forge) est de stabiliser la paix. La différence entre les tâches de l'IFOR et de la SFOR est exprimée dans le nom de ces missions.

Le 12 décembre 1996, la SFOR a été autorisée à mettre en œuvre les aspects militaires de l'Accord de paix en tant que successeur légitime de l'IFOR. En effet, à l'instar de l'IFOR, la SFOR mène ses opérations en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies (imposition de la paix).

Médaille de l’Organisation du Traité de l'Atlantique Nord pour l'ex-Yougoslavie

Médaille de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord pour le Kosovo

Le conflit qui afflige la province du Kosovo, dans la République fédérale de Yougoslavie a éclaté au début de 1998 quand des incidents armés se sont produits entre les membres de l'Armée de libération du Kosovo (KLA) et les militaires et les policiers yougoslaves. Le conflit armé a entraîné une catastrophe humanitaire qui a exigé de toute urgence une intervention concertée de la grande communauté internationale. Dès le tout début, l'OTAN a participé activement à la campagne de paix, en plus de contribuer au processus de reconstruction du Kosovo à la fin du conflit, avec l'aide de la communauté internationale.

Médaille de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord pour le Kosovo

Médaille de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord pour l'ex-République yougoslave de Macédoine

Les insurgés ont approuvé le plan de cueillette des armes et ont accepté de remettre leurs armes de leur plein gré. Ce plan comportait notamment une liste d'armes et de munitions que les insurgés s'engageaient à remettre dans le cadre de leurs obligations. Il s'agissait là d'une mesure de confiance et d'un élément d'un plan de paix plus large proposé par le président Trajkovski. La FOH a accepté les armes qui lui ont été remises dans le délai établi. Conformément à l'accord conclu entre les insurgés albanais et le gouvernement de l'ex-République yougoslave de Macédoine*, il incombait aux insurgés de déminer les caches d'armes et d'apporter toutes les armes qui y étaient dissimulées aux lieux désignés pour la cueillette. Le seul mandat de la TFH était de recueillir les armes que les extrémistes armés remettaient volontairement. C'est le gouvernement de l'ex-République yougoslave de Macédoine qui avait la charge de veiller à la sécurité et à la protection des lieux.

(1) La Turquie reconnaît la République de Macédoine sous son appellation constitutionnelle.

Médaille de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord pour l'ex-République yougoslave de Macédoine

Médaille de l'OTAN Article 5 pour l'opération "Eagle Assist"

L'opération Eagle Assist a débuté le 12 octobre 2001 après que le Conseil de l'Atlantique Nord eut décidé, le 4 octobre, de prendre des mesures en vue d'appliquer l'article 5 du Traité de Washington. Cette mesure faisait suite aux attaques terroristes lancées contre les États-Unis le 11 septembre 2001 et la mission avait pour but d'aider les forces américaines à contrôler l'espace aérien de l'Amérique du Nord. La mission a été jugée accomplie le 16 mai 2002.

Médaille de l'OTAN Article 5 pour l'opération

Médaille de l'OTAN Article 5 pour l'opération “Active Endeavour”

Le 12 septembre 2001, l'OTAN a appliqué l'article 5 du Traité de Washington au lendemain des attaques terroristes dont les États-Unis ont été victimes. À la demande des É.-U., l'OTAN a accepté par la suite de mettre en œuvre huit mesures précises en vue d'élargir le champ des options disponibles dans le cadre de la campagne contre le terrorisme. Ces mesures englobaient notamment le déploiement d'éléments des forces navales permanentes de l'OTAN dans le secteur oriental de la Méditerranée dans le but d'assurer une présence de l'OTAN et de montrer sa détermination.

L'opération ACTIVE ENDEAVOUR de l'OTAN a débuté officiellement le 26 octobre 2001, date à laquelle l'ordre d'activation a été publié. Cependant, on avait déjà commencé à patrouiller dans le secteur oriental de la Méditerranée le 6 octobre, quand la Force navale permanente de la Méditerranée a été chargée de mener des opérations de présence maritime à l'appui de la campagne internationale contre le terrorisme.

