Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Les cent derniers jours

Hector Allard
Nous avons défendu notre liberté (Transcription)

Opération : L'offensive de Picardie – du 8 août au 3 septembre 1918

Opération : L’offensive de Picardie – du 8 août au 3 septembre 1918

août 08

Jour 1 - Jour du début de la bataille d'AmiensAllie Image

Carte de la zone de bataille

À la fin de la journée, le Corps canadien [1] réussit des avances allant jusqu'à douze kilomètres et il est crédité de la capture de plus de 5 000 prisonniers allemands et de 161 canons.

Le général Ludendorff, de l'armée allemande, écrit que « le 8 août fut le jour le plus sombre de la guerre pour l'armée allemande. »

Récipiendaires de la Croix de Victoria

[1] À partir de 1916, le Corps canadien compte quatre divisions d'infanterie.
États de service de John Bernard Croak, récipiendaire de la Croix de Victoria pour ses actes de bravoure le 8 août 1918, premier jour de la bataille d'Amiens.

États de service de John Bernard Croak, récipiendaire de la Croix de Victoria pour ses actes de bravoure le 8 août 1918, premier jour de la bataille d'Amiens.

août 09

Jour 2 - Bataille d'AmiensAllie Image

Le Corps canadien avance de six kilomètres et demi, tout en comptant 2 574 victimes[2], soit environ les deux tiers des pertes totales du jour précédent.

Récipiendaires de la Croix de Victoria

[2] Les victimes, ou pertes, incluent tous soldats tués, blessés ou disparus au combat.
Insigne de casquette du 22e Bataillon (canadien-français), qui deviendra par après le Royal 22e Régiment.

Insigne de casquette du 22e Bataillon (canadien-français), qui deviendra par après le Royal 22e Régiment.

août 10

Jour 3 - Bataille d'AmiensAllie Image

Avec la prise du village de Hallu, des troupes du Corps canadien réalisent la plus grande progression sur le front Est qu'aucune autre formation de la 4e Armée britannique, étant sous le commandement de cette dernière.

Véhicules blindés canadiens allant au combat lors de la bataille d'Amiens. Photo : Bibliothèque et Archives Canada/PA-003015

Véhicules blindés canadiens allant au combat lors de la bataille d'Amiens. Photo : Bibliothèque et Archives Canada/PA-003015

août 11

Jour 4 - Fin officielle de la bataille d'AmiensAllie Image

Au cours de la nuit précédente et dans la matinée, des troupes du Corps canadien repoussent trois contre-attaques allemandes sur Hallu, mais comme elles ne prévoient pas progresser davantage et qu'elles se trouvent en position exposée, les troupes se replient derrière une ligne retranchée.

août 12

Jour 5 Allie Image

Du 12 au 14 août, des troupes du Corps canadien s'emploient à dégager le labyrinthe de tranchées ennemies entre les villages de Fouquescourt et Parvillers.

Récipiendaire de la Croix de Victoria

août 13

Jour 6 Allie Image

Au cours de rencontres entre patrouilles et de combats de tranchées localisés, des troupes du Corps canadien progressent lentement vers le village de Parvillers.

Récipiendaire de la Croix de Victoria

  • Sgt Robert Spall
    Princess Patricia's Canadian Light Infantry, 3e Division d'infanterie canadienne.

août 14

Jour 7 Allie Image

Des troupes du Corps canadien parviennent à entrer dans Parvillers, mais une violente contre-attaque des Allemands les empêche d'occuper le village.

août 15

Jour 8 - Combats autour de DameryAllie Image

Parvillers est finalement saisi par des troupes du Corps canadien, qui doivent repousser des contre-attaques allemandes pendant toute la journée. Pendant ce temps, d'autres troupes pénètrent dans le village de Damery, qu'elles parviennent à défendre malgré les bombardements et les contre-attaques, faisant quelque 200 prisonniers.

août 16

Jour 9 - Combats autour de DameryAllie Image

Des troupes du Corps canadien occupent le village de Fransart, entre Fouquescourt et Hattencourt. Trois tentatives menées par d'autres troupes canadiennes pour entrer dans le village de La Chavatte se soldent par un échec, malgré l'appui non négligeable de l'artillerie; des patrouilles robustes ne parviennent pas davantage à pénétrer le village de Fresnoy-les-Roye.

