Le mémorial Canadien du Mont-des-Cats

Soixante mille soldats de l'armée canadienne sont morts en France durant la Grande Guerre. Les divers gouvernements décidèrent que ces héros méritaient mieux que quelques pouces de terre inculte. Ceux qui sont tombés glorieusement reposent dans des cimetières toujours bien entretenus. De magnifiques monuments, comme celui de Vimy par exemple, rappellent leur héroïsme.

Cimetières et monuments sont des manifestations matérielles du culte des morts.

En 1930, on résolut de manifester ce culte d'une manière spirituelle; de cette idée est née la Ligue du Souvenir et de la Prière établie au Mémorial canadien du Mont-des-Cats.

L'objet de cette Ligue : la prière et la pénitence pour les soldats canadiens tombés en France au cours de la guerre, et de leurs camarades de France et des armées alliées ; l'organisation de cérémonies en souvenir des défunts de l'armée canadienne" est réalisée à l'abbaye Sainte-Marie-du-Mont, par les Trappistes qui s'y trouvent depuis 1826 et qui sont devenus – au terme des actes passés officiellement – les ministres de la prière et du souvenir perpétuel. Cette abbaye séculaire qui domine de nombreux cimetières canadiens et alliés de la région est devenue un lieu de pèlerinage.

Les Cisterciens Trappistes, dont le monastère fut bombardé en 1918, ont accepté l'investiture de « l'Aumônerie des morts de la guerre ». Ils sont devenus les chapelains de la Ligue.

À l'entrée de l'abbaye, a été érigée une grande plaque de marbre dédiant le monastère à ces vaillants soldats morts.

Douze autres plaques plus modestes rappellent les principaux combats des troupes canadiennes : Passchendaele, Festubert, Côte 70, Amiens, Cambrai, Valenciennes, Arras, Vimy, Courcelette, Somme, Mont Saint-Éloi, Ypres.

Dans le monastère, à l’entrée de l'église abbatiale, une autre plaque de marbre porte l’inscription :

« À la glorieuse mémoire des soldats canadiens, français et alliés tombés au champ d'honneur. Accordez-leur, Seigneur, le repos éternel ! »

Elle fixe au cœur même de cette maison de la prière, la grande pensée qui résume l’œuvre entreprise, et fait de l'abbaye un ex-voto vivant du Canada Catholique à ses enfants glorieusement tombés.

Depuis 1930, la Ligue du Souvenir et de la Prière s'est rapidement développée. Le Cardinal Rouleau avait alors accepté d'en être le chef spirituel.

Prenant à cœur leur rôle d'intercesseurs, les moines du Mont-des-Cats réalisent à la lettre l'objet de la Ligue : la prière pour les morts canadiens et alliés de la guerre. Dans le grand silence des cimetières, ils font monter le chant de la liturgie. Chaque soir, ils chantent spécialement aux intentions de la Ligue, le « Salve Regina »

Dans un document confié aux religieux de l'Abbaye, Son Éminence le Cardinal Villeneuve et, avec lui, évêques et notables, ont ratifié, le 14 juin 1933, au nom des catholiques canadiens, l’œuvre accomplie par les fondateurs et ont rappelé la grandeur de l'entreprise, son caractère de pieuse et perpétuelle reconnaissance.

Par la suite, trente-cinq évêques du Canada ont donné leur adhésion à la Ligue dont font partie des milliers de Canadiens.

« Le Mémorial du Mont-des-Cats, c’est l’Eglise militante au secours de l’Eglise souffrante. C’est la prière de ceux qui croient et qui espèrent en la résurrection. Nous sommes de ceux-là. De loin, nous devons monter la garde avec la veilleuse du Saint-Sacrement, la petite lampe du sanctuaire. Voilà tout ce que nous réclament nos puissants intercesseurs, les Trappistes du Mont-des-Cats. »
Extrait du Journal Le Bien Public – 3 déc. 1936
Date de modification :