Cénotaphe de Dieppe

Hidden photo gallery

Ville/Province : Dieppe, NB

Numéro du monument : 13008-004

Type : Trois plaques de marbre, une plaque de bronze, une murale de briques et une plaque de granit.

Adresse : 33, avenue Acadie

Lieu : Hôtel de ville

Coordonnées GPS : Lat: 46.094804   Long: -64.749101

Collaborateur : Reginald E.B. Godsoe; A. R. Cuthbertson - Secretary & Chairman/Secrétaire et président

Ce mémorial inauguré en 1981 par l’Association des vétérans militaires de Dieppe est dédié à la mémoire des morts et des anciens combattants des Première et Seconde Guerres mondiales et de la guerre de Corée et en particulier aux Canadiens qui ont perdu la vie lors du débarquement de Dieppe le 19 août 1942. La murale est incrustée de 907 pierres provenant de la plage de Dieppe et représentant chacune un soldat canadien tombé à cet endroit pendant le débarquement. LE CÉNOTAPHE DE DIEPPE – L’Association des vétérans militaires de Dieppe se réunit le 23 septembre 1979 dans le « White Hall » qui abrite aujourd’hui le Club de l’âge d’or de Dieppe. Elle a un projet : trouver les fonds nécessaires à la construction d’un cénotaphe à la mémoire des camarades tombés à l’étranger au cours de la Première et de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée. La quatrième réunion de l’Association a lieu le 6 novembre 1979, et la construction du cénotaphe devient une priorité pour ses membres, qui orientent tous leurs efforts dans cette direction. Entre temps, Alain Gilette, journaliste en France, rédige un article sur Dieppe (France), où il est question d’un cénotaphe. Les habitants de l’endroit commence à faire circuler une idée : pourquoi ne pas envoyer des galets des plages de Dieppe pour les intégrer à la construction d’un cénotaphe au Canada afin de commémorer le sacrifice des soldats canadiens et souligner les liens entre les deux collectivités? N’oublions pas Agnes Esliger, l’épouse de Mathieu Esliger, qui suggère de remplacer « le Coin des Léger » par « Dieppe » pour rappeler le débarquement de 1942, où des soldats francophones et anglophones ont combattu côte à côte contre l’ennemi commun, le régime nazi de Hitler. Le nom de Dieppe est rapidement accepté par tout le monde, et, le 8 février 1946, l’endroit est rebaptisé. En janvier 1952, Siffroi Leblanc devient le premier maire de Dieppe, 21e ville du Nouveau Brunswick. Dieppe est considérée comme une municipalité à part entière depuis le 1er janvier 2003. Les efforts du journaliste Gilette ont donc touché une corde sensible. L’idée d’envoyer des galets au Canada est accueillie avec enthousiasme. Au bout du compte, des enfants des écoles de la région (Dieppe, Bernavel, Puy, Pourville, Sainte Marguerite-sur-Mer) sont invités à ramasser des centaines de galets, et le journaliste réussit à convaincre Air Canada d’en assurer le transport gratuitement. Le 31 décembre 1980, le maire Clarence Cormier reçoit une lettre expliquant ce qu’ont fait les enfants. Lorsqu’il apprend que les galets sont arrivés à Dorval, il prend des dispositions pour les faire transporter de Montréal à Dieppe (N. B.). Il ne s’agit pas de pierres ordinaires : chacune d’elles représente l’un des 907 soldats et 5 aviateurs plus 1 matelot, soit 913 Canadiens, tombés au cours du débarquement de Dieppe, le 19 août 1942. Les membres de l’Association se réunissent pour la première fois avec Jean Gaudet (directeur des services récréatifs et communautaires de Dieppe) en janvier 1981 pour discuter du projet de construction d’un cénotaphe. En février, Gordon Brown et Don Gould proposent des maquettes. L’Association décide de faire construire le cénotaphe avec l’aide de gens de la région, car le prix demandé par les artisans est beaucoup trop élevé (plus de 30 000 $). En avril, les Lions acceptent de commanditer le projet de cénotaphe, qui serait construit par Don Gould, maçon de profession, mais aussi artiste à part entière. La maquette no 101 est approuvée, et le coût de la construction est fixé à 8 950 $. Alfred Melanson accepte de présider le projet. Pour recueillir des fonds, on propose de vendre des macarons, chacun d’eux représentant une brique du cénotaphe. On espère obtenir ainsi 12 000 dollars. Les 4 000 macarons sont vendus au prix de 3 $ chacun. On fait