Les sacrifices et les réalisations

Des Canadiens autochtones firent don d'au moins 44 000 $ pour le secours de guerre et mirent sur pied de nombreux groupes humanitaires, comme cette filiale de la Croix-Rouge, qui se réunissaient dans la collectivité autochtone de Five Hills à Belcarres, en Saskatchewan, en 1915. (R.L. Borden / Bibliothèque et Archives Canada / C-33257)

La Première Guerre mondiale - sa guerre des tranchées, ses gaz toxiques et ses mitrailleuses - anéantit presque une génération de jeunes Canadiens dont au moins 300 soldats autochtones canadiens.50 D'autres moururent par suite de maladie, en particulier de la tuberculose, cette maladie qui sévissait dans les tranchées humides d'Europe. Nombre d'Autochtones revinrent au Canada avec un début d'infection de cette maladie souvent mortelle.

Pendant quatre ans, les Autochtones canadiens participèrent à presque tous les combats terrestres importants et y gagnèrent des médailles pour bravoure. Ils ont également soutenu la cause des Alliés au pays, en faisant des dons d'argent et de marchandises aux diverses fondations patriotiques et de secours, et en investissant dans les obligations de la victoire. Au moment de l'Armistice, les dons des Autochtones aux divers fonds de secours totalisaient plus de 44 000 $, un chiffre imposant pour l'époque. Les femmes autochtones, comme d'autres Canadiennes, furent actives dans ce domaine. Elles mirent sur pied des ligues patriotiques, des filiales de la Croix-Rouge et d'autres organismes de charité. Elles recueillirent des vêtements, de l'argent et de la nourriture qui furent envoyés outre-mer.

Les contributions des Autochtones en temps de guerre ne passèrent pas inaperçues. Par exemple, quand le prince de Galles visita la région de Brantford, en octobre 1919, il remit aux Six-Nations une tablette en bronze commémorant 88 de ses membres qui avaient été tués au combat ou par suite des combats.51

Cameron Brant fut l'un des 88 membres des Six-Nations morts à la guerre dont les noms sont gravés sur une tablette en bronze donnée par le prince de Galles à la réserve des Six-Nations. Ce portrait de Brant est un croquis d'Irma Coucill pour le Temple de la renommée des Indiens. (Woodland Cultural Centre)

Dans le rapport annuel des Affaires indiennes de 1918-1919, Duncan Scott écrivit :

En cette année de paix, les Indiens du Canada peuvent contempler avec fierté le rôle qu'ils ont joué dans la Grande Guerre tant au pays que sur les champs de bataille. Ils ont très bien et très noblement maintenu les traditions loyales de bravoure de leurs ancêtres qui rendirent un service inestimable à la cause britannique en 1776 et en 1812, et lui ont ajouté un héritage d'honneur impérissable qui est un exemple et une source d'inspiration pour leurs descendants.52

Il ne savait pas encore que l'on aurait très bientôt besoin de leur exemple et de leur inspiration.

Date de modification :