L'offensive sous-marine gagne la côte Est du Canada

Le lieutenant d’aviation M.J. Bélanger (à droite) et son équipage ont attaqué le <em>U-517</em> à trois reprises, dans le golfe du Saint-Laurent, sans toutefois réussir à le couler. Ministère de la Défense nationale PMR 77-178

Le lieutenant d’aviation M.J. Bélanger (à droite) et son équipage ont attaqué le U-517 à trois reprises, dans le golfe du Saint-Laurent, sans toutefois réussir à le couler. Ministère de la Défense nationale PMR 77-178

Une semaine après l’entrée en service du Fort Ramsay, Karl Thurmann, capitaine du U-553, fit entrer son U-boot dans le golfe du Saint-Laurent. Il avait été affecté à l’offensive sous-marine stratégique allemande contre les ports d’embarquement de l’Est de l’Amérique du Nord, connue sous le nom d’opération Drumbeat. Depuis son lancement en janvier 1942, les agresseurs avaient remporté 48 victoires contre des navires en eaux canadiennes sur la côte Est. La bataille prenait un tour nouveau du fait qu’elle progressait en direction de l’ouest, vers le centre du pays.

Dans la nuit du 11 au 12 mai, Thurmann aperçut un navire de charge britannique, le Nicoya, qui venait de Montréal et transportait du ravitaillement de guerre. Il le torpilla à 15 kilomètres au nord de Pointe-à-la-Frégate. Avant l’aube, il coula également le navire hollandais Leto affrété par le ministère britannique du Transport de guerre, au large de Rivière-la-Madeleine. Six membres de la marine marchande périrent au cours de la première attaque, une dizaine au cours de la seconde.

Le lendemain, pendant que la presse parlait des survivants dont les canots de sauvetage étaient venus s’échouer sur la côte gaspésienne, le quartier général de la Marine fit passer l’avis suivant :

Le transport maritime dans le Saint-Laurent [a] été la cible d'une première attaque ennemie le 11 mai, alors qu'un navire de charge était coulé. Quarante et un survivants sont ramenés à terre. La situation du transport sur le fleuve est surveillée de près et les plans élaborés depuis longtemps pour en assurer la protection spéciale sont mis en oeuvre. Le torpillage d'autres navires dans cette région ne sera pas rendu public afin de soustraire à l'ennemi toute information de valeurNote de bas de page2.

Des 562 passagers et membres d’équipage du <em>Chatham</em>, tous, à l’exception de 13 seulement, sont sauvés par l’équipage du <abbr title='Navire canadien de Sa Majesté'>NCSM</abbr> <em>Trail</em> avec le concours de l’appareil de l’ARC et des bâtiments d’escorte de la garde côtière américaine. Bibliothèque et Archives Canada PA-200329v

Des 562 passagers et membres d’équipage du Chatham, tous, à l’exception de 13 seulement, sont sauvés par l’équipage du NCSM Trail avec le concours de l’appareil de l’ARC et des bâtiments d’escorte de la garde côtière américaine. Bibliothèque et Archives Canada PA-200329v

On décida alors de renforcer considérablement les défenses gaspésiennes. Cinq dragueurs de mines Bangor, trois vedettes à moteur Fairmile et un yacht armé furent affectés à la Force d’escorte du Golfe. C’est à cette dernière qu’incombait essentiellement la responsabilité d’escorter les convois entre Québec et Sydney. Avec celle de Sydney, qui comptait deux dragueurs de mines Bangor, six vedettes Fairmile et deux yachts armés, elle constituait la principale force navale mise en service dans le Golfe.

Au cours de la nuit du 8 au 9 mai 1942, un observateur avait signalé au Commandement aérien de l’Est la présence d’un sous-marin allemand qu’il aurait aperçu, depuis Cape Ray, sur la côte de Terre-Neuve. C’était une erreur, mais le Commandement avait néanmoins envoyé des patrouilles anti-sous-marines survoler le Golfe dès le 11 mai 1942. Le soleil n’était pas encore couché qu’il apprenait le naufrage du Nicoya. Il envoya sans tarder des renforts aériens à l’aérodrome d’entraînement de Mont-Joli (Québec). Équipé de Canso et de Catalina, le 117e Escadron (bombardement et reconnaissance) fut envoyé à North Sydney, en Nouvelle-Écosse. Quoique déjà réduit à la moitié de ses effectifs, cet escadron forma également un détachement à Gaspé. Treize autres escadrons du Corps d’aviation royal canadien entrèrent eux aussi en lice, notamment le 113e Escadron (bombardement et reconnaissance) de Yarmouth, en Nouvelle-Écosse. C’est à ses Hudson que l’on attribuerait l’écrasante majorité des attaques aériennes anti-sous-marines lancées dans le golfe du Saint-Laurent avant la fin de l’année 1944.

Bibliothèque et Archives Canada PA-200321

Bibliothèque et Archives Canada PA-200321

Pendant le reste de la saison sans glace, la modeste force d’escorte intérieure de la Marine canadienne et ses homologues aériens luttèrent contre un ennemi rusé qui remportait d’incroyables succès.

En juillet 1942, Ernst Vogelsang engagea son U-132 dans le Golfe. Le 6 juillet, en moins de 30 minutes, il coula trois des douze navires du convoi QS-15, le Dinaric et le Hainaut, qui battaient pavillon anglais, et le bâtiment grec Anastassios Pateras. Finalement, les attaques à la grenade sous-marine du NCSM Drummondville, commandé par le lieutenant J.P. Fraser, obligèrent le sous-marin à plonger profondément et à rester caché pendant 12 heures. Quatre chasseurs Curtiss Kittyhawk, faisant partie du 130e Escadron de Mont-Joli, se précipitèrent à l’attaque sous la direction du commandant d’aviation J.A.J. Chevrier. L’appareil de Chevrier ne revint jamais de cette mission. Le 20 juillet, Vogelsang décrocha une nouvelle victoire : il torpilla le navire marchand britannique Frederika Lensen à l’ouest de Pointe-à-la-Frégate, tuant dix marins marchands.

Lorsque le <em>Chatham</em> a sombré, le 27 août 1942, 13 des 562 passagers et membres d’équipage ont péri. Les survivants ont été rescapés par l’équipage du <abbr title='Navire canadien de Sa Majesté'>NCSM</abbr> <em>Trail</em>, l’aviation royale canadienne et la garde côtière américaine. Bibliothèque et Archives Canada PA-200331

Lorsque le Chatham a sombré, le 27 août 1942, 13 des 562 passagers et membres d’équipage ont péri. Les survivants ont été rescapés par l’équipage du NCSM Trail, l’aviation royale canadienne et la garde côtière américaine. Bibliothèque et Archives Canada PA-200331

Date de modification :