de la publicité dans les bulletins paroissiaux, on envoie des lettres de sollicitation et on fait du porte à porte. Irenée Gauvin, chargé de la vente des macarons, déclare qu’il s’installera sur le parvis de l’église et devant la gare du CN, où, en une journée, il accumule 350 $. Le projet de cénotaphe est accepté par les membres de l’Association des vétérans militaires de Dieppe et par le Lions Club de Dieppe. Après discussion sur l’emplacement du monument, les anciens combattants expriment le vœu que le projet de cénotaphe soit construit en retrait et obtiennent satisfaction à cet égard. Le monument est censé être érigé en face de l’avenue de l’Acadie, près de l’hôtel de ville. L’administration municipale invite la population à assister à l’inauguration le vendredi 8 mai 1981, à 20 h. C’est un moment important dans l’histoire de l’Association. M. Lem, consul général de France, remet les galets à la municipalité, et la maquette du cénotaphe est dévoilée par le conseil municipal et le président de l’Association, qui est alors Ben Gallant. On inaugure les travaux, et la soirée se termine par une réception au Lions Club. Le premier projet de l’Association lui permet de se doter d’assises solides, de devenir une organisation permanente et d’attirer de nouveaux membres. Le cénotaphe devient un symbole de fierté et, le 8 novembre 1981, une impressionnante cérémonie permet à tous les habitants de la région et à beaucoup d’anciens combattants venus de tous les coins du Canada de voir pour la première fois un cénotaphe créé entièrement par des artisans de l’Association et le seul au Canada qui témoigne éloquemment du débarquement de Dieppe, opération militaire très controversée dans les annales militaires. Parmi les invités spéciaux de la cérémonie, il y a le Brigadier général Owen Lockyer, le Colonel J.D. Murray, M. Phil Howlett, ancien combattant de la région fait prisonnier à Dieppe (France), et Mme Philomène Lavoie, dont le fils a péri durant la Seconde Guerre mondiale et à qui l’on demande de déposer une couronne de fleurs sur le monument. Sont également présents le député Bill Malenfant, M. Éric Lem, le maire Clarence Cormier, l’archevêque Donat Chiasson, le révérend Hamilton, le rabbin Lefkowitz, le révérend Emery Doucet, le conseiller Ben Gallant, et MM. Fred Melanson et Roger Thériault, représentant le Lions Club. On fait donner la dernière sonnerie au clairon, qui est suivie par une minute de silence, après quoi la couronne de fleurs est déposée devant le cénotaphe tandis que tous entonnent le God Save the Queen. La cérémonie, bien qu’officielle, a été très émouvante. Elle était empreinte d’une immense fierté et d’un sentiment d’accomplissement à l’égard des anciens combattants et de toute la collectivité. Le cénotaphe avait pour objet de commémorer les citoyens tombés sur les champs de bataille. Après la cérémonie d’inauguration, l’Association des vétérans militaires de Dieppe organise un défilé au son de la musique de la fanfare des cadets, auquel se joignent les membres d’autres associations militaires (de Riverview et Moncton) ainsi que des policiers et des pompiers. On compte en tout plus de 700 personnes. Le cénotaphe a 12 pouces d’épaisseur et comprend 40 rangées de briques à raison de 21 briques de largeur, et 10 groupes de galets (cadeaux de la France), intégrés au motif des briques, représentent les 10 unités canadiennes qui ont participé au débarquement de Dieppe, en France, le 19 août 1942. Au centre et vers la gauche, un soldat canadien, portant un casque et un fusil Lee-Enfield 303, l’arme standard des militaires pendant la Seconde Guerre mondiale, s’avance rapidement vers les falaises. La terre est brun foncé, et la plage est représentée par des roches. Au-dessus et un peu en arrière du soldat se trouve la plaque où sont gravés les noms des soldats qui ont donné leur vie au cours de la Seconde Guerre mondiale pour que nous, aujourd’hui, puissions vivre dans la liberté. L’inscription en français est la suivante : « À la mémoire de ceux qui, partis de Dieppe, ont versé leur sang et des vétérans qui ont combattu pour notre liberté ». Derrière le soldat se trouvent un char, un navire et un avion, mais aussi, dans le ciel blanc, les nuages gris provoqués par les