Des vétérans entrepreneurs mettent à profit leurs expériences militaires

Le fait d’occuper un emploi intéressant est un élément central de votre bien-être. En effet, cet emploi vous offre une stabilité financière et donne un but à votre vie à l’extérieur des FAC. Le choix d’une deuxième carrière est donc une étape importante de votre processus de transition.

Partager cet article sur:
groupe de gens d'affaires se serrant la main

Anciennes compétences, nouvelles carrières

La transition vers la vie après le service militaire peut être difficile pour beaucoup de vétérans. Il se peut qu’il vous soit difficile de trouver une nouvelle carrière, car beaucoup de groupes professionnels militaires ne correspondent directement à aucun emploi à l’extérieur des Forces armées canadiennes (FAC). Le fait d’occuper un emploi intéressant est un élément central de votre bien-être. En effet, cet emploi vous offre une stabilité financière et donne un but à votre vie à l’extérieur des FAC. Le choix d’une deuxième carrière est donc une étape importante de votre processus de transition.

L’entrepreneuriat est une avenue possible. Le service militaire donne aux vétérans des outils très utiles pour connaître du succès comme entrepreneurs. Par contre, il faut suivre plusieurs étapes avant de se lancer en affaires. Premièrement, déterminez ce qui vous motive et de quelle façon une entreprise pourrait être compatible avec vos intérêts. Deuxièmement, pensez à la façon dont vos compétences militaires pourraient vous aider dans un contexte d’affaires dans la société civile. Enfin, appliquez vos compétences à ce contexte et adaptez-vous pour surmonter les difficultés inhérentes au marché du travail civil.

Jetez un coup d’œil aux expériences vécues par les vétérans entrepreneurs suivants pour en apprendre davantage.

Kevin Labonté, Inspec-Thor: les services inspecteur en bâtiment certifié

Kevin Labonté s’est enrôlé dans les Forces armées canadiennes (FAC) en 2002, en tant que soldat d’infanterie. Il a activement suivi de la formation supplémentaire et il a obtenu un diplôme de niveau collégial en génie électrique. Il a obtenu un poste de technicien en électronique et optronique. Il a été déployé deux fois : en Afghanistan en 2009 et à Haïti l’année suivante. Il a été membre des FAC pendant plus de 15 ans et il en a été libéré en 2017, quand son médecin a commencé à s’inquiéter d’une blessure qu’il avait subie à l’épaule dans le cadre de son service militaire.

Retour vers d’anciens intérêts

Kevin a commencé une recherche d’emploi active après que son médecin lui a conseillé de quitter les FAC. Son groupe professionnel militaire n’avait pas d’équivalent direct sur le marché du travail civil. Il avait donc besoin de prévoir une nouvelle carrière. Kevin a vu beaucoup de ses amis devoir composer avec des mauvaises surprises après l’achat d’un bien immobilier, ce qui a rallumé chez lui un ancien intérêt pour l’immobilier. C’est ainsi qu’il a décidé de devenir inspecteur en bâtiment dans le secteur résidentiel. Il a donc obtenu sa certification et a lancé Inspec-Thor, une entreprise offrant des services d’inspection en bâtiment partout au Québec.

Mise à profit des compétences organisationnelles militaires

Le service militaire de Kevin a joué un rôle de premier plan dans sa réussite en affaires. Pendant son passage au sein des FAC, Kevin a été appelé à organiser son horaire, à travailler sans relâche, à gérer des budgets et, surtout, à être le leader de son équipe. Il a récemment embauché son premier employé et, dès lors, ses compétences en leadership l’ont bien servi.

Adaptation à l’horaire de travail

N’allez pas croire que ce fut chose aisée. Quand Kevin a été libéré des FAC, il espérait être en mesure de passer davantage de temps avec sa famille. En tant que membre des FAC, il travaillait aussi longtemps que son commandant d’unité le lui demandait, et ce, même si cela empiétait sur ses heures de sommeil. Au début de sa carrière d’entrepreneur, les heures de travail de Kevin étaient illimitées. Il a dû apprendre à s’arrêter et à donner la priorité à son bien-être et à sa famille.

Ayez de grands rêves. Ne vous limitez pas. Trouvez un domaine qui vous passionne et laissez-vous porter par votre passion. Montrez à vos clients que vous êtes digne de confiance. Créez une équipe forte et travaillez fort ensemble.
Kevin Labonté

Jeff Alpaugh, Jeff Alpaugh Custom

Jeff Alpaugh a joint les rangs des Forces armées canadiennes (FAC) en tant qu’officier d’infanterie en 2009. Il a été promu commandant de peloton et a servi à Edmonton avant de se rendre à l’École d’infanterie, à Fredericton. À Fredericton, Jeff a commencé à donner des cours pour former d’autres officiers d’infanterie. Jeff travaille au quartier général depuis 2017. Il coordonne les activités de l’école et planifie des événements.

Une passion pour la mode

En tant qu’étudiant universitaire, Jeff n’avait aucune idée de ce qu’il convenait de porter lors d’entrevues. Il a demandé conseil et, en cours de route, il s’est retrouvé à l’emploi d’entreprises du secteur de la mode masculine. Cette expérience a donné naissance à une profonde passion pour les vêtements pour homme. Toutefois, Jeff n’a pas plongé dans l’industrie de la mode. En effet, quelque chose d’autre captait son attention. Après avoir entendu parler du conflit en Afghanistan dans les actualités, Jeff a décidé de s’enrôler dans les FAC pour s’acquitter de ce qui lui semblait être son devoir patriotique. Cependant, quelques années plus tard, il a su que le moment était venu de satisfaire sa passion. Quand il s’est cassé la cheville, les FAC lui ont accordé des fonds pour qu’il suive un programme d’études à distance offert par l’Université Queen’s. Il a décroché une maîtrise en gestion, innovation et entrepreneuriat et s’est estimé prêt à se lancer. Jeff Alpaugh Custom a vu le jour, une entreprise de chemises sur mesure offrant à ses clients la possibilité de personnaliser leurs chemises.

