« La route vers la guerre, c’est la guerre! »

La force francophone

« La route vers la guerre, c’est la guerre! »

Transcription
« La route vers la guerre, c’est la guerre! » On est au large d’Halifax, de, de New York lorsqu’on entend des explosions dehors. Alors, immédiatement, la consigne, puis on va se réunir dans le grand salon du bateau, on est environ une cinquantaine de passagers, femmes et enfants, et hommes. Après l’alerte, qui a duré à peu près une demi heure, trois quarts d’heure, c’est très énervant, on est assis dans le salon, on entend des bombes qui éclatent, des depth charge, des, des, des torpilles des corvettes de la protection navale du convoi qui file à peu près six nœuds à l’heure, c’est pas beaucoup. On va aussi vite que le plus lent des bateaux. Et all clear. Et lorsque le all clear sonne, on monte sur le pont prendre l’air et là, en face de nous, il y a un navire qui coule. Un navire marchand qui coule. Ils ont été témoins de l’abandon du navire. Nous avons vu le capitaine sur la passerelle. Nous, nous tournions autour pour ramasser les survivants, que nous avons fait. Et, c’est dramatique. Et là, pour moi de voir à un moment donné un bateau couler, c’était mon premier exercice de vraie guerre. Ça c’était la vraie guerre, de voir plonger, de voir le remou, de voir le capitaine que je va perdre de vue, sur la passerelle qui est, on sait pas, on sait pas…
Description

M. Forbes traverse l’Atlantique en direction de Liverpool en Angleterre pour terminer son entraînement lorsque l’équipage a un avant-goût de ce que peut être la guerre en plein océan.

Jean Charles Bertrand Forbes

Né d'une famille d'industrialiste à Matane en mars 1921, Charles Forbes fait ses études chez les frères du Sacré-Cœur à Victoriaville. Il se découvre une vocation de soldat grâce au prêtre du village. Après un an au Collège Militaire Royal de Kingston en Ontario, il s'engage pour service actif en novembre 1941 et complète sa formation d'officier. Après divers stages comme instructeur, il s'embarque pour l'Angleterre en décembre 1942. Il est assignéé au Régiment de Maisonneuve qui débarque en Normandie le 6 juillet 1944. Il participe à plusieurs campagnes à la tête de son peloton jusqu'à son rapatriement vers l'Angleterre en décembre 1944 à la suite d’une blessure subie à Groesbeek, en Hollande près de la frontière allemande. À la suite d'un acte de bravoure exceptionnel lors de la capture du barrage reliant le Beveland du Sud à l'île de Walcheren en Hollande il est sacré Chevalier Militaire de l'Ordre de Guillaume par la reine Wilhelmine de la Hollande. C'est la plus haute décoration de bravoure accordée par les Pays-Bas. De retour au Canada au printemps de 1945, il est démobilisé en novembre 1945, mais se réengage pour participer à la guerre de Corée avec le 2e bataillon du Royal 22e Régiment. Il quittera définitivement l’armée en 1965.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada et Témoignages d'honneur
Durée :
1:25
Personne interviewée :
Jean Charles Bertrand Forbes
Guerre ou mission :
Seconde Guerre mondiale
Emplacement géographique :
Océan Atlantique
Branche :
Armée
Unité ou navire :
Régiment de Maisonneuve
Grade militaire :
Lieutenant
Occupation :
Commandant de peloton

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :