Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Les cent derniers jours

Hector Allard
Nous avons défendu notre liberté (Transcription)

septembre 01

Jour 25 Allie Image

Des troupes du Corps canadien s'emparent du Nid-de-Corbeau, un centre de résistance ennemi perché sur un haut promontoire avec vue sur une grande partie de la ligne Drocourt-Quéant. Après trois contre-attaques obstinées des Allemands, les Canadiens parviennent à faire reculer ces derniers; ils capturent 200 prisonniers et saisissent neuf mortiers de tranchée légers et plus de 80 mitrailleuses.

septembre 02

Jour 26 - Battle of the Drocourt-Quéant LineAllie Image

La ligne Drocourt-Quéant est prise d'assaut et envahie sur une distance de plus de six kilomètres. Des troupes du Corps canadien s'emparent de l'embranchement de Buissy, ainsi que des villages de Villers-lez-Cagnicourt et Cagnicourt. Pendant ce temps-là, d'autres troupes parviennent à atteindre leur objectif du jour, la ligne rouge, et s'emparent du village de Dury, sans pouvoir toutefois avancer plus loin.

Récipiendaires de la Croix de Victoria

septembre 03

Jour 27 - Bataille de la ligne Drocourt-QuéantAllie Image

À la tombée de la nuit, le Corps canadien contrôle la totalité du terrain à l'ouest du canal du Nord, entre Sains-lez-Marquion et la rivière Sensée. Entre le 1er et le 3 septembre, ses pertes s'élèvent à 297 officiers et 5 325 non-officiers. Avec l'attaque et la capture des lignes Fresnes-Rouvroy et Drocourt-Quéant, les Canadiens font progresser le front de plus de huit kilomètres.

septembre 04

Jour 28 Allie Image

Sur les sept divisions que le haut commandement allemand jette à la tête du Corps canadien et de la 3e Armée britannique pour bloquer leur progression, le Corps canadien capture environ 6 000 prisonniers indemnes.

septembre 05

Jour 29

Des troupes françaises et britanniques traversent la Somme. Les Allemands sont expulsés des rives de la Vesle.

septembre 06

Jour 30

Le village de Ham est capturé par des troupes françaises, tandis que des troupes britanniques progressent à l'est de Péronne.

septembre 07

Jour 31

Le bois d'Havrincourt est capturé par des troupes britanniques, alors que des troupes françaises s'emparent de la ville de Tergnier.

septembre 08

Jour 32

Des troupes françaises et britanniques atteignent l'ancienne ligne Hindenburg, un système de défense allemand s'étendant de Cambrai jusqu'aux abords de Soissons.

septembre 09

Jour 33

Des troupes britanniques commencent à évacuer la ville de Baku, en Azerbaïdjan; ce pays est situé à côté de l'Iran.

septembre 10

Jour 34

Les Alliés bombardent les abris pour sous-marins à Bruges et les docks d'Ostende, deux villes belges.

septembre 11

Jour 35

Des troupes de l'American Expeditionary Force (AEF) se préparent à lancer l'attaque de Saint-Mihiel, une des premières opérations en solo de l'AEF depuis son entrée dans la Première Guerre mondiale.

Opération : Batailles de la ligne Hindenburg – du 12 septembre au 9 octobre 1918

septembre 12

Jour 36

Des troupes de l'armée britannique s'emparent du village d'Havrincourt dans la bataille éponyme, tandis que les Américains commencent leur offensive sur Saint-Mihiel.

septembre 13

Jour 37

Des troupes américaines enfoncent le saillant de Saint-Mihiel, capturant quelque 13 000 prisonniers.

septembre 14

Jour 38

Des troupes britanniques avancent vers la ville de Cambrai et autour du village de La Bassée, tandis que des troupes américaines se trouvent environ à 16 kilomètres de Metz, une ville que la France et l'Allemagne se disputaient depuis de nombreuses années.

septembre 15

Jour 39

Des troupes britanniques s'emparent du village de Maissemy alors qu'une offensive alliée perce le front serbe.

septembre 16

Jour 40

Des troupes françaises s'emparent des villages de Vailly et Mont des Singes.

septembre 17

Jour 41

Des troupes allemandes contre-attaquent et reconquièrent le village de Moeuvres, que les Britanniques leur avaient pris le 12 septembre.

septembre 18

Jour 42

Des troupes britanniques et australiennes se saisissent du village d'Épehy, capturant environ 9 000 prisonniers et saisissant 100 canons.

septembre 19

Jour 43

Des troupes britanniques prennent le contrôle du village de Lempire et des troupes françaises poursuivent leur progression au-delà du village de Contescourt.

septembre 20

Jour 44

Des troupes françaises résistent malgré cinq contre-attaques menées par les Allemands contre leurs nouvelles positions près d'Allemant, au nord de l'Aisne. Ils progressent à l'est d'Essigny-le-Grand.

septembre 21

Jour 45

Après une série de manoeuvres destinées à tromper l'ennemi, des troupes britanniques percent la ligne ottomane pendant la bataille de Megiddo, en Palestine, provoquant la déroute de l'armée turque.

septembre 22

Jour 46

Au sud de Saint-Quentin, des troupes françaises atteignent la périphérie du village de Vendeul et gagnent du terrain à l'est du village de Sancy.

septembre 23

Jour 47

Des troupes françaises font progresser leur ligne à l'est du canal de Saint-Quentin; elles atteignent ainsi l'Oise, à environ cinq kilomètres au nord de la ville de La Fère.

septembre 24

Jour 48

Des troupes françaises et britanniques combinent leurs forces pour attaquer le secteur de Saint-Quentin et réalisent une bonne progression malgré la résistance tenace des Allemands autour des hameaux de Salency (Noyon) et de Gricourt.

septembre 25

Jour 49

En Palestine, la cavalerie britannique atteint la mer de Galilée en poursuivant les troupes turques, qui fuient vers Damas.

septembre 26

Jour 50

Dans une attaque conjointe sur un front de 65 kilomètres s'étendant du coeur de la Champagne jusqu'à la Meuse, des troupes françaises et américaines progressent de plusieurs kilomètres et s'emparent de Montfaucon et Varennes, parmi de nombreux autres villages.

septembre 27

Jour 51 - Bataille du canal du Nord, du 27 septembre au 2 octobreAllie Image

Carte de la zone de bataille

Sur le flanc[5] gauche, des troupes du Corps canadien atteignent la route Douai-Cam brai et atteignent leur principal objectif, la ligne bleue[6], à 14 h, se heurtant à une résistance allemande revigorée au Coin-de-la-Chapelle. Sur le flanc droit du Corps canadien, après une avance d'environ quatre kilomètres, des troupes canadiennes sont arrêtées juste après le bois de Bourlon.

Récipiendaires de la Croix de Victoria

  • Lt G. T. Lyall
    102e Bataillon, 4e Division d'infanterie canadienne.
  • Lt S. L. Honey
    D.C.M., M.M., 78e Bataillon, 4e Division d'infanterie canadienne.
  • Lt G. F. Kerr
    M.C., M.M., 3e Bataillon, 1re Division d'infanterie canadienne.
[5] Le coté droit ou gauche d'une formation de soldats.
[6] Une couleur était souvent utilisée afin de désigner un objectif spécifique, dans le cas présent une ligne blue tracée sur une carte, que les troupes devaient atteindre durant une bataille.

septembre 28

Jour 52 - Bataille du canal du NordAllie Image

Sur le flanc droit, des troupes canadiennes progressent d'au moins deux kilomètres, endurant une journée de combat difficile. Elles dégagent ainsi le reste du système de tranchées de la ligne Marcoing dans leur secteur. Entre-temps, des troupes canadiennes au centre libèrent les villages de Raillencourt et de Sailly, enjambés par les tranchées de la ligne Marcoing; elles sont cependant arrêtées dans leur avance vers la route Douai-Cambrai par un bombardement massif des Allemands.

Dans les Flandres, des troupes du Royal Newfoundland Regiment avancent de près de cinq kilomètres, ne perdant que 15 soldats; elles participent à la libération du Château Wood et établissent une ligne au champ de courses du Polygone.

Récipiendaire de la Croix de Victoria

  • Lt M. F. Gregg
    M.C., Royal Canadian Regiment, 3e Division d'infanterie canadienne.
Des Canadiens bâtissent un pont sur le Canal du Nord. Avance à l'est d'Arras. Septembre 1918. Photo: Bibliothèque et Archives Canada/PA-003456

Des Canadiens bâtissent un pont sur le Canal du Nord. Avance à l'est d'Arras. Septembre 1918. Photo: Bibliothèque et Archives Canada/PA-003456

septembre 29

Jour 53 - Bataille du canal du NordAllie Image

Sur la gauche, des troupes canadiennes capturent quelque 250 prisonniers et saisissent 20 mitrailleuses dans le village de Sancourt; elles atteignent ensuite le village de Blécourt, où elles font 80 prisonniers, avant de devoir se replier. Sur la droite, des troupes canadiennes avancent vers la jonction des routes d'Arras et de Bapaume, et deux bataillons combattent pour atteindre la périphérie de Neuville Saint-Rémy, en banlieue de la ville de Cambrai. Au cours d'un combat particulièrement violent, le Corps canadien perd 2 089 soldats.

Dans les Flandres, des troupes du Royal Newfoundland Regiment progressent de neuf kilomètres et saisissent un canon de six pouces flambant neuf, ainsi que plusieurs mitrailleuses; elles capturent aussi plusieurs prisonniers.

Récipiendaire de la Croix de Victoria

  • Capt John McGregor
    M.C., D.C.M., 2e Bataillon canadien de fusiliers à cheval, 3e Division d'infanterie canadienne.

septembre 30

Jour 54 - Bataille du canal du NordAllie Image

Sur le flanc droit du Corps canadien ainsi qu'au centre, les opérations de cette journée accumulent les échecs; c'est d'abord l'écran de fumée prévu qui fait défaut, et les flancs découverts qui sont soumis à un tir d'enfilade[7]. La Princess Patricia's Canadian Light Infantry parvient toutefois à s'emparer du village de Tilloy.

[7] Tir d'armes dirigé le long du front formé par des forces qui attaquent.
Date de modification :