Médaille de l'OTAN Article 5 pour l'opération

Médaille de l'OTAN Non-article 5 pour les opérations dans les Balkans

Le 14 décembre 1995, le Conseil de l'Atlantique Nord a lancé la plus vaste opération militaire jamais entreprise par l'Alliance, soit l'opération JOINT ENDEAVOUR. Suite à l'adoption de la Résolution 1031 du Conseil de sécurité, l'OTAN a reçu le mandat de mettre en œuvre les aspects militaires de l'Accord de paix. Une force multinationale dirigée par l'OTAN, appelée Force de mise en œuvre (IFOR), a débuté sa mission le 20 décembre 1995. Le mandat de l'IFOR était d'une durée d'un an.

Après que les élections se soient déroulées dans la paix en septembre 1996, l'IFOR a accompli avec succès sa mission, qui consistait à mettre en œuvre les annexes militaires de l'Accord-cadre général pour la paix. Toutefois, il était clair qu'il restait beaucoup de travail à faire sur le plan civil et que le climat politique risquait de demeurer instable et peu sûr. Les 25 et 26 septembre, une semaine après les élections en Bosnie, les ministres de la défense de l'OTAN ont conclu que l'Alliance devait réévaluer la manière dont elle pourrait continuer de contribuer à l'établissement d'un milieu sûr après la fin du mandat de l'IFOR au mois de décembre. Le rôle de l'IFOR (opération JOINT ENDEAVOUR) consistait à mettre en œuvre la paix. Le rôle de la SFOR (opération JOINT GUARD / opération JOINT FORGE) est de stabiliser la paix. La différence entre les tâches de l'IFOR et de la SFOR est exprimée dans le nom de ces missions.

Le 12 décembre 1996, la SFOR a été autorisée à mettre en œuvre les aspects militaires de l'Accord de paix en tant que successeur légitime de l'IFOR. En effet, à l'instar de l'IFOR, la SFOR mène ses opérations en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies (imposition de la paix).

Médaille de l'OTAN Non-article 5 pour les opérations dans les Balkans

Médaille Non-Article 5 de l'OTAN pour service au sein de la Mission de l’OTAN de mise en oeuvre de la formation et de la mission de formation de l’OTAN en Iraq (NTM-IRAQ)

Suite à la campagne sous commandement américain en Iraq visant à renverser le régime dictatorial de Saddam Hussein, l’OTAN à entrepris d’aider à la formation des nouvelles forces armées de l’Iraq avec sa mission de mise en ouvre de la formation et sa mission de formation en Iraq.

Médaille Non-Article 5 de l'OTAN pour service au sein de la Mission de l’OTAN de mise en oeuvre de la formation et de la mission de formation de l’OTAN en Iraq (NTM-IRAQ)

Médaille Non-Article 5 pour le soutien logistique de l’OTAN à la Mission de l’Union africaine au Soudan (NATO-AMIS)

L'OTAN à deployé des troupes au Soudan et dans certains autres pays afrucains afin de fournir du support logistique à la Mission de l'Union Africaine au Soudan.

Médaille Non-Article 5 pour le soutien logistique de l'OTAN à la Mission de l'Union africaine au Soudan

Médaille Non-Article 5 de l’OTAN pour les opérations et activités approuvées par le Conseil de l’Atlantique Nord en rapport avec l’Afrique

L’OTAN a déployé des troupes en Afrique afin de participer à certaines missions et activités approuvées par l’OTAN.

