Les civils et la mort

Des héros se racontent

Les civils et la mort

Transcription
Au début, le monde se cachait. Après - on a une bonne réputation, le Canada, je peux le dire, je l'ai vu là de mes propres yeux - après un mois, quand ils ont su que c'était les Canadiens qui étaient là, les femmes ont commencé à sortir avec des... on va employer un mot acadien, des trâlées d'enfants... avec des dix, douze enfants. Ils sortaient du bois puis ils rentraient dans la ville tranquillement, parce qu'ils savaient qu'on était là. Il y avait l'armée ougandaise qui était là mais les Ougandais c'était des Africains. Possiblement qu'eux autres, ils ont été attaqués par des Africains. Possiblement que les Ougandais les auraient protégés mais ils auraient peur de ces soldats-là. Pas capable de différencier, si vous aimez mieux....Exactement. Nous autres on est blanc, c'est facile de nous différencier. Mais ça a pas été long, ça a commencé par les enfants qui sont venus nous voir à la course, puis après ça, ça a été des femmes. Puis à mesure que la mission avançait, puis à mesure que les Canadiens arrivaient, il y avait de plus en plus de monde qui revenait. Il y avait un camp de réfugiés à Goma - ça je pense que c'est juste sur la frontière entre l'Ouganda puis le Rwanda - où est-ce que... il y avait des Canadiens là aussi... il y avait un bataillon de... un bataillon de service mais, c'étaient des médecins militaires avec des infirmiers militaires qui étaient là puis des infirmières militaires aussi, qui ont fait un boulot terrible là-bas. Moi, j'ai été les voir deux fois puis je peux te dire que s'il y a quelqu'un qui est sorti de là traumatisé, ma grande foi du bon Dieu, c'est eux autres ! Là aujourd'hui, ces personnes-là, ils n'ont plus peur d'une piqûre ni d'une plaie ouverte parce que, s'ils passaient leur temps à rafistoler des enfants avec des bras coupés, des jambes coupées à la machette, des femmes, des vieillards, qui avaient reçu des coups de machettes. Ils ont passé six mois eux autres à mettre des pansements là-dessus et désinfecter ça. Moi j'ai été là une demi-heure puis j'ai sorti de là... j'en avais assez vu. Puis je leur lève mon chapeau, qu'eux autres ils ont réussi à faire six mois là-dedans. Mais il y a beaucoup de ce monde-là qui était là, que quand ils ont su que les Canadiens étaient entrés, ils se sont mis à marcher sur le bord du chemin. Ils sont partis à pied de l'Ouganda à aller jusqu'à Kigali qui est en plein milieu du Rwanda, à pied sur le bord du chemin. Pour eux autres, c'était une vingtaine de journées de marche. C'était dur. À chaque fois que moi j'allais chercher de l'eau potable, je faisais à peu près 23 kilomètres sur la route qui est, qu'eux autres empruntaient. À chaque jour, je passais et il y avait des familles qui se mettaient à l'ombre, qui étaient épuisées, qui s'assoyaient en-dessous des palmiers. Puis le lendemain je repassais puis il y avait des enfants qui avaient été laissés là, ils étaient morts pendant la nuit. C'était plein, plein d'enfants qui mourraient partout. Sur le bord de ce chemin-là, il y en a eu du monde de mort.
Description

Grâce à la bonne réputation des Canadiens, les civils revenaient progressivement à Kigali, mais la mort les attendait tout de même le long des chemins.

Étienne Paulin

Étienne Paulin est né à Bas-Caraquet, au Nouveau-Brunswick. Issu d’une famille de 8 personnes, il a 1 frère et 4 soeurs. À 19 ans, il s’enrôle dans l’armée et entretient le rêve de devenir conducteur de tanks; rêve qu’il réalise au sein du 12e RBC de Valcartier (Québec). Après plusieurs années de services (pour l’armée canadienne et les casques bleus), il est envoyé au Rwanda pour sa quatrième mission de maintien de la paix. Il arrive à Nairobi juste après le conflit génocide opposant les Tutsis et les Hutus. Il y vit six mois ardus qui le marqueront à vie. Pourtant, malgré son stress post-traumatique, il ne regrette rien de son service militaire et des leçons qu’il en a tirées.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d'enregistrement :
5 mai 2010
Durée :
3:16
Personne interviewée :
Étienne Paulin
Guerre ou mission :
Forces armées canadiennes
Emplacement géographique :
Rwanda
Campagne :
Rwanda
Branche :
Armée
Unité ou navire :
12e Régiment blindé du Canada

Droit d'auteur ou de reproduction

Date de modification :