explosions (comme pour nous les faire entendre et nous rappeler le sang versé). Le cénotaphe renvoie au « raid de Dieppe », mais il sert aussi à commémorer la participation des citoyens à toutes les guerres. Cela explique les dates inscrites au bas du monument : 1914----1918, 1939-------1945, 1950----1953, GARDIENS DE LA PAIX/PEACEKEEPERS. Les traits d’union qui séparent les chiffres indiquent le nombre d’années de guerre dans chaque cas. Pour les anciens combattants, la participation des enfants de France, qui ont ramassé les galets sur les plages de Dieppe, du Puys, de Bernavel, de Pourville et de Sainte-Marguerite-sur-Mer, prend un sens très particulier et représente un cadeau. Dans une lettre qu’ils leur ont adressée, ces jeunes ont écrit : « Pour qu’il n’y ait plus jamais de guerres, pour que les enfants du monde se prennent par la main ». Autres détails importants : les croix et la bordure noire. Cela rappelle les lettres à bordure noire que recevaient les familles informées du décès d’un des leurs. Les croix symbolisent les rangées de croix blanches que l’on trouve un peu partout dans les cimetières d’Europe et qui portent les noms de soldats canadiens morts au combat. À l’arrière du cénotaphe se trouvent les noms des membres décédés de l’Association et, sur chaque plaque, on trouve l’inscription : « À LA MÉMOIRE DES CAMARADES DÉFUNTS DE L’ASSOCIATION DES VÉTÉRANS MILITAIRES DE DIEPPE ». Le dévoilement officiel du cénotaphe par le consul général de France a eu lieu le 8 novembre 1981. Y ont été mentionnés Don Gould and Son pour la conception et la construction, ainsi que le Lions Club et la population de Dieppe pour la construction. Au cours d’une réunion au club Champlain le 11 mai 1983, convoquée par le maire Bill Malenfant, celui ci propose de retenir la date du dimanche le plus proche de la date du 19 août pour honorer les hommes tombés au cours du « raid de Dieppe » en août 1942. La cérémonie du 11 novembre a lieu à Dieppe depuis 2007 et continuera de s’y tenir chaque année. L’illustration originale imaginée par Don Gould représente la participation de la Marine, de l’Armée de terre et de l’Aviation au cours de ce raid qui a emporté tant d’hommes courageux, dont les formations sont énumérées ci-dessous, avec le nombre de pertes : The Royal Regiment of Canada (227) The Royal Hamilton Light Infantry (197) The Essex Scottish Regiment (121) Les Fusiliers Mont Royal (119) The South Saskatchewan Regiment (84) The Queen’s Own Cameron Highlanders of Canada (76) The 14th Calgary Tank Regiment (13) The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada (4) The Toronto Scottish Regiment (1) The Calgary Highlanders (0) Total : 842 personnes Les autres unités qui ont participé au débarquement sont les suivantes : Le Corps royal du génie canadien (27) L’Artillerie royale canadienne (13) Le Corps royal canadien des transmissions (9) Quartiers généraux et détachements divers (5) Le Corps de santé royal canadien (4) Le Service canadien des renseignements (3) Le Corps royal canadien des magasins militaires (2) Le Corps royal de l’intendance de l’Armée canadienne (1) Le Corps de prévôté canadien (1) Total : 65 personnes Total des soldats tombés au combat : 907 Autres personnes tuées en ce jour fatidique : La Marine royale du Canada (1) Total : 908 personnes Escadrilles de l’Aviation royale du Canada participantes : 400e Escadrille de coopération d’armée 400 (0) 401e Escadrille de chasse (1) 402e Escadrille de chasse (0) 403e Escadrille de chasse (3) 411e Escadrille de chasse (0) 412e Escadrille de chasse (1) 414e Escadrille de coopération d’armée (0) 416e Escadrille de chasse (0) 418e Escadrille d’interception (2 avions) (0) Total : 5 personnes Total des victimes du raid de Dieppe : 913 personnes Outre les 4 963 soldats canadiens qui ont pris part au raid de Dieppe, il y a eu 1 075 soldats britanniques (52 victimes), 50 soldats du 1st U.S. Ranger Battalion (1 victime) et 20 membres du commando interallié no 10. Le soutien aérien et maritime était fourni principalement par les Forces britanniques. Il y a eu, dans la Royal Navy, 75 hommes tués sur le coup ou morts de leurs blessures, ainsi que 269 disparus ou prisonniers de guerre, tandis que la Royal Air Force a perdu 62 hommes.