Médaille non-article 5 de l'OTAN pour les services rendus au titre des opérations et activités approuvées par le Conseil de l'Atlantique Nord en rapport avec l'Afrique

Médaille Non-Article 5 de l’OTAN pour le service rendu dans le cadre de l’opération UNIFIED PROTECTOR – LIBYE

Au printemps de 2011, une coalition multi-état a commencé une intervention militaire en Libye en réponse à des événements survenus au cours de la guerre civile libyenne. La résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies a été mis en œuvre en vue de créer une zone d'exclusion aérienne en Libye et de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir les attaques lancées contre les civils par les forces du gouvernement du colonel Mouammar Kadhafi. L’opération UNIFIED PROTECTOR de l’OTAN a débuté officiellement le 23 mars et a pris fin le 31 octobre 2011.

Médaille Non-Article 5 de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) pour le service rendu dans le cadre de l'Opération UNIFIED PROTECTOR - LIBYE

Commission internationale de surveillance et de contrôle en Indochine

Au Cambodge, la Commission internationale de surveillance et de contrôle surveillait l'application des Accords de Genève et aidait les forces de résistance khmères à se disperser pour que leurs membres puissent rentrer chez eux, tout en aidant le Viêt-minh à quitter le pays. Une grande partie de ces activités se sont déroulées en 1954 et 1955; après 1958, le Canada n'était plus représenté que pour la forme. La Commission a complètement cessé ses activités en 1969.

Commission internationale de surveillance et de contrôle en Indochine

Commission internationale de surveillance et de contrôle au Vietnam

Notez que bien que cette médaille soit de caractère militaire, la Chancellerie des distinctions honorifiques est responsable de l'administration des remplacements de la médaille.

Les 1 160 membres de la Commission (Canadiens, Hongrois, Indonésiens et Polonais) avaient pour rôle de superviser le cessez-le-feu au Sud Vietnam conformément aux dispositions de la Conférence sur la paix de Paris. La Commission a permis la libération et l'échange de plus de 32 000 prisonniers de guerre.

Commission internationale de surveillance et de contrôle au Vietnam

Force multinationale d'observateurs du Sinaï

Cette force, mise sur pied par les États-Unis, devait observer l'accord de 1979 à Camp David entre Israël et l'Égypte.

Force multinationale d'observateurs du Sinaï

Mission de surveillance de la Communauté européenne (Yougoslavie) (MSCE)

Cette mission visait à surveiller le respect de l'entente de cessez-le-feu entre les pays de l'ex-Yougoslavie et à rapporter toute violation de cette entente.

Mission de surveillance de la Communauté européenne (Yougoslavie) (MSCE)

Force internationale pour le Timor-Oriental

Le gouvernement de l'Australie a instauré la Médaille de la Force internationale pour le Timor-Oriental et la décerne au personnel militaire ayant fait partie des forces coalisées dirigées par la force de défense de l'Australie au Timor-Oriental.

Force internationale pour le Timor-Oriental

Médaille du service de la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD)

L’Union européenne (UE) a créé cette médaille le 1er janvier 2003 en reconnaissance du service effectué lors d’opérations de gestion de crise sous l’égide de l’UE.

Médaille du service de la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD)

Médaille polaire

Cette distinction est administrée par la Chancellerie des distinctions honorifiques de Rideau Hall. Pour de plus amples informations, visitez le lien ci-dessous.

http://www.gg.ca

Polaire

Médaille du souverain pour les bénévoles

Cette distinction est administrée par la Chancellerie des distinctions honorifiques de Rideau Hall. Pour de plus amples informations, visitez le lien ci-dessous.

http://www.gg.ca

Médaille du souverain pour les bénévoles

Médaille jubilé de la reine Elizabeth II (1977)

La Médaille du jubilé de la reine Elizabeth II souligne le 25e anniversaire de l'accession au trône de Sa Majesté. À cette occasion, des organisations nationales oeuvrant dans tous les secteurs d'activité importants, comme les professions, l'enseignement et les arts, ainsi que des groupes d'anciens combattants, des associations sportives, des organismes philanthropiques et des organismes de bienfaisance devaient proposer des candidats.Tous les titulaires de l'Ordre du Canada et de l'Ordre du mérite militaire ainsi que tous les récipiendaires des décorations canadiennes pour bravoure ont reçu cette médaille.Ce programme est maintenant clos. Cette médaille est administrée par la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall.

