Feuillet d'information sur les chutes

Évitez les chutes...

Les chutes constituent la principale cause de blessures chez les aînés et les anciens combattants au Canada, totalisant plus de 50% des blessures chez les aînés. Bien que plusieurs personnes ignorent que les chutes peuvent être évitées, le fait demeure : il est relativement simple d’éviter les chutes.

Les faits démontrent d’ailleurs qu’au sein de la population âgée, le risque le plus facile à éliminer est le risque de tomber. La santé, le mode de vie, l’état du domicile, la collectivité, presque tout ce qui fait partie de notre quotidien peut contribuer à diminuer le risque de chute.

Cette série de feuillets a été produite en vue de réduire la fréquence et la gravité des chutes et de promouvoir l’autonomie et la qualité de vie des aînés, et de faire connaître aux aînés, aux anciens combattants et à leurs proches les multiples facteurs qui peuvent contribuer à la prévention des chutes et ainsi faire une grande différence dans leur qualité de vie.

En gardant la santé!

Votre état de santé est tout aussi important que la sécurité de votre environnement pour prévenir les chutes et réduire le risque de blessures. En améliorant votre alimentation, en augmentant votre force physique et en prêtant une attention toute particulière à votre équilibre, votre ouïe, votre vue ou vos médicaments, vous augmentez sensiblement votre protection contre les chutes.

Mangez bien

Sauter un repas peut entraîner des faiblesses et des étourdissements. La consommation de repas équilibrés et sains vous aidera à conserver vos forces. Consultez le Guide alimentaire canadien pour manger sainement*. Ce guide contient de l'information fiable sur la saine alimentation.

Soyez actif

Pour éviter de perdre votre mobilité, votre force, votre tonus musculaire, votre équilibre et votre souplesse, faites au moins 30 minutes d'activité physique modérée par jour. Si vous le pouvez, marchez tous les jours même si c'est à l'intérieur ou autour de la maison ou inscrivez-vous à un atelier d'exercices conçu pour améliorer votre force et votre équilibre. Communiquez avec le centre des aînés, la Légion ou le service des loisirs de votre localité pour vous renseigner sur les cours offerts. Pour obtenir des conseils et suggestions d'activités, consultez le Guide d'activité physique canadien pour une vie active saine pour les aînés*.

Faites vérifier votre vue et votre ouïe

Les gens qui ne voient pas bien risquent davantage de tomber. Portez toujours les bonnes lunettes (c'est très dangereux de porter vos lunettes de lecture en marchant!). Les problèmes auditifs peuvent aussi être à l'origine d'une chute : si vous n'entendez pas une auto venir ou les enfants jouer, vous risquez d'avoir un accident! Faites vérifier votre vue et votre ouïe régulièrement. Si vous avez besoin de lunettes ou d'un appareil auditif, portez-les!

Connaissez bien vos médicaments

Certains médicaments peuvent entraîner des étourdissements et des faiblesses chez les aînés en plus de modifier leur perception et leur équilibre. Demandez à votre professionnel de la santé de vous renseigner sur les effets secondaires possibles et les dangers d'interactions entre les médicaments que vous consommez. N'hésitez pas à poser des questions et à parler des malaises que vous ressentez.

Soyez prudents avec l'alcool

Les effets nocifs de l'alcool sur la vue, l'ouïe, l'équilibre et le jugement sont connus. Consommé seul ou combiné à des médicaments, l'alcool peut entraîner des chutes dangereuses, particulièrement chez les aînés. Il faut donc faire preuve de prudence et de modération.

En faisant de la prévention chez vous et autour de vous!

Cuisine

  • Éliminez les carpettes.
  • Assurez-vous d'avoir tout à portée de main pour éviter d'avoir à grimper.
  • Si vous devez grimper, utilisez un tabouret stable comportant une barre d'appui.
  • Essuyez promptement les liquides renversés afin d'éviter de glisser.

Escaliers

  • Faites poser des rampes des deux côtés de l'escalier.
  • Assurez-vous que vos escaliers sont bien éclairés.
  • Résistez à l'envie de poser des choses sur les marches de l'escalier.