Ajouter ou mettre à jour l’information


Inscription sur le mémorial

[front plaque/plaque devant]

VETERANS KILLED IN ACTION
1939 TO 1945

[left column/colonne de gauche]

HENRI HEBERT
CAMILLE JOSEPH ARSENAULT
FERNANDO NOWLAN
CALIXTE GAUVIN
JAMES ENGLEHART
CAMILLE GOGUEN
VALMOND LEBLANC
LIONEL DUPUIS
GEORGE TINGLEY

[right column/colonne de droite]

LEANDRE LEBLANC
DAVID MURRAY
OXIARD SAVOIE
RAYMOND LEBLANC
ALDRICE J. DAIGLE
ALYRE J. LANDRY

[bottom/en bas]

MORTS AU COMBAT

[base, bottom/base, en bas]

1914 - 1918, 1939 - 1945, 1950 - 1953, GARDIEN DE LA PAIX/PEACEKEEPERS

[back/arrière]

[left plaque/plaque de gauche]

EN MEMOIRE DES CAMARADES DEFUNTS DE L'ASSOCIATION
IN MEMORY OF ALL DEPARTED COMRADES

DIEPPE VETERANS ASSOC. VETERANS DIEPPE N.B. crest/emblème NOUVEAU-BRUNSWICK

[left column/colonne de gauche]

NAME AGE YR
KENNETH MACKAY 71 1982
LOUIS BELLIVEAU 62 1983
GEORGE FAUDEL 73 1983
HECTOR CUNNINGHAM 62 1984
AURELE LEBLANC 64 1982
RAYMOND GAUDET 63 1987
CHARLES ROY 76 1988
TILMON MAILLET 65 1989
ULRIC GALLANT 69 1990
JOSEPH BOURQUE 70 1990
ALBERT LEBLANC 69 1990
ARTHUR TWOHIG 77 1991
JAMES GRAHAM 72 1991
DONALD MCISAAC 62 1992
CHARLES CURRIE 72 1992
FRED GOGUEN 75 1992
ARTHUR MONAGHAN 83 1992
CHARLES GAUDET 86 1994
PIERRE BEAULIEU 75 1994
BENOIT GALLANT 76 1996
JOHN ARESENAULT (POW) 80 1996
MARTIN HALEY 73 1996
FRED HACHEY 78 1996

[right column/colonne de droite]

NAME AGE YR
LOUIS CORMIER 69 1992
DENNIS SAULNIER 72 1996
GERALD CAIL 75 1997
GERARD DAIGLE 82 1997
ALFRED LEBLANC 89 1998
THOMAS LEBLANC 74 1998
GERARD S. LEBLANC 65 1990
ALYRE ARESENAULT 78 1994
J. D. NORMAN CORMIER 74 1998
R. (RENE) CORMIER 86 1999
JEAN PIERRE ARSENAULT 77 1999
DONALD GOULD 75 1999
ALFRED HEBERT 74 1999
EDGAR G. J. LEBLANC 78 1999
DONALD B. GOODALL 80 2000
OLIVER BLANCHARD 86 2000
ULYSSE ROY 85 2000
JOSEPH MEUNIER 84 2000
JOSEPH DUPUIS 79 2000
EUSTACHE "MAGGIE" BABIN 86 2000
LEO ST. ELMO MACDONALD 81 2002
JULIEN BELLIVEAU 83 2002

[centre plaque/plaque de centre]

[The wording in the photo is not clear./Le texte n'est pas clair sur la photo.]

