Salut!

Fier d'être au service des véterans du Canada
NUMÉRO SPÉCIAL- PRENTEMPS 2019

Être à nouveau le sergent que j’étais avant.

Le véhicule dans lequel le sergent (retraité) John Tescione prenait place la veille du jour de l’An 1994 se trouve au Musée canadien de la guerre à Ottawa. Il est criblé d’au moins 54 balles, probablement plus. Sept d’entre elles ont atteint John. Des fragments des quatre balles qui l’ont touché à la tête sont toujours là, un quart de siècle plus tard.

Le traumatisme physique et émotionnel de cette nuit-là persiste, la nuit où lui et un compagnon d’armes du 1er bataillon du Royal Canadian Regiment ont été pris en embuscade par un groupe de Serbes. Ils s’étaient portés volontaires pour servir en Croatie en tant que gardiens de la paix des Nations Unies, mais à ce moment-là, ce qu’ils vivaient ressemblait plutôt à la guerre.

« L’adrénaline monte, tu te sens indestructible. Je me suis entraîné pendant si longtemps pour faire ce que je faisais, dit-il. Aussi choquant que cela puisse paraître, pendant que tu es là-bas, tu pries presque pour qu’une telle chose arrive. »

John et le caporal (retraité) Phil Badanai ont tous deux subi de graves blessures. C’est difficile à imaginer, mais John s’est rétabli rapidement et est retourné au service un mois plus tard. Les années ont passé et John a lutté contre les traumatismes physiques et émotionnels, mais il n’en parlait pas, de peur de paraître faible. Il a manqué des rendez-vous pour voir un psychologue militaire et a ignoré les conseils pour obtenir l’aide dont il avait manifestement besoin.

« Tu ne comprends pas parce que tu n’as jamais ressenti une telle douleur auparavant, dit-il. Et puis tu commences à t’inquiéter de ce que les gens pensent de toi. »

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) n’était pas bien compris au moment du rétablissement de John. Il a servi encore 10 ans avec son régiment préféré, le 48e Highlanders, avant qu’on lui diagnostique un TSPT en 2004. Il a été libéré de la Réserve en novembre 2006.

« Tu quittes ces conversations une heure ou deux plus tard et tu es épuisé physiquement, dit-il, mais tu as cette énergie qui se développe en toi parce que tu sais que tu as aidé quelqu’un. C’était thérapeutique. J’ai adoré. »

John a trouvé de l’aide grâce au Soutien social aux blessés de stress opérationnel (SSBSO), qui organise du soutien par les pairs. Le SSBSO a eu une telle incidence sur sa vie qu’il est devenu coordonnateur du soutien par les pairs pour la grande région de Toronto. Il voulait redonner au programme ce qu’il avait reçu, mais il a trouvé que cela l’aidait aussi.

Toutefois, le TSPT cause parfois le retour de périodes sombres. John est entré en traitement pour alcoolisme lié au TSPT et en est sorti trois mois plus tard un nouvel homme, sobre et pesant 90 livres de moins. À cette époque, son vieil ami Phil Badanai s’entraînait pour les Jeux Invictus de 2017 à Toronto. Les Jeux Invictus sont une compétition sportive internationale pour les militaires et les vétérans malades ou blessés.

« Je me sentais comme un moins que rien. J’étais en train de m’isoler et j’avais l’impression que je voulais mourir, dit-il. Je n’arrivais pas à croire que j’avais été accepté à Invictus. C’était comme si j’avais gagné à la loterie. »

John n’a pas rapporté de médaille à la maison, mais on voit de nombreuses vidéos de lui en ligne qui le montrent en train de rallier la foule en Australie. Comme il l’a fait avec le soutien par les pairs, John souhaite poursuivre sa participation à Invictus.

« Si tu m’avais dit il y a deux ans que je ferais de la course et de la voile et que j’aurais un tout nouveau groupe d’amis, je t’aurais pensé fou. » John dit qu’il veut « être à nouveau le sergent qu’il était avant » et que son expérience avec Invictus lui a donné le goût de diriger et d’être à nouveau entouré de gens. Assurément, un bel avenir se dessine devant lui.

RACONTEZ VOTRE HISTOIRE!

Nous remercions Tanya, Ryan, Bambi et John de nous avoir raconté leur histoire. Ainsi, ils nous aident à améliorer nos processus et la façon dont nous diffusons l’information sur nos programmes. Si vous êtes un vétéran ou un membre de la famille d’un vétéran et que vous aimeriez raconter votre histoire, communiquez avec nous. Nous sommes à votre écoute et nous souhaitons faire part de votre expérience à votre communauté de vétérans.

Courriel :

vac.communications.acc@canada.ca

En ligne :

veterans.gc.ca/salut

Téléphone :

1 866 522 2022

Adresse :

Anciens Combattants Canada

CP 7700,

Charlottetown, Î.-P.-É.

C1A 8M9

Date de modification :