Salle de bain

  • Faites poser des barres d'appui autour de la baignoire et de la douche.
  • Ajoutez un revêtement antidérapant dans la baignoire.
  • Utilisez un tapis de bain à endos antidérapant.
  • Installez une veilleuse dans le passage et dans la salle de bains.
  • Essuyez immédiatement l'eau ou le savon sur le plancher.

Salon

  • Laissez amplement d'espace entre les meubles pour faciliter les déplacements.
  • Pour ne pas trébucher, placez les cordons électriques en lieu sûr.
  • Assurez-vous que les meubles et lampes sont solides et stables.

Entrées et trottoirs

  • Ayez un banc dans l'entrée pour être en sécurité lorsque vous mettez ou enlevez vos souliers et bottes.
  • Assurez-vous que vos marches et trottoirs sont dégagés de neige et de glace, de feuilles ou de journaux détrempés.
  • Faites installer une rampe le long de votre trottoir, si nécessaire.

Jardin

  • Rangez votre boyau d'arrosage lorsque vous ne l'utilisez pas.
  • Replacez les pelles et râteaux en lieu sûr après usage.
  • Portez des chaussures confortables qui vous supportent bien.
  • Servez-vous d'un tabouret ou de genouillères à jardiner pour protéger vos genoux et votre dos.
  • Ayez vos petits outils de jardinage à portée de la main (dans un seau ou dans votre tablier de jardinage).
  • Évitez de marcher sur le gazon mouillé.
  • Gardez la cour et les allées libres de feuilles et de branches.
  • Assurez-vous que votre mobilier de jardin est stable et en bonne condition.

Lorsque vous sortez

  • Prenez tout le temps qu'il faut - planifiez bien vos sorties et ne vous pressez pas.
  • Portez des chaussures à semelle antidérapante et évitez les lacets trop longs qui peuvent vous faire trébucher.
  • Utilisez votre canne ou marchette.
  • Marchez lentement et avec précaution - prenez garde aux fissures, obstacles, pentes, surfaces glissantes ou autres dangers.
  • Soyez sur la défensive - attention aux autos, aux vélos et aux patins à roulettes!
  • Ne vous encombrez pas de paquets. Utilisez le service de livraison à domicile ou servez-vous d'un chariot ou panier roulant (qui peut aussi servir d'aide de locomotion).
  • Évitez de vous déplacer pendant les heures de pointe, dans l'obscurité ou lorsque la température est mauvaise.

Autres précautions

  • Évitez les tâches trop épuisantes ou potentiellement dangereuses; trouvez un volontaire - un ami, un voisin, un parent, un employé s'occupant de l'entretien de l'immeuble - pour vous aider à faire les travaux difficiles.
  • Faites attention de ne pas trébucher sur votre animal domestique (ou les jouets de vos petits-enfants!) - vérifiez les escaliers, le plancher et les couloirs.
  • Allumez les lumières avant d'entrer dans une pièce.
  • Enlevez vos lunettes de lecture quand vous ne lisez pas.
  • Utilisez une canne ou une autre aide de locomotion (à l'intérieur et à l'extérieur de la maison, au besoin).
  • Ne courez jamais pour répondre au téléphone. Si vous avez un répondeur, la personne vous laissera un message; sinon, elle vous rappellera.
  • Enfin, sachez que vous avez le droit de sortir et de vous sentir en sécurité. Si vous remarquez des conditions de risque ou de danger, signalez-les aux autorités concernées (l'administration municipale, le propriétaire de la résidence ou le personnel du magasin). Peut-être pourra-t-on réparer les fissures, installer des rampes d'accès, modifier la synchronisation des feux de circulation, poser des avertisseurs sonores... Signaler les dangers profite à toute la collectivité!

En réduisant les risques!

En vieillissant, notre corps change et cela peut contribuer aux risques de chutes. On peut éliminer ou réduire considérablement certains de ces risques en faisant de la prévention.

