Recherche

Recherche

(recherche avancée)
Options de recherche avancée

Résultat de recherche

41 résultat(s) pour votre recherche - filtre : Jour-J
Des héros se racontent du jour J

Des héros se racontent du jour J

Cette vidéo veut rendre hommage aux anciens combattants en leur donnant la parole et en leur permettant de raconter les événements du jour J d'un point de vue personnel plutôt qu'historique.

Traversée de la Manche le 6 juin 1944 pour le jour J

Traversée de la Manche le 6 juin 1944 pour le jour J

M. Farley raconte la traversée de l’Angleterre vers la France lors du jour J et avoir dormi le premier soir sur le bateau. Il est débarqué en France le lendemain, 7 juin 1944 tout près de Bernières sur Mer, sur un camion qu’il a aidé à imperméabiliser.

On nous préparait pour le débarquement de Normandie

On nous préparait pour le débarquement de Normandie

M. Farley se souvient avoir participé à des exercices pour préparer le débarquement de Normandie et que le moral des hommes était très bon même lorsqu’ils étaient à quelques heures du jour J et dans des camps « scellés ».

Je n'ai pas célébré la fin de la guerre

Je n'ai pas célébré la fin de la guerre

M. Doiron explique qu’à la fin de la guerre, il était fatigué et heureux, mais en raison de toutes les pertes subies, lui et ses camarades n’ont pas célébré beaucoup.

Sauver le barrage en Hollande

Sauver le barrage en Hollande

M. Doiron se rappelle que les Alliés devaient avancer rapidement pour empêcher les Allemands de détruire un barrage en Hollande.

En Hollande d'octobre 1944 à mai 1945

En Hollande d'octobre 1944 à mai 1945

M. Doiron décrit une action difficile de nuit pour prendre le pont de Nimègue en Hollande.

On ne peut pas oublier la Seconde Guerre mondiale

On ne peut pas oublier la Seconde Guerre mondiale

M. Doiron parle des commandos et à quel point ils étaient efficaces à se déplacer sans faire de bruit.

La ligne de front et le repos

La ligne de front et le repos

M. Doiron se rappelle qu’il passait plus de temps au front qu’au repos.

Les biscuits hard tack, le corned beef et la soif

Les biscuits hard tack, le corned beef et la soif

M. Doiron parle de nourriture au front et que bien qu’ils n’avaient pas des repas très élaborés, la soif les affectait plus que la faim.

Un camarade tué par un obus

Un camarade tué par un obus

M. Doiron raconte la mort tragique d’un camarade lors d’un repas au front en Belgique.

Blessé plus d'une fois

Blessé plus d'une fois

M. Doiron décrit comment il a été blessé en Belgique.

Le port d'Anvers en Belgique

Le port d'Anvers en Belgique

M. Doiron explique que ses supérieurs ont soigneusement choisi les hommes qui allaient devoir prendre le quai à Anvers.

Date de modification :