Saviez-vous ...

  • L’armistice est signé le 27 juillet 1953 à Panmunjom.
  • Chaque soldat canadien combattant en Corée a droit à une bouteille de bière japonaise Asahi par jour.
  • La Corée du Nord n’a aucun sous-marin.
  • Les navires sont constamment menacés par les mines sur les rivières et dans les ports.
  • Le PPCLI est le seul bataillon canadien qui a reçu la U.S. Presidential Unit Citation.
  • L’entraînement des troupes en Corée met l’accent sur l’escalade des collines, le maniement des nouvelles armes et la connaissance des transmissions radio.
  • Ni la Chine ni la Corée du Nord ne signent la Convention de Genève en 1949, convention par laquelle les nations s’engagent à respecter certaines règles d’engagement.
  • Des membres de la 54e Compagnie de transport du RCASC aménagent un terrain de jeu pour les enfants coréens du voisinage.
  • Les radars maritimes haute définition des contre-torpilleurs canadiens en font des bâtiments redoutables en eaux peu profondes.
  • Un fantassin canadien transporte 100 cartouches de mitrailleuse, trois grenades ainsi qu’un pic ou une pelle.
  • L’équipement du soldat canadien comprend une bouteille d’eau et une ration de nourriture pour 24 heures.
  • L’équipement du soldat comprend un poncho, deux paires de chaussettes, un chandail, une serviette et une trousse de rasage.
  • Les principales maladies dont sont victimes les troupes en hiver sont le rhume, l’influenza, les engelures et les cas de « pieds des tranchées ».
  • En été, les principaux malaises qui affectent les soldats sont les coups de chaleur, les piqûres d’insectes infectées, les problèmes de pieds et les indispositions liées aux plantes toxiques.
  • La péninsule coréenne fait 1 000 km de longueur et sa largeur varie de 200 à 300 km.
  • Le mot Corée vient de « Koryo », du nom de la dynastie qui a régné sur la péninsule de 938 à 1392.
  • Entre 1910 et 1945, la langue officielle en Corée est le japonais.
  • Le 38e parallèle est situé à 50 kilomètres au nord de Séoul.
  • Les eaux usées sanitaires constituent le fertilisant le plus fréquemment utilisé dans les rizières de la Corée.
  • La guerre de Corée est la troisième guerre la plus meurtrière de l’histoire canadienne.
  • La Corée du Nord occupe 40 % de la masse terrestre de la péninsule coréenne.
  • La Corée du Sud occupe 60 % de la masse terrestre de la péninsule coréenne.
  • La population de la Corée du Nord compte pour le tiers de la population totale de la péninsule coréenne.
  • La population de la Corée du Sud compte pour les deux tiers de la population totale de la péninsule coréenne.
  • La Corée du Sud possède peu de ressources naturelles, mais son agriculture est très importante.
  • La Corée du Nord est riche en ressources et en industries.
  • Entre le 10 et le 17 août 1952, des pluies torrentielles détruisent 150 bunkers canadiens lorsque le niveau de la rivière Imjin s’élève de 12 mètres au-dessus de son niveau normal en été.
  • Troupes nord-coréennes au début du conflit : 125 000 hommes
  • Troupes sud-coréennes au début du conflit : 143 000 hommes
  • Seize pays, dont le Canada, constituent les forces des Nations Unies présentes sur le front coréen.
  • Canadiens blessés ou disparus au combat en Corée : 1 235.
  • Nombre total de soldats de la force des Nations Unies tués, blessés, faits prisonniers ou portés disparus au combat : environ un million (dont 840 000 Sud-Coréens).
  • Nombre total de soldats des forces communistes tués, blessés, faits prisonniers ou portés disparus au combat : environ 1,5 million (900 000 Chinois et 600 000 Nord-Coréens)
  • Maximum des forces terrestres des Nations Unies en même temps : 932 539 hommes.
  • Selon les estimations, les forces communistes comptent jusqu’à
    1 150 000 hommes, les trois quarts d’entre eux étant Chinois.
  • La Corée du Sud perd entre 300 000 et 600 000 civils, alors que la Corée du Nord en perd environ un million.
  • Au total, 26 791 militaires canadiens, hommes et femmes, servent en Corée et au Japon entre 1950 et 1953.
  • Les canons du NCSM Cayuga peuvent tirer des obus à une distance de 15 kilomètres.