Bonne forme physique

Étant donné qu'avec l'âge nos activités deviennent souvent moins exigeantes, nous pouvons perdre notre bonne forme. Le maintien ou l'amélioration de la bonne forme physique est le moyen le plus sûr de prévenir les chutes et blessures. Toutes les formes d'exercices, structurés ou non, peuvent aider à préserver la force et la vitalité qui mettent les chutes en échec. Consultez le Guide d'activité physique pour une vie active saine pour les aînés* pour trouver des conseils adaptés aux aînés.

Bon équilibre

L'équilibre est un élément important de la santé physique. Le yoga, le Tai Chi et la danse sont toutes des activités qui favorisent l'équilibre et la stabilité - la preuve qu'on peut s'amuser tout en gardant la forme! Certains facteurs peuvent nuire à l'équilibre, comme l'absence d'aides fonctionnelles (ex: canne, marchette), leur mauvais usage (ex: lunettes de lecture en marchant) ou les effets de certains médicaments. Soyez conscient des risques. Faites des exercices d'équilibre et utilisez correctement vos appareils et médicaments.

Saines habitudes alimentaires

La consommation de repas équilibrés selon un horaire régulier aide à conserver force et vitalité. Pour bien vous alimenter, consultez le Guide alimentaire canadien pour manger sainement*. Si vous manquez d'inspiration lorsque vous mangez seul/e, invitez des amis à dîner chez vous occasionnellement, mangez au restaurant, ou faites-vous une routine qui vous donne le goût de bien vous alimenter (souper à la chandelle, petites gâteries, etc.)

Prévention à domicile

Réduisez les risques de chutes et de blessures en éliminant les obstacles, en améliorant les accès et en installant des aides fonctionnelles (barres d'appui, veilleuses, etc.) dans la maison et le jardin. Consultez le Chez soi en toute sécurité - Guide de sécurité domestique à l'intention des personnes âgées*, pour rendre votre environnement le plus sécuritaire possible.

Sorties sécuritaires

Les trottoirs mal entretenus, les rues mal éclairées et la mauvaise température peuvent vous mettre à risque. Avant de vous aventurer dehors, assurez-vous que les conditions sont idéales. N'hésitez pas à signaler aux autorités toute situation dangereuse dans votre voisinage.

Attention aux médicaments

Soyez conscient du fait que certains médicaments peuvent causer des étourdissements et autres effets. Lisez attentivement les étiquettes. Consultez votre médecin ou pharmacien pour connaître les effets secondaires de vos médicaments ou de la combinaison de vos médicaments, même ceux en vente libre. Et gardez en tête que l'alcool et les médicaments ne font généralement pas bon ménage!

Avec un budget limité, il peut être difficile de trouver l'argent nécessaire pour s'inscrire à un programme d'exercices ou pour modifier la maison (p. ex. : barres d'appui et aides techniques). Les anciens combattants peuvent communiquer avec le bureau de district d'Anciens Combattants Canada le plus près de leur domicile afin de se renseigner sur les programmes et les services auxquels ils pourraient être admissibles et qui pourraient améliorer leur bien-être et les aider à rester dans leur domicile et leur communauté. Les aînés peuvent communiquer avec leur municipalité, le CLSC ou centre de santé local et les organismes d'aînés pour obtenir de l'information sur les subventions et les services offerts à prix réduit ou sans frais.

En sensibilisant votre milieu!

La plupart des gens ne sont pas au courant des mesures faciles à prendre pour assurer la protection contre les chutes. Vous pouvez contribuer à la prévention des chutes en demandant à votre municipalité, aux groupes communautaires, à la Légion et aux clubs d'aînés de votre localité de prendre part à des programmes de sensibilisation. Vous pouvez même créer vous-même un groupe de prévention!

Connaissant bien votre propre milieu, vous êtes en mesure d'élaborer les meilleurs moyens et idées pour solliciter l'engagement de votre collectivité à des activités de sensibilisation des aînés, des anciens combattants et de l'ensemble de la collectivité aux risques et aux dangers des chutes. Voici quelques suggestions qui pourraient vous aider à démarrer le projet :

  • Fournissez de la documentation sur la prévention des chutes (voir le feuillet no 7, Ressources) au centre communautaire, aux salles de la Légion, aux résidences et autres endroits que fréquentent les aînés.

