Cimetière de guerre canadien de Bény-sur-Mer - Fiche d’information

Le 6 juin 1944, passé à l'histoire sous le nom de jour J, commencent les débarquements alliés sur la côte de Normandie, début de l'opération Overlord, l‘invasion si longtemps attendue du nord-ouest de l'Europe.

La 3e Division d'infanterie et la 2e Brigade blindée ont apporté les contributions terrestres les plus notables aux débarquements du jour J. Cette division et cette brigade étaient représentatives de toutes les parties du Canada. En effet trois des bataillons d’infanterie étaient originaires de l'Ontario, un du Québec, trois des provinces de l'Ouest, et deux des Maritimes. Les unités de l’artillerie, d’ingénierie, des transmissions et des services étaient toutes représentatives du Canada. Les trois régiments de la 2e Brigade blindée étaient originaires de l'Ontario, du Manitoba et du Québec.

Sous le commandement de la IIe armée britannique et appuyés par un tir puissant d'artillerie terrestre et navale, les Canadiens débarquèrent sur la plage « Juno », au centre du secteur britannique, en se frayant un passage à travers les eaux agitées, les obstacles sur la plage, les barbelés, les mines et les coups de feu. À la tombée du jour, ils avaient sécurisé une tête de plage qui, bien qu’elle n’ait pas permis d'atteindre les objectifs visés, était néanmoins assez bien défendue pour résister à toute contre-attaque ennemie. Quelques jours après, cette tête de plage fut élargie et, le 11 juin, elle fut jugée assez sûre pour y faire débarquer de nouvelles formations en vue de l'étape suivante de l'invasion.

Ce débarquement initial coûta de nombreuses vies humaines, moins cependant qu'on ne l'avait prévu, et ce nombre n’aurait certainement pas été aussi élevé si ce n’était de Dieppe. Seulement lors du jour J, le Canada subit près de 1 000 pertes, dont 340 soldats tués ou morts des suites de leurs blessures. Les jours suivants, à mesure que l'Armée allemande cherchait désespérément à repousser les Alliés, la liste des victimes canadiennes s'allongea.

Les hommes qui sont tombés au combat sur les plages et lors des violentes batailles de tête de pont reposent dans le cimetière de guerre canadien de Bény-sur-Mer qui, malgré son nom, se trouve près du village de Reviers. Bordé de pins et d’érables, le cimetière compte 2 049 pierres tombales ainsi que les tombes de 15 aviateurs. Le maire et la population de Reviers s'intéressent particulièrement à ce cimetière, même s’il porte un autre nom, le considérant en quelque sorte comme le leur. De belles haies en ornent l’entrée et l'abri des registres est surmonté de plateformes d'où l'on peut embrasser d'un seul coup d'œil toute la région environnante et admirer le talent et le dévouement consacrés à la planification et à la conception de ce superbe cimetière.

Date de modification :