Médaille jubilé de la reine Elizabeth II (1977)

125e anniversaire de la Confédération du Canada

Cette médaille était décernée à des Canadiennes et à des Canadiens ayant rendu d'importants services à leurs concitoyens, à leur collectivité ou au Canada. Les personnes décédées avant le 1er janvier 1992 ne pouvaient pas recevoir cette décoration. Ce programme est maintenant clos. Cette médaille est administrée par la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall.

125e anniversaire de la Confédération du Canada

Médaille jubilé de la reine Elizabeth II (2002)

La Médaille du jubilé de la reine souligne le 50e anniversaire de l'accession au trône de Sa Majesté la reine Elizabeth II. Ce programme est maintenant clos. Cette médaille est administrée par la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall.

Médaille jubilé de la reine Elizabeth II (2002)

Médaille du jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II (2012)

La Médaille du jubilé de diamant souligne le soixantième anniversaire de l’accession au trône de Sa Majesté la reine Elizabeth II à titre de reine du Canada. La médaille est administrée par la Chancellerie des distinctions honorifiques de Rideau Hall.

Médaille du jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II (2012)

Médaille d’ancienneté de la Gendarmerie royale du Canada (GRC)

 

Cette distinction est administrée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC)

http://www.rcmp-grc.gc.ca/index.htm

 

Médaille d’ancienneté de la Gendarmerie royale du Canada (GRC)

Décoration des Forces canadiennes (CD)

La Décoration des Forces canadiennes est décernée aux officiers et au personnel non-officier des Forces canadiennes en reconnaissance de 12 années de service. Elle est décernée sans égard au grade, mais les récipiendaires doivent avoir une bonne fiche de conduite.

Décoration des Forces canadiennes (CD)

Médaille de la police pour services distingues

 

Cette distinction est administrée par la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall, pour de plus amples informations, visitez le lien ci-dessous.

http://www.gg.ca/

 

Médaille de la police pour services distingues

Médaille pour services distingues en milieu correctionnel

 

Cette distinction est administrée par la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall, pour de plus amples informations, visitez le lien ci-dessous.

http://www.gg.ca/

 

Médaille pour services distingues en milieu correctionnel

Médaille des pompiers pour services distingues

 

Cette distinction est administrée par la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall, pour de plus amples informations, visitez le lien ci-dessous.

http://www.gg.ca/

 

Médaille des pompiers pour services distingues

Médaille pour services distingues de la Garde côtière canadienne

 

Cette distinction est administrée par la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall, pour de plus amples informations, visitez le lien ci-dessous.

http://www.gg.ca/

 

Médaille pour services distingues de la Garde côtière canadienne

Médaille pour services distingues des services d'urgence médicale

 

Cette distinction est administrée par la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall, pour de plus amples informations, visitez le lien ci-dessous.

http://www.gg.ca/

 

Médaille pour services distingues des services d'urgence médicale

La Médaille pour services distingués des agents de la paix

 

Cette distinction est administrée par la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall, pour de plus amples informations, visitez le lien ci-dessous.

http://www.gg.ca/

 

La Médaille pour services distingués des agents de la paix

Médaille de la reine pour tireur d'élite

La première Médaille de la reine pour tireur d'élite relevait du régime britannique de distinctions honorifiques. En juin 1968, après l'unification des Forces canadiennes, Sa Majesté la reine a sanctionné l'octroi de cette médaille au Canada. Ce n'est toutefois qu'en 1991 que le Conseil privé du Canada en a recommandé la création et l'institution au pays. Le 28 août 1991, Sa Majesté a signé les lettres patentes autorisant la création au Canada de la Médaille de la reine pour tireur d'élite. Notez que bien que cette médaille soit de caractère militaire, la Chancellerie des Distinctions honorifiques de Rideau Hall est responsable de son administration.

