Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Mémorial canadien à Saint-Julien

Mémorial canadien à Saint-Julien

Visible depuis plusieurs kilomètres, en bordure de la route principale allant d'Ypres à Bruges, l'impressionnant mémorial canadien à Saint-Julien semble monter la garde auprès des morts, tel une sentinelle, pour rappeler la résistance héroïque des Canadiens durant les premières attaques aux gaz de la Première Guerre mondiale.

Ce mémorial est l'un des plus saisissants monuments de champs de bataille du front occidental. D'une hauteur d'environ onze mètres, ce simple bloc de granit, dressé au centre d'un parc dallé de pierre, est surmonté du « Soldat en méditation », la tête penchée, les épaules courbées, les mains repliées sur les bras retournés. L'expression du visage qui apparaît sous le casque d'acier est résolue mais sympathique, comme si ce soldat canadien méditait sur la bataille au cours de laquelle ses camarades firent preuve de tant de vaillance. Le Mémorial se dresse au centre d'un jardin entouré de cèdres géants taillés en cônes impeccables, qui s'harmonisent avec ce bloc élancé de granit.

Le mémorial a été dessiné par un architecte de Regina, monsieur Frederick Chapman Clemesha, qui fut blessé lorsqu'il servait dans le Corps canadien durant la guerre. La pierre de la base du mémorial a été tirée des carrières des Vosges, tandis que le buste a été sculpté à Bruxelles.

Le mémorial canadien à Saint-Julien fut dévoilé le 8 juillet 1923 par S.A.R. le duc de Connaught. Parmi les nombreux anciens combattants présents à cette cérémonie, se trouvait l'ancien commandant en chef des Armées alliées, le maréchal Ferdinand Foch. Rendant hommage à ceux que ce Monument voulait honorer, le maréchal déclara : « Les Canadiens ont payé cher leur sacrifice, et le coin de terre sur lequel se dresse ce monument de gratitude et de piété baigne dans leur sang. Ils ont écrit ici la première page du Livre de Gloire qui est l'histoire de leur participation à cette guerre » .

L'inscription qui figure sur le Monument rappelle la participation canadienne à la deuxième bataille d'Ypres :

ICI LES 22-24 AVRIL 1915 DIX HUIT MILLE CANADIENS DE LA GAUCHE BRITANNIQUE RÉSISTÈRENT VICTORIEUSEMENT AUX PREMIÈRES ATTAQUES DE GAZ DES ALLEMANDS 2 000 D'ENTRE EUX GLORIEUSEMENT TOMBÉS REPOSENT PRÈS DE CETTE COLONNE*

Ypres (1915)

Au cours de la première semaine d'avril 1915, les troupes canadiennes allèrent occuper, en avant d'Ypres, une portion de front faisant saillie dans les lignes alliées. Elles étaient flanquées, à droite, de deux divisions britanniques et, à gauche, d'une division française, le 45e Algérien.

C'est là que le 22 avril, les Allemands tentèrent de percer enfin les défenses alliées en recourant à une nouvelle arme : le gaz toxique. Après un tir intense d'artillerie, l'ennemi relâcha cent trente-cinq tonnes de chlore dans une brise soufflant du nord-est. Le gaz vint se déposer en un épais nuage olivâtre au-dessus des tranchées françaises et mit les soldats en déroute; ceux-ci, démunis de toute protection et les poumons déchirés, s'effondrèrent ou prirent la fuite, laissant une brèche de six kilomètres dans les lignes alliées. Profitant de leur avantage, les Allemands menacèrent un moment de prendre les Canadiens à revers et d'enserrer cinquante mille soldats canadiens et britanniques dans un mortel étau. Heureusement, l'ennemi n'avait prévu qu'une offensive limitée et, comme ses troupes étaient insuffisantes, fut incapable d'exploiter la situation. Après une avance de trois kilomètres seulement, il s'arrêta et se retrancha.

Les Canadiens manoeuvrèrent toute la nuit pour colmater la brèche. Ils organisèrent même une contre-attaque pour déloger l'ennemi de Kitchener's Wood, chênaie située près de Saint-Julien. Le lendemain ils lancèrent deux autres contre-attaques pour s'emparer des positions ennemies. Ils ne gagnèrent que peu de terrain, et cela au prix de pertes extrêmement lourdes. Ces attaques leur donnèrent néanmoins un peu de répit pour colmater la brèche.

