Le Canada se souvient - la cote 355

Cette publication est disponible dans d’autres formats sur demande.
Version PDF

Introduction

Plus de 26 000 Canadiens ont défendu la cause de la paix et de la liberté pendant la guerre de Corée. Dans le secteur entourant la cote 355, les soldats canadiens ont défendu la ligne de front et repoussé de lourdes attaques ennemies. C’est à la cote 355 qu’ils se sont battus le plus férocement.

La guerre de Corée

La guerre de Corée s’est déclarée le 25 juin 1950, quand la Corée du Nord a envahi sa voisine, la Corée du Sud, après des années de tensions grandissantes. Cette agression a donné lieu à une guerre qui a duré plus de trois ans et qui a vite amené l’intervention des États-Unis et d’autres pays membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) à l’appui de la Corée démocratique, le Sud, et l’entrée en guerre de la Chine du côté de la Corée communiste, le Nord.

Les Canadiens et la cote 355

Quand l’ONU a demandé à ses membres au cours de l’été 1950 de former une force multinationale pour aider à rétablir la paix, le Canada a convenu de prêter main-forte. Durant les premières phases de la guerre, le combat faisait le va-et-vient entre le Nord et le Sud de la péninsule tandis que chaque côté menait à son tour des offensives majeures. Cependant, vers le milieu de 1951, les lignes de front ont commencé à se dessiner plus fermement, et les deux belligérants ont établi d’importantes positions défensives le long du 38e parallèle.

Les Canadiens ont protégé les secteurs de la ligne de front qui leur avaient été confiés et ils ont mené des raids sur les positions ennemies afin de recueillir des renseignements et de capturer des prisonniers. Au cours de cette période, ils ont souvent été affectés à la cote 355 (désignée ainsi sur les cartes militaires puisqu’elle était située à 355 mètres au-dessus du niveau de la mer) ou à proximité. En effet, chacun des bataillons canadiens qui ont participé à la guerre de Corée y a passé du temps à un moment ou à un autre du conflit. Baptisée « Kowang San » par les Coréens, elle a été surnommée « petit Gibraltar » par les troupes de l’ONU en raison de sa taille imposante et de ses nombreuses positions défensives. La colline, située à une quarantaine de kilomètres au nord de Séoul, était très prisée étant donné que, grâce à son altitude, elle fournissait la meilleure vue des lignes de front et des routes d’approvisionnement. Cette importance stratégique a fait de la colline le théâtre de combats féroces parce que les deux côtés voulaient se l’approprier.

Novembre 1951

Le 22 novembre 1951, des troupes canadiennes du Royal Canadian Regiment, du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry et du Royal 22e Régiment ont été affectées à un nouveau secteur de la ligne de front mesurant à peu près sept kilomètres. Ce secteur longeait la cote 355, qui appartenait alors aux Américains. Le Royal 22e venait de commencer à établir sa nouvelle position, dans l’ombre des cotes 227 et 355, quand les Chinois ont déclenché un bombardement intense.

L’attaque, qui s’est poursuivie jusqu’au lendemain, a été suivie par des vagues d’assaut lancées par les soldats chinois contre le Royal 22e dans l’après-midi du 23 novembre. Nos hommes, entourés, ont fait reculer l’ennemi grâce au lancement de bombes et au tir de mortier. Tout près, les Américains et les Chinois se disputaient le contrôle de la cote 355 comme telle. Les Américains ont été repoussés pendant un certain temps, laissant ainsi les Canadiens davantage exposés au tir provenant du sommet, occupé par l’ennemi, qui dominait nos positions défensives. Le combat désespéré dans la neige, le froid et la boue a coûté la vie à 16 membres du Royal 22e et en a blessé 44 autres. Trois membres du régiment ont été faits prisonniers. Mais les Canadiens ont tenu bon jusqu’à ce que les Américains aient repris pour de bon la cote 355, le 25 novembre, ce qui a marqué la fin des attaques des communistes.

Octobre 1952

Les Canadiens ont de nouveau pris part à de violents combats dans les environs de la cote 355 en octobre 1952. Pendant tout le mois, les forces ennemies ont bombardé périodiquement les positions occupées sur la cote par le Royal Canadian Regiment depuis le début de septembre. Nos lignes de défense ont été lourdement endommagées et affaiblies. De toute évidence, les Chinois se préparaient à nous attaquer. Le moment fatidique est venu le 23 octobre, en début de soirée. L’ennemi a entrepris un autre lourd barrage d’artillerie, puis a envoyé ses soldats mener un raid d’envergure sur les positions de nos hommes.

Assaillis par un feu nourri et les lignes de communication étant rompues, des Canadiens ont dû abandonner leurs positions de défense devant l’afflux de troupes ennemies. L’ONU a répliqué par un tir de char et un tir de mortier sur les secteurs capturés, ainsi que sur la cote 227, sur le secteur à l’ouest de la cote 355 et sur la vallée au nord. Les Chinois se sont repliés, et les Canadiens ont repris la cote aux petites heures du 24 octobre. Encore une fois, les Canadiens ont essuyé de lourdes pertes : 18 soldats tués, 35 blessés et 14 faits prisonniers.

Sacrifice

Les soldats canadiens ont fait preuve de compétence et de bravoure à la cote 355 durant la guerre de Corée. En plus du combat féroce auquel ils ont participé, ils ont surveillé les lignes de front pendant de longues périodes calmes. Leurs efforts, cependant, ont coûté cher. En effet, les batailles et les patrouilles le long des lignes de front de ce secteur ont causé plus de pertes chez les Canadiens qu’ailleurs en Corée. Nos soldats tombés sur le champ d’honneur à la cote 355 figurent parmi les 516 Canadiens qui sont morts durant la guerre de Corée et dont les noms sont inscrits dans les Livres du Souvenir, situé à la Chapelle du Souvenir dans la Tour de la Paix, sur la Colline du Parlement, à Ottawa.

Héritage

L’armistice qui a mis fin au combat actif en Corée a été signé le 27 juillet 1953. Les sacrifices et les réalisations de nos soldats dans le secteur de la cote 355 constituent une page importante de l’histoire du Canada relative à la guerre de Corée. Pendant ce conflit, que certains sont venus à appeler « la guerre oubliée », les Canadiens ont perpétué la fière tradition nationale de service militaire au nom de la paix et de la liberté que notre pays a démontrée à maintes reprises au fil des ans dans le cadre de conflits et d’efforts de soutien de la paix.

Le programme Le Canada se souvient

Le programme Le Canada se souvient d’Anciens Combattants Canada incite tous les Canadiens et les Canadiennes à se renseigner sur les sacrifices et les réalisations de tous ceux et celles qui ont servi et qui continuent de servir leur pays en temps de guerre et de paix. Il invite aussi les citoyens à prendre part aux activités commémoratives qui aident à préserver l’héritage qu’ils nous ont légué et à le transmettre aux générations à venir.

Date de modification :