[right plaque/plaque de droite]

EN MEMOIRE DES CAMARADES DEFUNTS DE L'ASSOCIATION
IN MEMORY OF ALL DEPARTED COMRADES

DIEPPE VETERANS ASSOC. VETERANS DIEPPE N.B. crest/translate NOUVEAU - BRUNSWICK

[left column/colonne de gauche]

NAME AGE YR

DAVID H. LUTES 63 1975
AMÉDÉE J. CORMIER 84 2002
LABERT LIRETTE 78 2002
EDGAR E. LEBLANC 79 2002
J. DOLPHA BRUN 80 2002
GEORGE R. MAGEE 80 2003
ALDERICE SONIER 83 2003
ELI BASTARACHE 90 2003
MARCELIN CORMIER 85 2004
JOSEPH H. BOURQUE 80 2004
HERMAN J. MELANSON 88 2005
EMERY GAUVIN 85 2005
EDGAR MAZEROLLE 84 2005
IRENÉE GAUVIN 85 2006
WILLIAM J. ALLAIN 79 2006
RENÉ LEBLANC 81 2006
JULES LAVIOLETTE 85 2006
NAZAIRE SAVOIE 86 2006
LORENZO CAISSIE 84 2007
CLETUS RICHARD 86 2007
FRANÇOIS BENOIT 82 2007
EDWARD DAIGLE (VINEGAR) 76 2007
CAMILLIEN GAUDET 75 2007
RHÉAL J. LOSIER 74 2007

[right column/colonne de doite]

ROBERT MASTERS 82 2007
MARTIN E. BRIGGS 84 2007
JEAN (JOHN) LAPLANTE 76 2007
DONALD (DON) B. MCNIGHT 84 2008
DONALD (DON) MCCLURE 85 2008
EMILE DAIGLE 83 2008
HENRY LEBLANC 80 2008

[wall, left side/mur, côté]

IN MEMORY OF DEPARTED
COMRADES DIEPPE
MILITARY VETERANS'
ASSOCIATION OF
NEW BRUNSWICK

[wall, right side/mur, côté droite]

EN MEMOIRE DES CAMARADES
DEFUNTS DE L'ASSOCIATION
VETERANS MILITAIRES
DE DIEPPE
NOUVEAU-BRUNSWICK

[front, granite slab/devant, dalle en granit]

VETERANS' PLACE
DIEPPE MILITARY VETERANS' ASSOCIATION
VETERANS' CENOTAPH ERECTED IN 1981

IN HONOUR OF THE 913 CANADIANS WHO DIED ON THE BEACHES OF DIEPPE, FRANCE ON 19 AUGUST 1942. THE VILLAGE OF LEGER CORNER
CHANGED ITS NAME TO DIEPPE, ON 8 FEBRUARY 1946. DIEPPE WAS INCORPORATED AS A TOWN 1 JANUARY 1952.
THE VETERANS WANTED A CENOTAPH TO HONOUR THE BARVE MEN THAT FOUGHT AND DIED ON THE BEACHES OF DIEPPE AND ELSEWHERE
DURING ALL WARS, INVOLVING CANADIANS AND THEIR ALLIES. THE TOWN BEING NAMED AFTER THE CITY OF DIEPPE, FRANCE. THE VETERANS.
FELT THAT THE CENOTAPH SHOULD PRIMARILY DEPICT THE "DIEPPE RAID". THE CENOTAPH DEPICTS THE FOLLOWING:
