Mary Laura Wong

Cette page Web a été archivée dans le Web

La Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.



Mary Laura Wong (Mah) s'est enrôlée dans le CWAC (Service féminin de l'Armée canadienne) à Vancouver, en Colombie-Britannique, où elle a travaillé comme télétypiste. « Transcription de la vidéo

Transcription de la vidéo

Cliquer sur la photo pour l’agrandir

Larry Wong (Intervieweur)

Mary Laura Mah est née à Salmon Arm, en Colombie-Britannique. Et elle s'est engagée dans l'armée à Vancouver. Affectée à la caserne qui occupait le vieil Hôtel Vancouver, elle travaillait comme télétypiste.

Mary Laura Wong (Interviewée)

Je rêvais de m'engager dans les Forces armées. Je voulais entrer dans la Force aérienne, mais elle avait déjà épuisé son quota de femmes. Et la Marine ne m'intéressait pas, car je ne supportais pas les bas noirs qu'on portait à l'époque (rires). Je me suis donc engagée dans l'Armée de terre et lorsque j'y suis allée, le type qui était là m'a dit, « Tu es trop jeune, tu n'as pas dix-huit ans. » Je lui ai alors répondu, « Je reviendrai demain avec mon acte de naissance », et il n'arrivait pas à croire que j'en avais dix-neuf. Enfin bref, je suis sortie et il m'ont envoyée à. La formation de base se déroulait à Kitchener, parce qu'ils venaient de fermer le camp de l'Alberta, et je suis donc venue à Kitchener pour effectuer ma formation de base. Après la formation de base, ils m'ont envoyée suivre un cours pour devenir commis. Et après le cours de commis, une fois ce cours fini, la sergente d'état-major m'a dit, « Je veux que tu sois professeure. » Je dis, « Professeure? », « Oui, je veux. tu es très douée », elle dit, « Je veux que tu enseignes la dactylographie. », « Oh non, non, non, pas moi. » Je dis, « Vous m'imaginez, moi qui suis si petite, me tenir là debout en train de donner un cours à tous ces adultes? » Elle me dit (rires), « Ta taille n'a aucune importance, ce qui compte c'est ce que tu as là-haut », et j'ai ri. Bref, c'est tombé à l'eau et on m'a envoyée à Vancouver, et on m'a affectée à Vancouver au vieil Hôtel Vancouver. Là-bas, j'étais dans le Corps royal canadien des transmissions.

Larry

Oui et vous. que faisiez-vous au sein de cette unité?

Laura

J'étais une. j'étais télétypiste, et., et, parce que nous travaillions par quarts, nous occupions le 14e étage du vieil Hôtel Vancouver, à l'exception d'une extrémité qui servait d'infirmerie.

Larry

Donc, vous ne passiez pas la nuit à l'hôtel?

Laura

Si, si. Nous y habitions.

Larry

Ah, vraiment.

Laura

Oui, nous avions nos. nos repas, le reste et les cuisiniers. Lorsque nous devions faire le quart de nuit, de minuit à huit heures, les cuisiniers préparaient un repas spécialement pour nous à vingt-trois heures, avant que nous allions travailler. Et j'ai bien peur d'avoir été excessivement choyée là-bas (rires). Les cuisiniers me disaient, « Laura, j'ai quelque chose de spécial pour toi », et à la confiserie on savait que j'aimais les Cherry Blossoms, et lorsque les Cherry Blossoms étaient livrés, le type qui travaillait là me disait, « Laura, j'ai des Cherry Blossoms pour toi. » (rires) Et il m'arrivait donc parfois. il me laissait en acheter assez pour toutes les filles dans. qui étaient. dans le Corps des transmissions.

Cliquer sur la photo pour l’agrandir

Larry

Étiez-vous la seule fille chinoise de l'armée ou, à une échelle plus réduite, de la caserne de Vancouver?

Laura

Oui, oui, oui.

Larry

Comment ça s'est passé à l'époque?

Laura

Merveilleusement bien, j'ai passé des moments inoubliables.

Larry

Ah oui, vraiment?

Laura

Tout le monde était très sympathique, gentil et bon avec moi, oui vraiment.

Larry

Vous n'avez jamais été confrontée à la discrimination raciale?

Laura

Non, aucune discrimination raciale d'aucune sorte.

Larry

Et avez-vous par hasard travaillé sur des documents secrets ou quoi que ce soit de ce genre?

Laura

Oh, et bien, il y avait ces colonels et ces gros bonnets qui venaient et. et nous. Je me mettais sur la machine d'Ottawa et je tapais ce qu'ils me dictaient, et., et ils. nous attendions que la réponse arrive et puis elle arrivait. Je restais ainsi, je pense, environ une demie-heure avec eux. Oui, c'est ça.

Larry

Après la guerre, Mary a été choisie pour devenir l'une des trois premières Sino-Canadiennes à recevoir la citoyenneté canadienne, en février 1947.

Saviez-vous?

Saviez-vous que Mary Laura Wong a fait partie des premiers Sino-Canadiens à recevoir la citoyenneté canadienne, aux côtés de deux autres Chinoises et de cinq autres Chinois, lors d'une cérémonie spéciale qui s'est tenue à Vancouver?

Droit d'auteur ou de reproduction

Droit d'auteur ou de reproduction

Interviewé : Mary Laura Wong

Durée : 4:13

Date de modification :