Le nectar des mers

Information archivée dans le Web

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Information sur le média

Détails

Le nectar des mers

Tous les jours sur les navires, on donnait du rhum aux marins. Roch D’Aoust nous parle de cette tradition et de la difficulté qu’il a eu à se défaire de cette habitude en sortant de la marine.

Transcript

Roch Daoust

Roch D’Aoust est né le 23 avril 1924 à Alfred, en Ontario. Lorsque la guerre éclate, il trouve du travail dans l’industrie de la guerre au Québec : fabrication de munitions à Brownsburg, fabrication de nitro-coton à Valleyfield et fabrication de navires à Montréal. Puis, en 1944, il s’engage dans la Marine Royale du Canada. Il suit sa formation de base à bord du NCSM Donnacona et plus tard, il sera muté à Cornwallis (N.-É.) pour compléter son entraînement. Il s’embarque ensuite sur le NCSM Fundy, un balayeur de mines. Le Fundy dirige un groupe de trois petits navires. Ceux-ci s’assurent que le passage est libre et sécuritaire pour les grands convois maritimes naviguant entre le Canada et l’Europe. En plus de détruire des mines, le Fundy a sauvé plusieurs naufragés de paquebots, coulés par des sous-marins ennemis. Finalement, il se joint à l’équipage du NCSM Sioux, un destroyer destiné à combattre contre le Japon, mais la guerre se termine lorsque le Sioux est en mission dans le Pacifique.

Transcription

LE NECTAR DES MERS



Je te dis que le rhum, tu prends… nous autres. À 11h30 à tous les jours, tout le temps que j’ai été sur un bateau, on prend une tot de rhum. Là, j’aimerais ça en prendre une tot de rhum. Vous en avez pas de rhum, là? Le vrai rhum, le neat. Le neat, tu le sais. Quand tu embarques sur un bateau, il y a toujours des matelots alentour de toi à 11h30 quand l’officier vient puis il nous donne notre tot de rhum. Parce qu’ils savent en maudit que le nouveau, là, les cheveux vont lui lever de sur la tête. OK, I’ll help you. Never mind help, parce qu’on mettait ça dans une petite bouteille.



Ça fait que quand tu as ta discharge, tu prends le train pour t’en revenir à Montréal, à 11h30, le chum, tu la cherches ta tot, tot’o’rhum, hein. Mais si tu n’as pas ça, tu prends d’autres choses. Moi, j’ai eu de la misère. Quand je suis sorti de la marine, j’ai été quelques années, puis je travaillais au cirage moi là, et puis j’ai été quelques années à avoir de la misère à contrôler ça. J’en suis venu à bout. (db)
Date de modification :