Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Rwanda phase 3

Génocide

L’assassinat du président Habyarimana plonge le Rwanda dans 100 jours de violence horrible. Plus de 800 000 Rwandais meurent.

D'avril 1994 à juillet 1994


Rwanda

Assassinat du président et représailles

Le 6 avril 1994, un avion transportant le président hutu du Rwanda, Juvénal Habyarimana, et le président du Burundi, Cyprien Ntaryamira, a été abattu. Cet assassinat a mené à une explosion de violence. Des militaires rwandais et des groupes extrémistes tutsis et hutus ont commencé à tuer des Tutsis et des Hutus modérés. Au cours des 100 jours suivants, environ 800 000 Rwandais sont morts.

Riposte du Front patriotique rwandais

Le Front patriotique rwandais, dirigé par le futur président rwandais, Paul Kagame, a lancé une offensive majeure le 8 avril. Son objectif était de mettre fin au génocide et de sauver ses troupes dans certaines parties du Rwanda. Ces efforts ont toutefois pris du temps, et le massacre généralisé s’est poursuivi pendant trois mois.

Mandat compromis

Les tâches des Casques bleus canadiens et d’autres Casques bleus de l’ONU au Rwanda étaient extrêmement difficiles. Au début, le Canada ne comptait que deux officiers supérieurs, le major-général Dallaire et son principal adjoint, le major Brent Beardsley. Une fois le génocide commencé, d’autres membres des FAC se sont impliqués.

Les limites dans lesquelles ils devaient travailler rendaient la situation encore plus difficile. Les règles d’engagement des troupes de l’ONU pour la MINUAR étaient très strictes. Les Casques bleus n’avaient le droit de tenter de régler les différends que pacifiquement. Cela signifiait que les soldats ne pouvaient utiliser leurs armes qu’en cas de légitime défense. En conséquence, les forces de l’ONU ne pouvaient pas empêcher les pires atrocités alors que le génocide faisait rage autour d’elles.

Opération SCOTCH

Le 9 avril, les FAC ont lancé l’opération SCOTCH. Son mandat initial était d’utiliser des avions de transport pour évacuer les Canadiens, les Belges et les autres étrangers coincés au Rwanda. Le personnel a également transporté des orphelins par avion pour les mettre à l’abri et fourni une aide humanitaire au pays.

Le personnel de l’Élément de contrôle du transport aérien du Canada a aussi appuyé d’autres opérations de la MINUAR. Le Canada a commencé à évacuer de nombreux Casques bleus étrangers lorsque l’ONU a décidé que la situation au Rwanda était trop chaotique pour rester au pays. La mission aérienne a été prolongée, car la MINUAR a continué d’avoir besoin de ses services. Les avions des FAC ont bravé les combats dangereux. Ils ont apporté de la nourriture, du carburant, de l’eau et du matériel humanitaire dont les personnes avaient besoin. Ce lien continu avec le monde extérieur était un symbole clé d’espoir dans un pays qui avait sombré dans le chaos. Lorsque l’opération SCOTCH a pris fin en octobre 1994, environ 350 membres des FAC y avaient participé.

Le monde regarde l’horreur

En avril 1994, les reportages des médias du Rwanda ont permis au monde entier de voir l’horreur de la situation. Les images télévisées ont montré les milliers de morts et les innombrables réfugiés fuyant le pays. Les limites de ce que les soldats de la paix de la MINUAR pouvaient faire étaient frustrantes. La décision de l’ONU de retirer de nombreux gardiens de la paix a également réduit la façon dont ils pouvaient aider. Entre-temps, les efforts de l’ONU pour négocier la fin de la violence ont échoué.

Fin du génocide

Le 23 mai 1994, le Front patriotique rwandais a pris le contrôle du palais présidentiel à Kigali. En juillet, le pire des massacres a finalement pris fin. Un cessez-le-feu a commencé et le Front patriotique rwandais a établi un nouveau gouvernement au Rwanda. La situation dans le pays est restée précaire, la violence se poursuivant. La mort de centaines de milliers de ses citoyens et la souffrance de nombreux réfugiés a laissé le Rwanda dans un grand besoin d’aide.


Ressources d'apprentissage

Page principale des ressources d'apprentissage

Plan de leçon : Tous âges

Cyber-recherche sur la paix et la liberté

Plan de leçon : 12 à 18 ans

Arbre de l'aide humanitaire

Feuillet historique

Rwanda

Ouvrir PDF
Date de modification :