Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Le Projet 1944 recrée la bataille de Normandie en ligne

Projet 1944 : La route de la libération est une carte interactive en ligne de la Normandie qui commence par une vue d'ensemble de la bataille et qui plonge ensuite au cœur des expériences des différentes unités, et même des soldats.

Partager cet article sur:

Soixante quinze années après la bataille de Normandie, l'Association canadienne de recherche et de cartographie rend accessible à tous la plus importante invasion par mer de l'histoire grâce au soutien financier du Programme de partenariat pour la commémoration d'Anciens Combattants Canada (ACC).

Établir une tête de pont numérique

La plus grande partie de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale est décrite dans les journaux de guerre de l'armée, parfois accompagnée de cartes, de photographies aériennes et de comptes rendus après action. En voici quelques exemples : les Canadiens de la patrouille Pollard Williams assassinés à l'Abbaye d'Ardenne, ou la force Worthington où un groupement tactique du 28e Régiment blindé canadien (Régiment de la Colombie Britannique) a tourné du mauvais côté et s'est retrouvé à cinq kilomètres de son objectif. Le commandant de la patrouille a réalisé trop tard l'erreur : l'unité est tombée dans une embuscade allemande et a été anéantie en une seule journée.

Un monument est maintenant érigé sur les lieux de l'embuscade où des soldats canadiens ont perdu la vie. Toutefois, ce ne sont pas tous les Canadiens qui peuvent facilement éplucher les dossiers de l'armée ou visiter le site. Nathan Kehler, Drew Hannen et Julien Brown de l'Association canadienne de recherche et de cartographie ont fait les deux et espèrent que le Projet 1944 permettra de préserver et de faire connaître les triomphes et les tragédies des soldats canadiens.

La transformation des dossiers historiques en une expérience en ligne comportait certains défis : le système de grille que l'armée utilisait pour élaborer des cartes n'existait plus, et quelques uns des journaux de guerre – qu'utilisaient les régiments pour consigner les lieux et les événements – ont été perdus. Bon nombre de dossiers sont sur microfilm. En consultant les dossiers à Bibliothèque et Archives Canada, Julien a été impressionné par les renseignements que l'armée avait consignés, ainsi que par tous ceux qui n'avaient pas encore été découverts. « C'était un sentiment incroyable que d'explorer ces documents », explique t il. « En rassemblant les journaux et les cartes, nous pourrions donner à ces dossiers une deuxième vie en ligne. »

Heureusement, de nombreux contributeurs se sont fait un plaisir de partager ces dossiers. En plus de la quantité massive de dossiers fournis par Bibliothèque et Archives Canada et les archives et musées des régiments du Canada, l'Association a numérisé plus de 2 000 cartes provenant notamment des archives et des musées de la garnison Petawawa et du régiment Stormont, Dundas and Glengarry Highlanders.

« Tous ces documents étaient déjà accessibles, mais aujourd'hui, l'accessibilité désigne la possibilité de les trouver en ligne », ajoute Nathan, qui a servi dans les Forces armées canadiennes à titre de cavalier blindé et ensuite de cartographe. « Si votre grand-père ne vous a pas parlé de son expérience à la guerre, vous pouvez consulter le journal de guerre sur le site Projet 1944, localiser l'endroit où se trouvait son unité et voir ce qui s'est passé chaque jour. »

Le site Projet 1944 a été mis en ligne le 6 juin 2019, le jour du 75 e anniversaire de l'invasion. Même dans sa version bêta, la carte en ligne est beaucoup plus qu'un trésor documentaire, souligne Drew. « Ce n'est pas tout le monde qui sait où se trouve la Normandie, et ce site peut les orienter… et ensuite, vous pouvez agrandir la carte pour voir les menus détails. Vous pouvez même savoir le nombre d'unités blindées qui se trouvaient dans une section en particulier, comme à Caen. Ensuite, si vous voulez savoir ce qu'une unité faisait là bas, vous pouvez consulter un journal de guerre et découvrir ce que les membres de cette unité ont vu et fait – parfois même au niveau d'un peloton. » Sur la carte, des photographies sont annexées aux lieux. Les étudiants peuvent facilement explorer à leur guise cet « outil de bac à sable », comme l'appelle Nathan.