Médaille de la reine pour tireur d'élite

Médaille de service de l'Ordre très vénérable de Saint-Jean de Jérusalem

Cette distinction est administrée par l'Ordre de Saint-Jean. Le Ministère de la Défense nationale fourni ces informations de base de façon temporaire, jusqu'à ce que les détails officiels soient accessibles sur le site de l'Ordre.

Médaille de service de l'Ordre très vénérable de Saint-Jean de Jérusalem

Médaille de long service des Commissionnaires

Cette distinction est administrée par le Corps canadien des commissionnaires. Le Ministère de la Défense nationale fourni ces informations de base de façon temporaire, jusqu'à ce que les détails officiels soient accessibles sur le site du Corps.

Médaille de long service des Commissionnaires

Citation à l'ordre du jour.

Est admissible à l'attribution de l'Insigne tout membre des Forces canadiennes en service actif et toute autre personne travaillant avec les Forces canadiennes ou de concert avec elles le 1er novembre 1990 ou après cette date.

Citation à l'ordre du jour

Feuilles d'érable

La feuille d'érable est Portée sur le ruban de petite tenue et dénote le niveau de l'Ordre du Canada, la deuxième attribution d'une décoration, l'attribution d'une barrette de théâtre ou l'attribution d'une deuxième barrette ou plus à une médaille de service générale.

Feuilles d'érable

Les chiffres

Les chiffres dénotent les tours supplémentaires sur une mission en particulier pour les médailles de l'ONU et certaines médailles de l'OTAN.

Les chiffres

Rosette

Portée sur le ruban (sans accessoire) de la Décoration canadienne (CD), elle dénote l'attribution de chaque barrette à la décoration.

Rosette

La Mention élogieuse du Chef d'état-major de la Défense (CEMD).

La Mention élogieuse du Chef d’état-major de la Défense (CEMD) est décernée par le CEMD afin de reconnaître les exploits ou activités qui dépassent les exigences des fonctions normales.

La Mention élogieuse du Chef d'état-major de la Défense (CEMD)

Médaillon des Forces canadiennes pour service distingué

Le Médaillon des Forces canadiennes pour service distingué est décerné par le Chef d’état-major de la Défense (CEMD), au nom des Forces armées canadiennes (FAC), en reconnaissance de services distingués ou exceptionnels accomplis par des personnes autres que des militaires en service actif ou par des groupes civils.

Médaillon des Forces canadiennes pour service distingué

Croix du souvenir

La Croix du souvenir est octroyée par le gouvernement canadien de Sa Majesté afin de commémorer la perte personnelle et le sacrifice relatif au décès d'un membre des Forces canadiennes qui a donné sa vie pour son pays.

Croix du souvenir

Mention élogieuse à l’intention des unités des Forces canadiennes

La Mention élogieuse à l’intention des unités des Forces canadiennes est une récompense collective créée pour reconnaître le service distingué d’une unité militaire.

Mention élogieuse à l’intention des unités des Forces canadiennes

Parchemin commémoratif

Le Parchemin commémoratif est présenté par le gouvernement canadien de Sa Majesté afin de commémorer la perte personnelle et le sacrifice relatif au décès d'un membre des Forces canadiennes qui a donné sa vie pour son pays.

Parchemin commémoratif

Barrette commémorative

La Barrette commémorative est présentée par le gouvernement canadien de Sa Majesté afin de commémorer la perte personnelle et le sacrifice relatif au décès d'un membre des Forces canadiennes qui a donné sa vie pour son pays.

Barrette commémorative

Ruban commémoratif

Le ruban commémoratif est remis par le gouvernement canadien de Sa Majesté pour symboliser la perte et le sacrifice consentis par les militaires qui ont donné leur vie au nom de leur pays.

Ruban commémoratif

Médaille Dag Hammarskjöld

La médaille Dag Hammarskjöld est présentée par les Nations Unies (NU) aux familles de ceux et celles qui ont donné leur vie au service de cette institution internationale.

Médaille Dag Hammarskjöld
Date de modification :