Le soutien d’un réseau de vétérans

Jeff est toujours membre des FAC. Au cours des trois dernières années, il a travaillé au développement de son entreprise les soirs et les fins de semaine. Il quittera les FAC en 2019, après quoi il prévoit consacrer toute son attention à sa boutique. Depuis le lancement de son entreprise, il a été émerveillé par l’ampleur du soutien que la communauté des vétérans lui a accordé. En fait, l’essentiel de sa clientèle est constitué de vétérans et de militaires en service. Sa formation militaire est aussi en bonne partie responsable de sa réussite. Avant de s’enrôler dans les FAC, Jeff avait toujours éprouvé des difficultés de concentration. Cependant, les FAC lui ont enseigné à se concentrer, à dresser des plans et à établir des priorités. Il attribue le succès de son entreprise à ces aptitudes, tout comme à sa motivation, qui fait en sorte qu’il ne recule devant aucun effort.

Apprendre à changer de style de communication

Le travail dans le monde des affaires n’est pas exempt de difficultés. Au sein des FAC, Jeff savait qu’il pouvait compter sur son équipe et les gens de son entourage. Jeff a constaté qu’à l’extérieur des FAC, tout le monde n’est pas digne de sa confiance. Après que plusieurs personnes aient profité du fait qu’il est naturellement enclin à faire confiance aux gens, Jeff a gagné en méfiance. Il a aussi trouvé difficile de modifier sa façon de s’adresser aux gens. Les civils ne sont pas toujours habitués qu’on leur parle aussi directement que le font les militaires et les vétérans.

Parlez à votre chaîne de commandement si vous pensez lancer une entreprise. Vous pourriez obtenir au sein des FAC un poste assorti d’exigences réduites qui vous permet de lancer votre entreprise tranquillement. Voyez si votre entreprise peut connaître du succès avant de quitter la communauté militaire et la stabilité qu’elle vous offre.
Jeff Alpaugh

Angela Ayre, Angel Arts

Angela Ayre s’est enrôlée dans les Forces armées canadiennes (FAC) en 2001, soit immédiatement après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires. Elle avait toujours voulu être infirmière et c’est ce qui l’a poussée à s’enrôler dans les FAC comme infirmière. Toutefois, en 2010, Angela a été victime d’un accident qui a entraîné des limitations physiques. Par conséquent, elle ne répondait plus aux exigences que les FAC imposent aux infirmières. Elle a donc décidé de devenir commis comptable pour les FAC à Vancouver pendant quelques années. Elle a été libérée pour raisons médicales en 2015.

Angela s’est tournée vers Anciens Combattants Canada pour obtenir du soutien financier et professionnel. Sa nouvelle carrière devait absolument lui offrir beaucoup de souplesse, car les conséquences des blessures qu’elle avait subies ne lui permettaient pas de composer avec un horaire de travail régulier. Elle se demandait si le fait d’être sa propre patronne pourrait lui offrir le mode de vie dont elle avait besoin. Elle a donc commencé à envisager de fonder une entreprise.

Raviver son ancienne flamme pour la beauté

Angela a toujours aimé la coiffure et le maquillage. Dans les FAC, il lui arrivait souvent de se réunir avec les autres femmes de son unité pour les coiffer avant de sortir pour une soirée. Pour elle, il était tout naturel que sa nouvelle entreprise soit liée à sa grande passion. C’est ainsi qu’Angela a ouvert Angel Arts, un salon de coiffure et de maquillage mobile.

Une attitude empreinte de confiance et de curiosité

Angela attribue le succès qu’elle a connu jusqu’à maintenant à sa mentalité militaire. Pendant son passage dans les FAC, son commandant la poussait à faire des choses qu’elle pensait impossibles. Cela lui a donné confiance en elle et lui a appris qu’elle pouvait surmonter les obstacles qui se dressent devant elle. Cette mentalité lui est utile chaque jour dans son travail. Elle lui permet de continuer de développer son entreprise. Elle lui a appris qu’elle ne doit jamais imposer de limite à son apprentissage.

Adoption d’une routine souple

Angela a dû composer avec des difficultés dans sa nouvelle carrière. Le fait d’être sa propre patronne était pour Angela un immense changement par rapport au calendrier rigide et structuré qu’elle devait respecter pendant son passage au sein des FAC. Soudainement, elle était responsable de toutes les décisions et elle ne pouvait compter sur le soutien d’aucune équipe. Toutefois, elle a accueilli la souplesse à bras ouverts. Elle pouvait décider de son horaire et avait les pleins pouvoirs pour ralentir ou accélérer le rythme au gré de ses besoins.

N’arrêtez jamais d’apprendre. Chaque jour est une occasion de s’améliorer et d’améliorer son entreprise. Trouvez ce qui vous passionne et apprenez sans relâche.
Angela Ayre

Allocation pour études et formation

Êtes-vous un entrepreneur potentiel? Si vous envisagez de lancer une entreprise, jetez un œil à l'allocation pour études et formation. Par l’entremise de ce programme, Anciens Combattants Canada offre du financement aux vétérans souhaitant suivre un programme d’études postsecondaires ou un cours de perfectionnement professionnel. Si vous avez besoin d’acquérir des compétences en affaires avant de fonder une entreprise, cette allocation pourrait bien être ce dont vous avez besoin pour atteindre vos objectifs.

Date de publication : 2018-10-10


Date de modification :