L'externalisation ouverte en renfort

Le Projet 1944 attire d'autres publics : l'Association espère que l'externalisation ouverte contribuera à recentrer l'attention sur la bataille de Normandie. « Les régiments locaux ont leurs propres historiens, qui peuvent fournir des détails plus précis au niveau de la compagnie et du peloton », fait remarquer Nathan. Entre temps, avec l'aide d'autres personnes, il accroît la portée de la carte afin qu'elle englobe tous les secteurs des forces armées, car l'expérience initiale porte essentiellement sur la Première Armée canadienne. L'Association cherche des moyens d'intégrer le soutien apporté par la marine et l'aviation, qui ont joué un rôle vital dans le succès de la campagne. Elle travaille également sur une fonction « Créer votre propre histoire », comme l'explique Julien. « Vous pouvez avoir une photo, le nom d'un soldat ou un numéro d'unité. Vous consultez la carte à l'aide de ces renseignements, un peu comme un détective de l'histoire, et voyez ce que vous pouvez trouver en découvrant les chemins empruntés par les vétérans sur la route de la libération il y a 75 ans. »

Grâce à son Programme de partenariat pour la commémoration, ACC aide l'Association canadienne de recherche et de cartographie à élaborer l'étape suivante du Projet 1944. Ce financement permet à Nathan, à Julien et à Drew de mettre sur pied la base de données et de renforcer la capacité d'effectuer des mises à jour au fur et à mesure, permettant ainsi aux utilisateurs de créer des données. « Si vous avez une photo de votre grand père en Normandie, vous pourrez l'ajouter à la base de données et la géoréférencer, comme vous le faites avec Google Earth », indique Nathan. Ensuite, la photo peut être rattachée aux journaux de guerre, aux cartes et à d'autres photos, créant ainsi des occasions éducatives sans précédent.

« Nous sommes fiers de travailler avec des partenaires comme ACC et Bibliothèque et Archives Canada pour apporter une contribution au patrimoine militaire canadien », affirme Julien, mais ce n'est que le début. Des organisations militaires et des archives nationales en Europe ont manifesté de l'intérêt à l'égard du Projet 1944, notamment le Corps des Marines des États Unis – et, plus près de nous, des associations régimentaires. « Nous voulons que les régiments participent au projet, mais aussi qu'ils nous donnent leur aval, ce qui aura pour effet de valider ce que nous faisons. Car, après tout, c'est leur histoire. » L'équipe a même été en mesure de bénéficier de l'expertise de George Fouchard, un caporal et cartographe qui a participé à la bataille de Normandie.

Le résultat final est une mosaïque en évolution des moments déterminants de l'histoire militaire canadienne, conçue à partir d'histoires individuelles. Deux de ces histoires sont celles du lieutenant Fred Williams et du caporal suppléant George Pollard, qui ont été capturés pendant qu'ils effectuaient une patrouille et ensuite assassinés par les SS. Grâce au Projet 1944, le neveu du caporal Pollard, Greg Pollard, a appris ce qui s'était passé cette journée là. Dans une lettre, il a affirmé : « Nathan a été en mesure de prendre les cartes et les lieux indiqués dans le journal de guerre et de me montrer exactement l'endroit où mon oncle a été capturé. Cela m'a permis, ainsi qu'à ma famille, de tourner la page. Nous avions tant de questions sans réponse au sujet de la patrouille. »

L'équipe du Projet 1944 s'est rendue en Normandie pour les activités commémoratives du 75 e anniversaire en juin 2019. Comme l'explique Drew, « Puisque nous avions la carte Web du Projet 1944 sur nos téléphones, nous avons suivi le même chemin que la patrouille Pollard Williams à l'été de 1944 et cela a été pour nous une belle leçon d'humilité. »

Quelles sont les prochaines étapes? L'Association travaille actuellement sur la deuxième partie du Projet 1944 : la campagne du Nord Ouest de l'Europe, et cartographie l'avancée de la Première Armée canadienne et de ses alliés jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le Projet 1944 : La route de la libération, sera lancé officiellement en mai 2020 dans le cadre du Festival canadien des tulipes et lors d'événements internationaux coïncidant avec d'autres activités marquant le 75 e anniversaire de la Libération.

Vous pouvez consulter aujourd'hui la version bêta de la carte Web à l'adresse Projet 1944 : La route de la libération. Vous voulez y participer? Envoyez alors un courriel à l'équipe à info@project44.ca.

Date de publication : 2020-01-30


Date de modification :