Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

La Maison Anne Frank éduque les jeunes leaders au Canada

« Nous ne pouvons plus changer ce qui s’est passé. La seule chose que nous puissions faire est de tirer les leçons du passé et de prendre conscience de ce que signifient la discrimination et la persécution des personnes innocentes. Je crois qu’il est de la responsabilité de chacun de combattre les préjugés. » - Otto Frank

Share this article on:

La Maison Anne Frank a été établie aux Pays-Bas en 1957 en collaboration avec le père d’Anne Frank, Otto Frank. M. Frank a eu l’idée de raconter l’histoire de sa fille en ouvrant au public l’endroit où sa famille s’est cachée il y a plus de 70 ans. L’objectif était d’offrir aux jeunes de tous les horizons un lieu où ils peuvent se réunir et prendre des mesures pour prévenir la haine dans leur propre vie et leur collectivité.

Otto Frank était convaincu que les jeunes sont essentiels pour mener au changement et éviter que l’histoire ne se répète. C’est pourquoi la Maison Anne Frank a pour mandat de sensibiliser les gens à l’histoire marquante d’Anne Frank, dans le but d’éduquer les visiteurs au sujet des dangers de l’antisémitisme, du racisme et de la discrimination, et de l’importance de la liberté, de l’égalité des droits et de la démocratie.

Anciens Combattants Canada fournit des fonds à la Maison Anne Frank depuis déjà plusieurs années. En 2019, la Maison Anne Frank a reçu du soutien dans le cadre du Programme de partenariat pour la commémoration d’Anciens Combattants Canada afin de présenter une exposition itinérante intitulée Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui  dans diverses collectivités à l’échelle du Canada.

L’histoire sur la route

L’exposition itinérante a été présentée la première fois dans les années 1990 pour permettre à un plus grand nombre de jeunes dans le monde entier de connaître l’histoire d’Anne Frank. Plusieurs écoles et musées au Canada ont accueilli l’exposition itinérante en 2011. Julie Couture, qui travaille sur des projets éducatifs à la Maison Anne Frank, a présenté l’exposition itinérante dans plus de 80 villes canadiennes. Elle partage l’objectif d’Otto Frank visant à faire de ce musée « un point de rencontre où tous les jeunes peuvent se réunir, discuter et agir afin de faire une différence pour prévenir la haine dans leur propre vie ». L’exposition itinérante raconte l’histoire d’Anne Frank en présentant les différentes réalités auxquelles elle a dû faire face : l’ascension d’Hitler, la persécution des Juifs et la Seconde Guerre mondiale. On y montre les conséquences directes que des événements historiques peuvent avoir sur la vie des gens. L’exposition met aussi en valeur le rôle des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale et les principales batailles menées par les Canadiens dans ce conflit, notamment pour la libération des Pays-Bas.

Plus de 1 500 étudiants canadiens ont eu la chance d’agir comme guides officiels pour l’exposition. « En sensibilisant les jeunes aux quatre coins du Canada et en faisant en sorte que des écoles secondaires accueillent l’exposition, nous orientons nos efforts sur les jeunes d’aujourd’hui pour contribuer à un meilleur avenir », a expliqué Julie Couture. Les jeunes guides suivent une formation au cours de laquelle ils sont encouragés à s’engager dans des discussions pour mieux comprendre la discrimination et jusqu’où la haine peut mener si elle n’est pas combattue. Grâce à cette possibilité de bénévolat, les jeunes ont l’occasion de relater cette partie de l’histoire, de raconter leur propre histoire et d’inspirer leurs pairs à faire de même. L’un des moyens novateurs employés par la Maison Anne Frank pour discuter de cette histoire avec les jeunes d’aujourd’hui consiste à utiliser les mêmes outils dont les jeunes se servent au quotidien, comme une caméra vidéo. La Maison Anne Frank a ainsi créé de courts journaux vidéo pour montrer comment Anne aurait pu rapporter son expérience si elle avait eu une caméra vidéo sous la main au lieu d’un journal intime. Pour les jeunes d’aujourd’hui, qui passent une grande partie de leur temps à partager leur vie en ligne, les journaux vidéo rendent l’histoire d’Anne beaucoup plus accessible. 

Regarder vers l’avenir

Jusqu’à maintenant, l’exposition itinérante a accueilli plus de 125 000 visiteurs au Québec, en Ontario, en Colombie-Britannique, au Manitoba, en Alberta et au Yukon. Dans l’année à venir, on souhaite présenter l’exposition itinérante dans des communautés isolées du Canada qui n’ont pas eu l’occasion d’accueillir cette initiative au cours des années précédentes. Afin de mieux intégrer les diverses communautés, le matériel pédagogique pour ce projet sera aussi disponible dans les langues des communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits, en plus d’être offerts dans les deux langues officielles.

Il est important pour les Canadiens de reconnaître qu’il y a des personnes et des communautés qui sont victimes de discrimination dans notre pays. Julie Couture souhaite que l’exposition itinérante « permette aux jeunes de prendre conscience qu’ils ont le pouvoir de faire une différence. Le fait que le message de cette jeune fille demeure pertinent à ce jour, plus de 75 ans après sa mort, montre à nos jeunes que leur voix aussi est importante et mérite d’être entendue, et qu’ils peuvent changer les choses s’ils sont insatisfaits ». L’exposition itinérante est un autre outil important pour apprendre aux jeunes leaders à promouvoir activement la diversité et à bâtir un Canada véritablement inclusif.

Anciens Combattants Canada rend hommage à ceux et celles qui ont servi le Canada en temps de guerre et de paix, et préserve le souvenir de leurs réalisations et de leurs sacrifices pour tous les Canadiens. Les organisations qui réalisent des initiatives de commémoration peuvent obtenir une aide financière dans le cadre du Programme de partenariat pour la commémoration.

Date published: 2020-10-27


Date de modification :