  • Les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale constituent environ 45 % des troupes canadiennes de la force spéciale en Corée.
  • La durée d’une période de service en Corée est d’un an.
  • Les gilets blindés des Américains, également portés par les soldats canadiens, permettent de réduire de 30 % le nombre de pertes.
  • En trois ans, le 426e Escadron de l’ARC transporte 13 000 militaires et 3 millions de kilogrammes de matériel et de courrier.
  • Vingt et un pilotes de l’ARC servent au sein des escadrons de la US Air Force.
  • Le Capitaine d’aviation Ernest A. Glover est le seul pilote à recevoir la Croix du Service distingué dans l’aviation tant des forces canadiennes que des forces américaines en Corée.
  • Le nombre de soldats de l’armée canadienne culmine à 8 123 militaires de tous rangs.
  • Cinq cent seize soldats canadiens meurent durant la guerre de Corée.
  • Quatre cent quatre-vingt-quatre des 26 791 soldats canadiens engagés dans la guerre de Corée font plus d’une période de service.
  • Plus d’un million d’hommes servent dans l’armée américaine en Corée.
  • Trente-trois Canadiens sont faits prisonniers de guerre et tous sont rapatriés.
  • Soixante infirmières militaires canadiennes servent durant la guerre de Corée.
  • Le Major Lionel Gosselin est le Canadien le plus âgé à perdre la vie au combat durant la guerre de Corée.
  • Pour avoir refusé d’admettre que son avion a été abattu en territoire chinois plutôt qu’en territoire nord-coréen, le pilote canadien Andrew R. Mackenzie est gardé prisonnier par les Chinois pendant deux ans.
  • La décision des Nations Unies de s’opposer militairement à l’invasion de la Corée du Sud par les forces nord-coréennes constitue la première tentative d’une organisation internationale d’utilisation de la force pour repousser un agresseur.
  • Les soldats J. T. Allain, Arthur Baker et J.-A. Bellefeuille sont les premiers Canadiens à être faits prisonniers lors de la guerre de Corée.
  • Le Lieutenant H. T. Ross est le premier blessé canadien de la guerre de Corée.
  • Le Lieutenant de la MRC (Marine royale canadienne) J. J. MacBrien a piloté lors de missions de chasse au-dessus de la Corée alors qu’il faisait partie d’un programme d’échange avec la marine américaine. Il fut le seul aviateur naval canadien au combat durant la guerre et a été décoré de l’American Distinguished Flying Cross pour son service remarquable.
  • Le Lieutenant d’aviation Omer Lévesque, qui est détaché à la USAF, est le premier Canadien à faire l’expérience d’un combat aérien entre deux avions à réaction.
  • Durant la guerre de Corée, des hélicoptères servent pour la première fois à grande échelle et leur utilisation devient vite essentielle dans les opérations de récupération et d’évacuation des soldats de l’ONU blessés.
  • Les marins à bord du NCSM Cayuga sont les premiers Canadiens à engager le combat avec l’ennemi.
  • Le NCSM Cayuga est le premier navire de guerre à arborer le drapeau de l’ONU dans la guerre de Corée.
  • Le soldat Len Barton est le premier Canadien décoré de la guerre de Corée.
  • Le 2e Bataillon du PPCLI est la première unité canadienne à fouler le sol coréen.
  • Le NCSM Cayuga est le premier navire canadien à ouvrir le feu contre une cible ennemie durant la guerre de Corée.
  • Premier ministre du Canada durant la guerre de Corée :
    Louis Saint Laurent.
  • Présidents des États-Unis durant la guerre de Corée : Harry Truman, suivi de Dwight D. Eisenhower.
  • Chef de la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) : Kim Il Sung.
  • Chef de la République de Corée (Corée du Sud) : Syngman Rhee.
  • Chefs soviétiques durant la guerre de Corée : Joseph Staline, suivi de Nikita Krouchtchev.
  • Commandants de la brigade canadienne en Corée durant la guerre : le Brigadier John Rockingham, suivi du Brigadier M. P. Bogert puis du Brigadier Jean Victor Allard.
  • Commandants en chef des forces de l’ONU en Corée durant la guerre : le Général Douglas MacArthur, suivi du Général Matthew Bunker Ridgway et du Général Mark W. Clark.
Date de modification :