Première Guerre mondiale

Patrouille de la côte Est canadienne quittant Halifax pendant le Première Guerre mondiale.
Patrouille de la côte Est canadienne quittant Halifax pendant le Première Guerre mondiale. Photo: LAC PA-167307

La Marine royale du Canada (MRC) a dû surmonter une épreuve importante seulement quatre ans après sa formation. En effet, la Première Guerre mondiale a éclaté en août 1914 et l’Angleterre a déclaré la guerre à l’Allemagne. Le Canada, en tant que membre de l’Empire britannique à l’époque, était donc automatiquement en guerre également. Les navires de guerre de la jeune Marine canadienne ont immédiatement pris la mer. C’était la première intervention militaire du Canada dans le cadre de cette guerre qui a fait rage pendant plus de quatre ans.

Au début de la guerre, la MRC ne disposait que de deux navires où étaient embarqués moins de 350 hommes. Des patrouilles de petite envergure étaient effectuées au large des côtes Est et Ouest du Canada; toutefois, on croyait que le Canada contribuerait de manière plus efficace à l’effort de guerre si des hommes étaient envoyés au front occidental en Europe et que la défense des côtes du Canada était laissée aux marines de la Grande-­Bretagne et d’autres forces alliées.

La Marine canadienne a connu une croissance lente; toutefois, 9 000 officiers et militaires du rang en faisaient partie à la fin de la Première Guerre mondiale. La plupart des efforts déployés étaient liés à la planification des activités maritimes, à l’expansion et à la défense des ports, à la réglementation des patrouilles, à la surveillance des communications sans fil et à l’appui des navires de guerre britanniques navigant dans les eaux avoisinantes. Lors de la Première Guerre mondiale, les sous-marins allemands, appelés « U-boot » , ont coulé plusieurs navires de la marine marchande alliée qui transportaient des troupes et du ravitaillement indispensable de l’Amérique du Nord vers l’Europe. À la suite de l’arrêt presque complet de cet approvisionnement vital, les forces alliées ont décidé d’employer un système de convois. Ce système consistait à placer un nombre important de navires marchands en groupe et de les escorter d’un bout à l’autre de l’océan à l’aide de navires de guerre responsables de leur protection.  Des villes portuaires canadiennes et terre-neuvienne telles que Québec, Saint John, Halifax et St. John’s, sont devenues d’importants points de rassemblement pour les convois.

La première flotte officielle de la MRC était composée de navires auxiliaires de taille moins importante, dont bon nombre étaient des yatchs équipés de quelques armes, qui patrouillaient la côte atlantique et le golfe du Saint-Laurent. La menace était réelle : des sous­­-marins allemands sont parvenus aux côtes du Canada vers la fin de la guerre et ont fait couler plusieurs chalutiers et goélettes de pêche canadiens au large de la côte Est.

Bien que ce ne fût pas une mince tâche, les efforts déployés par les forces alliées en mer ont permis de changer le cours des événements. Une quantité suffisante de matériel de guerre a pu être envoyée aux forces alliées, qui ont finalement remporté la guerre vers la fin de 1918. Les efforts déployés par la MRC n’étaient que le début des contributions encore plus importantes que cette force allait faire dans les années à venir. Une vingtaine d’années allaient s’écouler avant que le monde ne soit de nouveau balayé par une guerre dans le cadre de laquelle le Canada allait devoir déployer encore plus d’efforts afin de combattre un ennemi compétent et dangereux en mer.

Le saviez­-vous?

Sous-marin canadien de la Première Guerre mondiale.
Sous-marin canadien de la Première Guerre mondiale. Photo : MDN

Quelques-uns des premiers navires de guerre du Canada étaient des sous-marins! Deux sous-marins étaient en cours de construction à Seattle (Washington) pour la Marine chilienne en 1914; toutefois, la transaction a été annulée. Le premier ministre de la Colombie-Britannique, Sir Richard McBride, a vu là l’occasion de renforcer la MRC à l’aube de la Première Guerre mondiale et s’est rendu sur place afin de les acheter pour le Canada. L’achat a été ratifié par le gouvernement fédéral et les deux vaisseaux, le « CC1 » et le « CC2 », sont entrés en service. Ils se sont entraînés et ont servi dans l’océan Pacifique pendant trois ans puis ont été envoyés sur la côte Est en passant par le canal de Panama en 1917. Il s’est avéré que les sous-marins étaient désormais inaptes au service; ils sont demeurés à Halifax jusqu’à leur destruction en 1920.

Date de modification :