THE SMALL PEBBLES THAT ARE LAID IN 10 PATCHES REPRESENT THE 10 ASSAULT REGIMENTS WHO LOST 842 MEN, THE SUPPORT UNITS LOST
65 MEN, ROYAL CANADIAN NAVY LOST 1, AND THE ROYAL CANADIAN AIR FORCE LOST 5 MEN ON THAT FATEFUL AUGUST DAY IN 1942.
THE PEBBLES WERE PICKEDBY SCHOOL CHILDREN ON THE BEACHES OF DIEPPE AND FLOWN TO CANADA BY AIR CANADA FREE OF CHARGE. THEN
TRANSPORTED FROM DORVAL TO DIEPPE BY THEN MAYOR CLARENCE CORMIER.
THE CENOTAPH'S SKY, MADE OF RED AND WHITE BRICKS, DEPICTS THE CLOUDS AND FIRE THAT FILLED THE AIR ON THAT GREY DAY. AN R.C.A.F.
PLANE ON THE HORIZON ATTESTS TO THE AIR FORCE PARTICIPATION. THE NAVY ALSO TOOK A VITAL PART AS SHOWN BY THE SHIP ON THE
GREY BRICKED SEA. IN THE FOREGROUND A TANK REPRESENTS THE MOTORIZED INFANTRY. THE RED BRICK IS THE EARTH AND THE PEBBLES
REPRESENT BEACHES.
THE SOLDIER IS COMPLETE WITH BACK PACK, HELMET AND 303 CALIBRE RIFLE, BAYONET ATTACHED WHICH WERE THE STANDARD ISSUE OF THE
CANADIAN SOLDIER DURING THE SECOND WORLD WAR.
IN 2000 A GRANITE BASE WAS INSTALLED OUTLINING THE 1914----1918, 1939-------1945, 1950----1953 AND GARDIEN DE LA
PAIX/PEACEKEEPERS AND EACH HYPHEN IS ONE INCH FOR EACH YEAR OF WAR. THE NAMES OF 13 MEN WHO GAVE THEIR LIVES DURING WWII
ARE ON THE PLAQUE ELEVATED AT THE TOP FRONT. THE MEMBERS OF DIEPPE MILITARY VETERANS' ASSOCIATION WHO HAVE PASSED AWAY
SINCE THE FOUNDING OF THE ASSOCIATION, ARE LISTED ON PLAQUES IN THE REAR.
THE BORDER OF THE CENOTPAH IS BLACK WHICH DEPICTS THE BORDERS OF THE LETTERS THAT MOTHERS AND WIVES RECEIVED FROM THE
CASUALTY OFFICE WHEN A SON OR HUSBAND WAS KILLED IN ACTION.
IN 2001 TWO SIDE PANELS WERE ADDED, ONE IN FRENCH AND ONE IN ENGLISH. BOTH HAVE THE IMPERIAL WAR GRAVES TYPE CROSS, THE DIEPPE
MILITARY VETERANS' ASSOCIATION CREST. THE DEDICATION AND THE STAR OF DAVID AT THE BOTTOM OF EACH PANEL.
THE VETERANS FELT SINCE THE JEWISH CEMETERY IS LOCATED IN DIEPPE IT WAS APPROPRIATE TO HONOUR THEIR PRESENCE ON THE CENOTAPH.
A BASE HAS BEEN ADDED AT THE REAR WHICH READS "NOUS NOUS SOUVIENDRONS/LEST WE FORGET" WITH A POPPY ON EACH ONE.

