Festubert et Givenchy

Après la bataille d'Ypres, la 1re Division canadienne, dont les pertes ont été comblées par des hommes de la brigade de cavalerie qui s'étaient portés volontaires, descend plus au sud pour participer aux offensives que les Alliés ont déjà déclenchées. Pendant que les Britanniques organisent des attaques de diversion en Flandre française, les Français lancent une attaque en Artois qui a un certain succès. Bien que les Britanniques ne réussissent qu'en partie à exploiter la situation à Neuve-Chapelle et que leur assaut contre la crête d'Aubers soit repoussé aux prix de grosses pertes, l'offensive se poursuit, surtout pour soutenir les opérations françaises au sud et les troupes canadiennes qui se battent à Festubert en mai 1915, et à Givenchy en juin. Comme à la triste habitude, on les envoie attaquer de front des positions ennemies solidement défendues et, quoique les troupes canadiennes atteignent en partie leurs objectifs, les gains sont négligeables et les pertes énormes. Les combats coûtent au Canada 2 468 pertes à Festubert, et 400 à Givenchy.

Date de modification :