Monuments commémoratifs de champs de bataille canadiens de la Première Guerre mondiale

De tous les monument commémoratifs canadiens, le plus imposant, le Monument commémoratif de guerre du Canada, se dresse sur la place de la Confédération à Ottawa. Les vingt-trois figures qui passent sous l'arcade représentent toutes les armes. Le monument fut construit pour rendre hommage aux Canadiens et Canadiennes qui ont servi lors de la Première Guerre mondiale et aux plus de 66 000 qui sont morts lors de la Grande Guerre. Le monument a depuis été redédié pour rendre également hommage à ceux et celles qui ont servi lors de la Seconde Guerre mondiale (1939 - 1945) et la guerre de Corée (1950 - 1953).

La Chapelle du Souvenir, qui se trouve dans la tour de la Paix du Parlement à Ottawa, contient, gravée sur des plaques de marbre fixées au mur, l'histoire de la participation du Canada à la Première Guerre mondiale. Sur l'autel central repose le Livre du Souvenir de la Première Guerre mondiale.

Parmi les 105 210 membres des forces britanniques de la Première Guerre mondiale dont la tombe est restée inconnue, il y avait 19 660 Canadiens. Les noms de ces militaires figurent sur les monuments commémoratifs érigés au Canada et en Europe. 11 285 noms sont gravés au monumentcommémoratif de Vimy et 6 994 au monument commémoratif de la Porte de la route de Menin, à Ypres, élevé à la mémoire des forces du Commonwealth. Les noms de 814 Terre-Neuviens dont la tombe reste inconnue apparaissent sur le Monument commémoratif de Terre-Neuve à Beaumont-Hamel.

Devant le Monument commémoratif de guerre du Canada à Ottawa, on peut observer la Tombe du Soldat inconnu. À l'intérieur de la Tombe se trouvent les restes d'un soldat canadien non identifié, exhumé dans un cimetière militaire près de la crête de Vimy, qui ont été remis en terre lors d'une cérémonie spéciale en 2000. Ce Soldat inconnu représente tous les Canadiens qui ont donné leur vie au combat et qui n'ont pas de lieu de sépulture connu.

En France et en Belgique, le Canada a treize monuments commémoratifs des champs de bataille rappelant les exploits des troupes canadiennes et terre-neuviennes au cours de la Première Guerre mondiale. Deux de ces monuments, érigés à Vimy et à Beaumont-Hamel, ont aussi été utilisés par l'ancienne Commission impériale des sépultures de guerre (devenue la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth) pour rappeler les noms des militaires dont le lieu d'inhumation est resté inconnu. Tous les monuments commémoratifs sont entretenus par la Commission au nom du Canada. Le gouvernement a également pris à sa charge les cinq monuments commémoratifs érigés par Terre-Neuve après la Première Guerre mondiale lorsque l'île est entrée dans la Confédération en 1949.

Monuments commémoratifs en Belgique

Mémorial terre-neuvien à Courtrai :
Le combat livré par les forces de Terre-Neuve à la bataille de la Lys en octobre 1918.
Mémorial canadien à la colline 62 (Bois du Sanctuaire) :
Le rôle qu'ont joué les troupes canadienne dans la défense du saillant d'Ypres, surtout pendant la période écoulée entre les mois d'avril et d'août 1916.
Mémorial canadien à Passchendaele :
La prise de la ferme de la Crête par le Corps canadien et la bataille de Passchendaele, en octobre 1917.
Mémorial canadien à Saint-Julien :
La résistance héroïque de la 1re Division canadienne lors de la première attaque au gaz toxique, à Ypres, en 1915.

Monuments commémoratifs en France

Mémorial terre-neuvien de Beaumont-Hamel :
Le combat livré par le Royal Newfoundland Regiment à la bataille de la Somme, le 1er juillet 1916.
Mémorial canadien à Bois de Bourlon :
La traversée du Canal du Nord, la prise du Bois de Bourlon et la percée des dernières défenses de la ligne Hindenburg, le 27 septembre 1918.
Mémorial canadien à Courcelette :
Le rôle qu'a joué le Corps d'armée canadien en refoulant les troupes allemandes sur les pentes de la Somme, de septembre à novembre 1916.
Mémorial canadien à Dury :
La prise de la jonction ferroviaire Drocourt-Quéant et la percée de la ligne Hindenburg le 2 septembre 1918, au cours de la seconde bataille d'Arras.
Mémorial terre-neuvien à Gueudecourt :
Le combat livré par les forces terre-neuviennes à la bataille de la Somme, le 12 octobre 1916.
Mémorial canadien à Le Quesnel :
L'attaque effectuée le 8 août 1918 par le Corps d'armée canadien, fort de 100 000 hommes, qui a fait reculer l'ennemi jusqu'à une distance de huit milles.
Mémorial terre-neuvien à Masnières :
La participation des forces de Terre-Neuve à la bataille de Cambrai, le 20 novembre 1917.
Mémorial terre-neuvien à Monchy-le-Preux :
La participation des Terre-Neuviens à la bataille d'Arras, le 14 avril 1917.
Mémorial national du Canada à Vimy :
La prise de la Crête de Vimy par le Corps d'armée canadien le 9 avril 1917.
Date de modification :