août 17

Jour 10 - Combats autour de DameryAllie Image

Au matin, des patrouilles du Corps canadien dégagent certaines tranchées difficiles au nord de La Chavatte, permettant aux troupes de prendre le contrôle du village. Les tentatives pour atteindre Fresnoy sont abandonnées.

août 18

Jour 11

La 10e Armée française, sous le commandement du Général Mangin, avance entre l'Oise et l'Aisne, et s'empare du village de Morsain, dans la vallée du ru d'Hozier.

août 19

Jour 12 Allie Image

Des troupes du Corps canadien améliorent leur position au cours d'une opération mineure au nord du village de Chilly. Durant l'après-midi, elles regagnent une partie du terrain qu'elles avaient perdu auparavant, à l'est de la route Chilly-Lihons. Elles défendent leur position contre quatre contre-attaques allemandes durant la nuit.

Le major McGill et ses assistants de la cinquième division canadienne d'ambulance de campagne, administrant des soins à l'extérieur. Bataille d'Amiens. Photo: Bibliothèque et Archives Canada/PA-002890

Le major McGill et ses assistants de la cinquième division canadienne d'ambulance de campagne, administrant des soins à l'extérieur. Bataille d'Amiens. Photo: Bibliothèque et Archives Canada/PA-002890

L’avance vers la ligne Hindenburg et le Canal du Nord, du 20 août au 26 septembre

Lien à la carte de l’avance

août 20

Jour 13 Allie Image

En date du 20 août, le Corps canadien avait progressé d'environ 22,5 kilomètres, sur un front qui s'était élargi de sept à plus de neuf kilomètres, et avait libéré 27 villages. Les Canadiens avaient capturé plus de 9 000 prisonniers, saisi près de 200 canons de différents calibres, et plus de 1 000 mitrailleuses et mortiers de tranchées. Au cours de la période du 8 au 20 août, le Corps a perdu 11 822 soldats.

août 21

Jour 14

Des troupes de la 3e Armée britannique s'emparent des villages de Beaucourt, d'Aichet-le-Petit et de Courcelles. De leur côté, des troupes de la 3e Armée française s'emparent du village de Lassigny.

août 22

Jour 15 Allie Image

Le général Arthur Currie, commandant du Corps canadien, expose son plan d'attaque vers l'est des côtés de la route Arras-Cambrai, à ses commandants de division, ce qui fut connu comme la bataille de la Scarpe.

août 23

Jour 16 Allie Image

Au cours d'une attaque en plein jour, des troupes du Corps canadien s'emparent d'une usine de sucre au sud de Neuville-Vitasse, et gagnent le contrôle partiel de la ville, le soir suivant.

août 24

Jour 17

Des troupes de l'armée britannique prennent d'assaut la crête de Thiepval, un centre de résistance allemand solidement défendu.

août 25

Jour 18

Des troupes britanniques capturent les villages de Mametz, Martinpuich et Le Sars.

Deuxième bataille d’Arras, du 26 août au 3 septembre 1918

Carte de la zone de bataille

août 26

Jour 19 - Jour du début de la bataille de la ScarpeAllie Image

Des troupes du Corps canadien avancent d'au moins cinq kilomètres et demi, s'emparant au passage des villes de Monchy-le-Preux et de Wancourt.

Récipiendaire de la Croix de Victoria

  • Lt C. S. Rutherford
    M.C., M.M., 5e Bataillon canadien de fusiliers à cheval, 3e Division d'infanterie canadienne.

août 27

Jour 20 - Bataille de la ScarpeAllie Image

Des pluies diluviennes durant la nuit rendent le terrain glissant, compliquent le rassemblement des troupes et retardent les départs. Devant la résistance tenace des Allemands qui défendent vigoureusement leurs positions, les troupes canadiennes avancent tout au plus de trois kilomètres et demi.

Soldats canadiens traversant un barrage allemand à l'est d'Arras. Photo: Bibliothèque et Archives Canada/PA-003145

Soldats canadiens traversant un barrage allemand à l'est d'Arras. Photo: Bibliothèque et Archives Canada/PA-003145

Date de modification :