Mémorial canadien à Courcelette

Mémorial canadien à Courcelette

Le bloc de granit du mémorial canadien à Courcelette porte cette simple inscription :

L'ARMÉE CANADIENNE PRIT UNE PART GLORIEUSE À LA RUPTURE DU FRONT ALLEMAND SUR CES CÔTES PENDANT LA BATAILLE DE LA SOMME 3 SEPT.-18 NOV. 1916

Le mémorial se dresse au milieu d'un parc circulaire, masqué de la route par de grands arbres. Plus de dix variétés d'érables ont été plantées en bordure de larges sentiers de gazon impeccablement entretenu. Le peu de couleurs vives et la prédominance des verts tendres font du parc commémoratif à Courcelette un lieu de recueillement.

La Somme

Lorsque le Corps d'armée canadien quitta le saillant d'Ypres pour se rendre dans la région de la Somme, au début de septembre 1916, Flers-Courcelette fut sa première bataille importante - un assaut de deux armées lancé par sir Douglas Haig, le 15 septembre.

L'offensive commença à l'aube. Le Corps d'armée canadien attaqua sur un front de deux kilomètres près du village de Courcelette. Avançant derrière un barrage roulant (tactique nouvellement adoptée par l'artillerie), les fantassins étaient épaulés par des chars blindés, ces nouveaux engins de guerre qui, souvent, jetaient l'ennemi dans une confusion totale. L'assaut se déroula bien. Dès huit heures, les Canadiens s'étaient emparés du principal objectif, un bastion appelé «la sucrerie» et ils avancèrent jusqu'à Courcelette. De nombreuses contre-attaques furent repoussées et, le lendemain, la position était consolidée. II convient donc que le mémorial, qui symbolise pour les Canadiens onze semaines de combats sur la Somme, se dresse à l'endroit même de leur première victoire lors de cette longue et coûteuse offensive.

Au cours des semaines qui suivirent, les trois divisions canadiennes attaquèrent sans relâche toute une série de retranchements ennemis. L'ultime objectif était l'infernale tranchée Regina. Celle-ci résista à tous les assauts, et les nouvelles troupes qui relevèrent les trois premières divisions à la mi-octobre gagnèrent du terrain, sans toutefois réussir à s'emparer de la tranchée.

La 4e Division, venue prendre la relève, eut à se battre dans d'affreuses conditions. Enfonçant dans la boue jusqu'aux genoux, les troupes tentaient de repousser l'attaque violente et meurtrière de l'ennemi. Or, le 11 novembre, malgré le barrage quasi impénétrable, la Division réussit à s'emparer de la tranchée Regina, qui ne formait plus qu'une légère dépression dans le sol crayeux.

Une semaine plus tard, au cours du dernier combat de la Somme, les Canadiens avancèrent jusqu'à la tranchée Desire, faisant ainsi preuve d'une endurance et d'une bravoure peu communes. La 4e Division rejoignit ensuite le Corps d'armée canadien en face de la crête de Vimy.

Les troupes ne gagnèrent plus de terrain cette année-là. Les pluies d'automne avaient transformé le champ de bataille en bourbier, immobilisant ainsi l'offensive. La ligne n'avait avancé que de dix kilomètres; les Alliés avaient subi six cent mille pertes, et les Allemands, deux cent trente-six mille. Les Allemands avaient bien raison d'appeler la bataille de la Somme das Blutbad-le bain de sang.

La Somme avait coûté vingt-quatre mille vingt-neuf pertes au Canada, mais c'est là que les combattants canadiens affermirent leur réputation de troupes de choc acharnées. « Les Canadiens », écrivait Lloyd George, « se distinguèrent à un tel point à l'assaut que pendant le reste de la guerre on les utilisa comme fer de lance dans les grandes batailles. Chaque fois que les Allemands trouvaient en face d'eux le Corps canadien, ils s'attendaient au pire. »

Indications routières

Inscription

Le mémorial canadien à Courcelette est situé à environ 30 km au sud-est d'Amiens, 35 km au sud d'Arras et 145 km au nord de Paris. Vous pouvez vous rendre à Amiens en train ou en autobus et de là, prendre un taxi jusqu'au mémorial, au coût d'environ €75 pour un voyage aller-retour. Vous pouvez aussi prendre le train jusqu'à Albert et de là, prendre un taxi, au coût d'environ €24 pour un voyage aller-retour. Vous pouvez également louer une bicyclette à la station de train à un coût approximatif de €5 par jour, €11 par semaine ou €17 par mois.

Nota : Le coût d'un taxi indiqué plus haut est basé sur un voyage aller-retour sans période d'attente. Si vous désirez que le taxi vous attende pendant que vous visitez le site, vous devrez payer €17,90 l'heure. Les correspondances par l'autobus sont difficiles et il n'y en a pas beaucoup dans la région rurale du département de la Somme.

Si vous vous déplacez en auto, veuillez suivre les directions suivantes :

Nota : Les limites de vitesse en France sont de 50 km/h dans les villes et les zones résidentielles, d'habitude de 90 km/h sur les routes secondaires (mais ceci varie à certains endroits) et de 130 km/h sur l'autoroute. Soyez au courant de la règle accordant la priorité de la droite.

À partir de Paris, de l'aéroport Charles de Gaulle, suivez l'autoroute A1 en direction de Lille. Continuez sur cette route pour environ 135 km et prenez la sortie 14 en direction de Bapaume. Une fois à Bapaume, suivez les directives pour Albert via la D929. Le mémorial se situe sur la route Bapaume/Albert, sur votre droite, juste après la sortie vers Courcelette. Cela vous prendra environ 1,25 à 1,5 heures pour vous rendre au mémorial.

À partir d'Amiens, suivez la D929 en direction de Bapaume. Continuez sur cette route pour environ 30 km. Le mémorial se situe sur la route Bapaume/Albert, sur votre droite, environ 2 km après le village de Pozières. Cela vous prendra environ 40 minutes pour vous rendre au mémorial.

À partir d'Arras, suivez l'autoroute A1 en direction de Paris. Continuez sur cette route pour environ 25 km. Prenez la sortie 14 en direction de Bapaume. Une fois à Bapaume, suivez les directives pour Albert via la D929. Le mémorial se situe sur la route Bapaume/Albert, sur votre droite, juste après la sortie vers Courcelette. Cela vous prendra environ 40 minutes pour vous rendre au mémorial.

À partir de Courtrai, suivez la A26 et continuez sur cette route pour environ 130 km. Tournez vers le sud sur la A1 en direction de Paris et continuez sur cette route pour environ 25 km. Prenez la sortie 14 en direction de Bapaume. Une fois à Bapaume, suivez les directives pour Albert via la D929. Le mémorial se situe sur la route Bapaume/Albert, sur votre droite, juste après la sortie vers Courcelette. Cela vous prendra environ 1,25 à 1,5 heures pour vous rendre au mémorial.

À partir de Lille, suivez la A1 en direction de Paris et continuez sur cette route pour environ 70 km. Prenez la sortie 14 en direction de Bapaume. Une fois à Bapaume, suivez les directives pour Albert via la D929. Le mémorial se situe sur la route Bapaume/Albert, sur votre droite, juste après la sortie vers Courcelette. Cela vous prendra environ 1 heure pour vous rendre au mémorial.

Date de modification :