Tireurs d'élite et éclaireurs

Réalisations exceptionnelles

C'est une nouvelle ère qui commença lorsque Samuel de Champlain se joignit à un groupe de guerriers hurons-algonquins en 1609 et tua deux Iroquois avec son arquebuse... La seule protection contre les armes à feu et la force de frappe supérieure des Blancs était la dispersion, le tir isolé et l'embuscade.

Fred Gaffen, historien militaire 25

La plupart des Canadiens, y compris les Autochtones, servirent dans l'infanterie du Corps canadien au sein de Corps expéditionnaire canadien (CEC). De nombreux Autochtones devinrent tireurs d'élite et éclaireurs. On faisait ainsi appel - avec des effets dévastateurs - à leurs talents traditionnels de chasseur et de guerrier.

Les fonctions étaient simples et dangereuses. Les tireurs d'élite servaient à décontenancer l'ennemi en atteignant leurs cibles à partir de cachettes, appelées « nids ». Avant une attaque, les éclaireurs se glissaient derrière les lignes de front afin de déterminer les positions de l'ennemi et leur force.

Pendant toute la guerre, le ministère des Affaires indiennes reçut de nombreuses lettres du front où l'on faisait l'éloge des tireurs d'élite et des éclaireurs autochtones. En outre, au moins 50 décorations furent décernées à des Autochtones canadiens pour le courage dont ils firent preuve comme tireurs d'élite et éclaireurs, ainsi que pour d'autres actes de bravoure pendant la guerre. Les Autochtones dont il est question dans le présent document ne représentent qu'une partie des anciens combattants autochtones pour qui la cause défendue était plus importante que leur vie.

Date de modification :