  • Préparez un étalage attrayant de cette documentation et demandez à votre municipalité, bibliothèque locale ou centre commercial de le mettre en évidence.

  • Sollicitez la participation d'organisations qui s'intéressent à la prévention des chutes (comités de bénévoles, administration municipale, CLSC, centres médicaux, comité de loisirs).

  • Consultez les membres de votre organisation et les aînés de votre communauté pour définir les principaux besoins en matière de prévention des chutes ainsi que les approches à privilégier pour répondre à ces besoins.

  • Exigez de la municipalité qu'elle élimine les dangers potentiels et se préoccupe de la sécurité des aînés dans le design des endroits publics.

  • Faites rapport de toute situation susceptible d’être dangereuse aux autorités compétentes.

  • Invitez des présentateurs, comme une infirmière de la santé publique ou un urbaniste/ingénieur municipal, à venir discuter du rôle qu'ils peuvent jouer dans la réduction des risques de chutes; animez vous-même un atelier sur la prévention des chutes.

  • Présentez des articles informatifs sur les mesures de prévention des chutes au journal local ou à des publications destinées aux aînés de la communauté.

  • Organisez un programme de visites à domicile de la part d'experts techniques qui aideront les aînés et les anciens combattants à déceler et à éliminer les risques. Ou parlez-en à votre municipalité!

  • Devenez porte-parole pour la prévention des chutes et la sécurité du milieu! N’hésitez pas à demander à votre municipalité de concevoir des environnements plus sécuritaires et d’offrir des programmes d’exercices à l’intention des aînés. Prenez les choses en main; organisez un programme de marche dans un centre commercial ou ailleurs.

En suivant ces consignes!

Pour améliorer vos chances de demeurer sains et saufs, affichez cette petite liste bien en évidence et consultez-la souvent.

  • Éliminez les dangers et les risques dans votre maison et votre jardin.

  • Installez des accessoires fonctionnels dans votre domicile (barres d'appui, rampes, bandes antidérapantes).

  • Dégagez les marches, entrées et allées de la glace, la neige, les journaux et les feuilles.

  • Planifiez vos sorties de façon à vous laisser du temps - ne vous pressez pas.

  • Faites usage des accessoires ou aides conçues pour vous aider à marcher, à garder votre équilibre, à bien entendre et à bien voir.

  • Faites usage des accessoires ou aides conçues pour vous aider à marcher, à garder votre équilibre, à bien entendre et à bien voir.

  • Enlevez toujours vos lunettes de lecture lorsque vous marchez.

  • Faites de l'activité physique tous les jours - pour conserver vos forces et votre équilibre.

  • Demandez de l'aide pour les tâches plus difficiles ou épuisantes.

  • Mangez des repas équilibrés, selon un horaire régulier.

  • Soyez vigilant. Si vous constatez des conditions dangereuses, informez-en les autorités.

  • Renseignez-vous sur les effets de vos médicaments et prenez-les correctement (consultez votre médecin ou pharmacien).

Voici les faits!

Les chutes sont la principale cause de blessures mortelles chez les aînés canadiens et sont responsables de plus de la moitié de toutes les blessures qu'ils subissent.

Le risque de chute est le facteur le plus facile à contrôler chez les aînés canadiens.