[base, bottom/base, en bas]

DEDICATED TO P.O.W.S' JOHN A. ARSENAULT & J. LAURIE CORMIER

[rear, granite slab/arrière, dalle en granit]

PLACE DES VÉTÉRANS
ASSOCIATION DES VÉTÉANS MILITAIRES DE DIEPPE
MONUMENT AUX ANCIENS COMBATTANTS - ÉRIGÉ EN 1981

LE VILLAGE DE LEGER CORNER A PRIS LE NOM DE DIEPPE LE 8 FÉVRIER 1946 POUR HONORER LA MÉMOIRE DES 913 CANADIENS QUI SONT TOMBÉS
AU COMBAT SUR LES PLAGES, DE DIEPPE, EN FRANCE, LE 19 AOÛT 1942. DIEPPE FUT INCORPORÉE COMME VILLE LE 1 JANVIER 1952.
LES ANCIENS COMBATTANTS VOULAIENT QU'UN MONUMENT COMMÉMORATIF SOIT ÉRIGÉ POUR RENDRE HOMMAGE AUX BRAVES COMBATTANTS QUI ONT
DONNÉE LEUR VIE SUR LES PLAGES DE DIEPPE ET AILLEURS AU COURS DE TOUTES LES GUERRES AUXQUELLES ONT PARTICIPÉ LES CANADIENS ET LEURS
ALLIÉS. VU QUE LA VILLE AVAIT PRIS LE NOM DE DIEPPE. LES ANCIENS COMBATTANTS ÉTAIENT D'AVIS QUE LE MONUMENT DEVAIT COMMÉMORER
PRINCIPALEMENT LE RAID SUR DIEPPE. VOICI CE QUE REPRÉSENTE LE MONUMENT:
LES PETITS CAILLOUX DISPOSÉS EN 10 GROUPES REPRÉSENTENT LES DIX RÉGIMENTS D'ASSAULT, DON’T FAISAIENT PARTIE 842 HOMMES QUI
ONT PERDU LA VIE, LES UNITÉS D'APPUI ONT PERDU 65 HOMMES, LA MARINE ROYALE CANADIENNE, UN, ET LE CORPS D'AVIATION ROYAL DU CANADA,
CINQ. EN CE JOUR FATIDIQUE D'AOÛT 1942. LES PETITS CAILLOUX ONT ÉTÉ RECEUILLIS PAR DES ÉCOLIERS SUR LES PLAGES DE DIEPPE ET
TRANSPOTES GRATUITEMENT AU PAYS PAR AIR CANADA, PUIS APPORTÉSDE DORVAL À DIEPPE PAR LE MAIRE D'ALORS, CLARENCE CORMIER.
LE HAUT DU MONUMENT, FAIT DE BRIQUES ROUGES ET BLANCHES, REPRÉSENTE LES NUAGES ET LE FEU QUI REMPLISSAIENT L'AIR EN CE JOUR GRIS. UN AVION DU
CARC À L'HORIZON REND COMPTE DE LA PARTICIPATION DE L'AVIATION. LA MARINE A AUSSI JOUÉ UN RÔLE ESSENTIEL. COMME EN ATTESTE LE NAIVRE SUR LA
MER REPRÉSENTÉE PAR LES BRIQUES GRISES. À LA'ARRIÈRE-PLAN, UN CHAR D'AASULT REPRÉSENTE L'INFANTRIE MOTORISÉE. LA BRIQUE
ROUGE REPRÉSENTE LA TERRE ET LES PETITS CAILLOUX, LES PLAGES. LE SOLDAT EST REPRÉSENTÉ AVEC SON SAC, SON CASQUE ET UNE CARABINE, 303,
BAIONETTE AU CANON. SOIT L'ÉQUIPMENT RÉGLEMENTAIRE DES SOLDATS CANADIENS AU COURS DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE.
EN 2000, UNE BASE DE GRANIT A ÉTÉ INSTALÉE POUR REPRÉSENTER LES GUERRES DE 1914----1918, 1939-------1945, 1950----1953, ET
LA CONTIBUTION DES CASQUES BLEUS/PEACEKEEPERS. CHAQUE TIRET D'UN POUCE REPRÉSENTE UNE ANNÉE DE GUERRE. LE NOM DES 13 HOMMES QUI ONT
PERDU LA VIE AU COURS DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE EST INSCRIT SUR UNE PLAQUE EN AVANT, EN HAUT. LE NOM DES MEMBRES DE
L'ASSOCIATION DES ANCIENS COMBATTANTS DE DIEPPE MORTS DEPUIS LA FOUNDATION DE L'ASSOCIATION EST INSCRIT SUR DES PLAQUES À L'ARRIÈRE. LE BORD DU MONUMENT EST NOIR ET REPRÉSENTE LA BORDURE DES LETTRES QUE LES MÈRES ET LES ÉPOUSES RECEVAIENT DU BUREAU DES PERTES
LORSQUE LEUR FILS OU LEUR MARI AVAIT ÉTÉ TUÉ AU COMBAT.
EN 2001, DEUX PANNEAUS LATÉRAUX ONT ÉTÉAJOUTÉS, UN EN FRANÇAIS ET UN EN ANGLAIS. LES DEUX PORTENT UNE CROIX DU TYPE DES SÉPULTURES DE
GUERRE IMPÉRIALES. L'EMBLÈME DE L'ASSOCIATION DES ANCIENS COMBATTANTS DE DIEPPE. LA DÉDICACE ET L'ÉTOILE DE DAVID, AU BAS.
LES ANCIENS COMBATTANTS ESTIMAIENT QU'IL CONVENANT DE SIGNALER SUR LE MONUMENT LA PRÉSENCE DES JUIFS ÉTANT DONNÉE QUE LE
CIMETIÈRE JUIF EST À DIEPPE. UNE BASE ÉTÉ AJOUTÉE À L'ARRIÈRE ET PORTE L'INSCRIPTION: "NOUS NOUS SOUVIENDRONS/LEST WE FORGET"
AVEC DE CHQUE CÔTÉ, UN COQUELICOT.

DEDIE AUX PRISONNIERS DE GUERRE JOHN A.ARSENAULT ET J. LAURIE CORMIER

Note

Ces renseignements sont fournis par des collaborateurs. Anciens Combattants Canada fournit ces renseignements à titre de service au public. Anciens Combattants Canada ne peut garantir l’exactitude, la fiabilité ou l’actualité du contenu.

Date de modification :