La bataille de Saint-Julien allait être plus âpre encore. Le 24 avril, les Allemands déclenchèrent une offensive afin d'anéantir le saillant une fois pour toutes. Un autre violent bombardement fut suivi d'une nouvelle attaque au gaz, dirigée cette fois contre les Canadiens. Une furieuse bataille s'engagea alors au milieu des éclats d'obus et des balles de mitrailleuses; handicapés par des fusils qui s'enrayaient constamment, pris de violentes nausées et essayant tant bien que mal de se protéger du gaz avec des chiffons imbibés d'eau boueuse, les Canadiens n'en tinrent pas moins bon jusqu'à l'arrivée de renforts.

C'est ainsi que dès leur premier engagement sur un champ de bataille européen, les Canadiens se firent une réputation de redoutables soldats. Cependant, la bataille avait coûté cher. En quarante-huit heures, le contingent canadien formé de civils hâtivement entraînés avait perdu six mille trente-cinq hommes, soit le tiers de ses effectifs. C'était un sombre aperçu de ce que réservait l'avenir.

*Ces deux mille Canadiens reposent dans divers cimetières de guerre des environs.

Indications routières

Vue aérienne du Mémorial canadien à Saint-Julien

Le mémorial canadien à Saint-Julien est situé à environ 50 km au nord de Lille, 7 km au nord-est d'Ypres, 30 km à l'ouest de Courtrai et 245 km au nord de Paris. Vous pouvez vous rendre à Ypres en train ou en autobus. Les stations se situent l'une à côté de l'autre au centre de la ville. Le mémorial se situe à environ 7 km des stations. Vous pouvez vous y rendre en autobus en direction de Roulers (ligne 745 Roulers) et descendre à l'arrêt numéro 36 lequel se trouve juste au mémorial, après le village de St. Julien. Vous pouvez également vous y rendre en prenant un taxi à partir des stations, au coût d'environ €25 pour un voyage aller-retour. Vous pouvez également louer une bicyclette à la station de train à un coût approximatif de €5 par jour, €11 par semaine ou €17 par mois.

Nota : Le coût d'un taxi indiqué plus haut est basé sur un voyage aller-retour sans période d'attente. Si vous désirez que le taxi vous attende pendant que vous visitez le site, vous devrez payer €20 l'heure. En Belgique, Ypres est Ieper, Roulers est Roeselare, Courtrai est Kortrijk et Lille est Rijsel.

Si vous vous déplacez en auto, veuillez suivre les directions suivantes :

Nota : Les limites de vitesse en Belgique sont de 50 km/h dans les villes et les zones résidentielles, d'habitude de 90 km/h sur les routes secondaires (mais ceci varie à certains endroits) et de 120 km/h sur l'autoroute. Soyez au courant de la règle accordant la priorité de la droite et de la présence des voies de cyclisme qui ne sont généralement pas marquées. Ces voies sont parallèles à la route et, souvent, elles ne sont pas séparées de la route.

À partir de Paris ou de l'aéroport Charles de Gaulle ou d'Arras, suivez l'autoroute A1 en direction de Lille. En vous rapprochant de Lille, vous prenez la N17 vers Roulers. Conduisez environ 22 km et prenez alors la A19. Conduisez environ 20 km et prenez la N313 en direction de Roulers. Le mémorial se situe à environ 7 km au nord-est d'Ypres, après le village de St. Julien à l'intersection de la route traversant la 313 qui va de Langemark à Zonnebeke. Cela vous prendra environ 2,5-3 heures pour vous rendre au mémorial.

À partir d'Ypres, suivez la N313 en direction de Roulers. Le mémorial se situe à environ 7 km au nord-est d'Ypres, après le village de St. Julien à l'intersection de la route traversant la N313 qui va de Langemark à Zonnebeke. Cela vous prendra environ 15 minutes pour vous rendre au mémorial.

À partir de Courtrai, suivez la A19 en direction d'Ypres. Continuez sur cette route pour environ 23 km. Prenez la sortie vers la N313 en direction de Roulers. Le mémorial se situe à environ 7 km au nord-est d'Ypres, après le village de St. Julien à l'intersection de la route traversant la N313 qui va de Langemark à Zonnebeke. Cela vous prendra environ 45 minutes pour vous rendre au mémorial.

À partir de Lille, suivez la N17 en direction de Roulers et continuez sur ce chemin pour environ 22 km. Prenez alors la A19 en direction d'Ypres. Continuez sur cette route pour environ 23 km. Prenez la sortie vers la N313 en direction de Roulers. Le mémorial se situe à environ 7 km au nord-est d'Ypres, après le village de St. Julien à l'intersection de la route traversant la N313 qui va de Langemark à Zonnebeke. Cela vous prendra environ une heure pour vous rendre au mémorial.

Monuments commémoratifs en Belgique

Date de modification :