  • Chaque année, environ 30 p. 100 des aînés canadiens vivant dans la communauté font au moins une chute.
    (O'Loughlin, J.L. et al. 1993. Incidence of and risk factors for falls and injurious falls among the community-dwelling elderly. American Journal of Epidemiology, 137 (3), p. 342-354.)
  • Les chutes chez les personnes âgées entraînent une perte d'autonomie. En 1998-99, on a rapporté 68 897 hospitalisations liées à des blessures chez les aînés, soit 35 p. 100 de toute les admissions liées à des blessures. Les aînés sont donc plus susceptibles que tout autre groupe d'âge d'être hospitalisés à cause de blessures résultant d'une chute. En fait, 56 p. 100 de toutes les admissions liées aux chutes concernaient des personnes de plus de 65 ans.
    (Institut canadien d'information sur la santé. Rapports du Registre national des traumatismes sur les hospitalisations à la suite de blessures: données 1998-1999. Ottawa : l'Institut, 2001.)
  • En 1997, les chutes représentaient 20 p. 100 de l'ensemble des décès survenus à la suite de blessures chez les aînés.
    (Compilation par la Section des blessures, Division de la surveillance de la santé et de l'épidémiologie, CDSH, DGSPSP, Santé Canada. Analyse des données de décès (1997) de Statistique Canada.)
  • Près de la moitié des blessures que subissent les aînés se produisent à la maison. Les éléments architecturaux des immeubles, par exemple les planchers, les escaliers et les marches, sont tenus responsables des blessures plus souvent que n'importe quel produit domestique.
    (Compilation par la Section des blessures, Santé Canada. Injuries associated with falls in seniors. Données sommaires pour 1997). (Identification of consumer products causing injury and death to seniors. Rapport final soumis à Santé Canada par Valerie Howe, Prospect Consulting, mars 1996.)
  • Le taux de décès liés aux blessures augmente considérablement avec l'âge. En 1997, il représentait 51,6 décès par 100 000 personnes dans le groupe des 65-74 ans. Chez les plus de 85 ans, le taux s'élevait à 455,6 décès.
    (Statistics and trends. Préparé pour la Conférence canadienne sur le contrôle et la prévention des blessures, par le Alberta Centre for Injury Control and Research, 2000.)
  • Les aînés qui font des chutes risquent davantage l'institutionnalisation en permanence. Selon une étude, cette probabilité serait trois fois plus grande chez les aînés qui chutent.
    (Wilkins, K. Chutes, gens âgés et recours aux services de santé. Rapports sur la santé. 10 (4) 1999. Statistique Canada.)
  • Les statistiques révèlent qu'en un an (entre juin 1996 et juin 1997) 37 p. 100 des anciens combattants ont fait une chute ou plus. 75 p. 100 de ceux de plus de 75 ans ont subi une blessure résultant d'une chute. Quant à ce groupe d'aînés plus âgés, ils tendent à subir des blessures plus sérieuses, telles que la perte de conscience, des entorses et des fractures.
    (Compilation par Micheline Charest, Coordonnatrice, Planification et négociations, Anciens Combattants Canada, à partir de l'Enquête auprès des besoins de soins d'anciens combattants (Tableau HS7A) de Statistique Canada. No de cat. 89-554-XPE.)
  • On estime qu'environ 40 p. 100 des hospitalisations survenues à la suite d'une chute chez les aînés sont dues à une fracture de la hanche. Cette fracture représente la blessure la plus fréquente causée par les chutes chez les aînés. On prévoit que le nombre de cas augmentera chaque année, passant de 23 375 cas en 1993 à 88 214 en l'an 2041.
    (The Hygeia Group. The economic burden of unintentional injury in Canada. Smartrisk, 1998.)
  • On a évalué à 2,4 milliards de dollars par année les coûts directs en soins de santé occasionnés par les blessures subies à la suite de chutes. Les soins aux aînés blessés lors d'une chute représentent 41 p. 100 de ces coûts, soit 1 milliard de dollars.
    (The Hygeia Group. The economic burden of unintentional injury in Canada. Smartrisk, 1998.)

Cette publication est disponible en formats substituts sur demande.

Les fichiers PDF sont accessibles au moyen d'un lecteur Adobe Acrobat Reader.

Pour de plus amples renseignements, téléphonez ou écrivez à :

Santé Canada
a/s Division du vieillissement et des aînés,
Santé Canada
Indice de l'addresse : 1908A1
Ottawa (Ontario) K1A 1B4

Tél.: 613-952-7606
Téléc.: 613-957-9938
Courriel: seniors@hc-sc.gc.ca

Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez?

Utilisez notre outil de recherche ou contactez-nous 1-866-522-2022, du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30, heure locale.

Vous vivez à l’extérieur du Canada?

Du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30, heure de l’Est

États-Unis 1-888-996-2242
Royaume-Uni, Allemagne, France ou Belgique 00-800-996-22421
Ailleurs 1-613-996-2242 (à frais virés)

Date de modification :