Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Entretenir les Livres du Souvenir du Canada

Les Livres du Souvenir du Canada renferment la mémoire collective d’une nation. Afin d’honorer la mémoire de plus de 120 000 Canadiens qui ont consenti le sacrifice ultime alors qu’ils servaient le Canada en uniforme, leurs noms sont tracés au moyen d’une belle calligraphie. Richard Draffin, le calligraphe qui ajoute des renseignements à ces livres inestimables et les met à jour pour Anciens Combattants Canada, n’utilise que des techniques de lettrage traditionnelles. Chaque coup de pinceau et chaque lettre sont faits à la main. Ce processus consciencieux lui permet de ressentir un lien avec le passé.

Partager cet article sur:

Richard Draffin est un vétéran du Corps royal canadien des transmissions, dont il a fait partie pendant 28 ans. Lorsqu’il a pris sa retraite des Forces armées canadiennes, il est retourné aux sources dans le domaine des beaux arts. À présent, il est le calligraphe qui entretient et qui met à jour les Livres du Souvenir du Canada pour Anciens Combattants Canada.

Sur les huit Livres du Souvenir, les sept premiers rendent hommage à plus de 118 000 Canadiens qui ont perdu la vie alors qu’ils servaient le Canada en uniforme, et ce, depuis la Confédération. Le huitième livre, le Livre du Souvenir de la guerre de 1812, a été commandé pour marquer le 200e anniversaire du traité de paix qui a mis fin à la guerre.

Richard utilise des techniques de lettrage traditionnelles sur du papier vélin (c. à d. de la peau animale). Il a également recours à de l’or à 23 ou 24 carats, selon la même technique vieille de milliers d’années qu’utilisaient ceux qui étaient là avant lui. Ces techniques font en sorte que les livres seront préservés pendant des milliers d’années.

« Lorsque les livres seront ouverts dans mille ans, le lettrage, la dorure et les couleurs seront tout aussi beaux, propres et nets qu’au début et cela leur fait honneur. »
HTML5 Transcription

Courage (musique)

Honneur (musique)

Dévouement (musique)

Souvenir (musique)

Le Canada se souvient (musique)

Je m’appelle Richard Draffin, je suis calligraphe et je travaille pour Anciens Combattants Canada.

Je tiens à jour les Livres du souvenir pour le Canada et j'y fais des ajouts.

J’ai une formation en beaux-arts, mais je me suis enrôlé dans l’armée quand j’avais 18 ans et j’ai servi pendant 28 ans.

J'ai fait partie du Corps des transmissions et des communications, ou j'étais chargé des communications tactiques et stratégiques pour les Forces canadiennes.

Je m’occupais des communications, assis dans des boîtes de camion ou dans le fond d’un trou. Ouais.

Mon travail consiste en deux parties.

La première est d’apporter des corrections : quand la famille, un ami ou l’armée remarque une erreur dans un des Livres du Souvenir,

je la corrige pendant l’une de mes visites à Anciens Combattants Canada.

La deuxième, eh bien, chaque année, malheureusement, des Canadiens perdent la vie par suite de leur service militaire, alors j’écris leur nom dans les livres.

C’est triste, mais pendant la guerre en Afghanistan, il m’est arrivé de devoir me présenter toutes les semaines pour ajouter des noms,

et c’était un peu… un peu bouleversant pour beaucoup de gens.

J’ai moi-même un lien personnel avec les Livres du Souvenir.

Le nom de mon grand-père figure dans le livre de la Première Guerre mondiale, et puisque je suis un vétéran, il y a aussi...

J’ai aussi des amis dont le nom figure dans le septième Livre du Souvenir.

La première fois que j’ai approché une lame de rasoir des pages d’un de ces livres, certaines personnes dans la pièce étaient très nerveuses.

Je suis très heureux de faire ce travail, car je suis fier de ce que font les calligraphes.

Ces livres sont l’une des merveilles du Canada.

Plus de gens les voient et les apprécient, mieux c’est, non seulement pour Anciens Combattants Canada, mais pour tous les Canadiens.

L’aspect technique de mon travail n’a pas vraiment changé depuis mille ans,

donc je peux supposer que tout ce que j’inscris dans les livres y restera pendant des centaines, voire des milliers d’années.

Ce n’est pas un processus rapide.

Il a fallu presque deux ans et demi pour achever le Livre du Souvenir de la guerre de 1812,

et j’ai mis près de 11 mois pour inscrire 1 600 noms sur 176 pages de vélin.

Je suis constamment émerveillé par les calligraphes qui m’ont précédé et par la responsabilité qui m’incombe dans la tenue de ces livres.

Malheureusement, la plupart des Canadiens n’ont pas la chance de voir les livres sortis de leur vitrine.

Il m’est arrivé d’être dans une pièce avec quatre de ces livres; je peux passer les mains et les doigts sur les noms,

et sentir les petites bosses que forment l’encre et les dorures,

et c’est… C’est pourquoi je suis émerveillé par les gens qui m’ont précédé et par les Canadiens dont le nom figure dans ces livres.

Un gros plan d'une Livre du Souvenir (musique)

Une message de la governement du Canada.

Richard met à jour et entretient les Livres du Souvenir au nom d’Anciens Combattants Canada, ce qui comprend essentiellement d’apporter des modifications et d’ajouter du texte aux livres. Par exemple, le nom, le grade ou le régiment initialement inscrit est parfois erroné et nécessite une correction. Toutefois, lorsque Richard ajoute du texte, c’est pour des raisons plus sombres. En effet, au cours de la guerre en Afghanistan, les noms qu’il ajoutait, parfois chaque semaine, correspondaient à ceux qui avaient été mortellement blessés.

La calligraphie est un travail exceptionnellement minutieux, qui demande une technique approfondie et beaucoup de soin. Richard se souvient du temps qu’a demandé l’écriture du Livre du Souvenir de la guerre de 1812 (presque 11 mois pour écrire les 1 600 noms).

Richard a un lien personnel avec les livres. Le nom de son grand père apparaît dans le Livre du Souvenir de la Première Guerre mondiale. De plus, étant lui même un vétéran, les noms de certains de ses amis apparaissent dans le septième livre. Lorsque vous entendez Richard décrire ces objets précieux avec admiration et révérence, vous obtenez une véritable idée de la fierté qu’il tire de son travail.

Un gros plan de la main de Richard Draffin inscrivant un nom dans les Livres du Souvenir.
« Je suis constamment en admiration devant les calligraphes qui m’ont précédé et la responsabilité qui m’incombe d’entretenir ces livres. »

Les huit Livres du Souvenir sont exposés de manière temporaire dans la salle du Souvenir du centre d’accueil des visiteurs de l’édifice de l’Ouest de la Colline du Parlement. La Chapelle du Souvenir de la Tour de la Paix, où les Livres du Souvenir se trouvaient auparavant, restera fermée pour la durée des travaux de rénovation de l’édifice du Centre qui s’échelonneront sur 10 ans. Les noms inscrits dans les Livres du Souvenir se trouvent également dans le Mémorial virtuel de guerre du Canada.

Date de publication : 2020-05-18


Richard Draffin, pendant son service en tant que membre du Corps des transmissions royal du Canada.

Renseignements supplémentaires

Consulter tous les articles

Date de modification :