Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Partager cet article sur:

1914-1918 : Les femmes servent comme infirmières militaires.

Quelque 2 800 femmes ont servi en qualité d’infirmières dans le Corps de santé royal canadien au cours de la Première Guerre mondiale. Connue sous le nom d’infirmières militaires, bon nombre d’entre elles travaillaient à l’étranger dans les hôpitaux militaires ou à bord des navires-hôpitaux. Au Canada, elles soignaient les soldats blessés qui étaient revenus chez eux, mais nécessitaient des soins pour les blessures qu’ils avaient subies pendant la guerre.

1941 : Les femmes sont membres des Forces armées à temps plein.

En 1941, le Canada a commencé à recruter des femmes pour un service à temps plein dans trois nouvelles organisations militaires. Les groupes étaient les suivants : le Service féminin de l’Armée canadienne, la Division féminine de l’Aviation royale du Canada, et le Service féminin de la Marine royale du Canada. Les femmes occupaient des postes traditionnels tels que des emplois de commis ou d’opératrices téléphoniques. Elles effectuaient également des tâches inhabituelles, en servant en qualité de mécaniciennes, d’arrimeuses de parachutes et de conductrices d’équipement mobile lourd. Mary Greyeyes Reid était l’une de ces femmes. Elle fut la première femme autochtone à s’engager dans les Forces armées du Canada, en se portant volontaire pour entrer dans le Service féminin de l’Armée canadienne en 1942.

1980 : Trois Canadiennes deviennent pilotes dans l’Aviation royale canadienne.

En 1980, les Forces armées canadiennes ont ouvert le groupe professionnel des pilotes aux femmes. Trois femmes sont vite devenues pilotes dans l’Aviation royale canadienne. Il s’agissait des capitaines Dee Brasseur, Leah Mosher et Nora Bottomley. Le capitaine Brasseur est également devenue en 1989 l’une des deux premières femmes au monde à piloter le chasseur CF 18 Hornet. Mentionnons également le sous lieutenant Inge Plug, qui est devenue la première Canadienne à piloter un hélicoptère militaire, ainsi que le lieutenant Karen McCrimmon, la première femme navigatrice aérienne au sein des Forces armées canadiennes.

1989 : Une femme termine l’entraînement de soldat d’infanterie.

En 1989, le soldat Heather Erxleben est devenue la première femme soldat d’infanterie. Elle y est parvenue lorsqu’elle a obtenu son diplôme de l’école de combat du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (PPCLI). Elle a servi dans le 3e bataillon du PPCLI après avoir suivi un cours de 16 semaines.

2012 : Une femme reçoit la Médaille de la vaillance militaire.

Le capitaine Ashley Collette a été la première femme à recevoir la Médaille de la vaillance militaire. Elle l’a méritée pour avoir servi en tant que commandant de peloton de combat en Afghanistan. La Médaille de la vaillance militaire est la troisième récompense au Canada en importance qui honore la vaillance militaire. Seules l’Étoile de la vaillance militaire et la Croix de Victoria sont plus prestigieuses.

Date de publication : 2020-02-11


Articles pour les vétérans et leur famille

Histoire de vétéran : Bruno Guevremont

Histoire de vétéran : Bruno Guevremont

« Quand vous êtes membre des FAC, cela devient votre identité. Vous vous faites en quelque sorte défaire, puis reconstruire. C’est une bonne chose, mais quand vous partez, votre identité ne correspond plus à la communauté dans laquelle vous vous trouvez. »

Villes à l’appui des Forces canadiennes, première partie : Halifax

Villes à l’appui des Forces canadiennes, première partie : Halifax

Dans cette série, nous examinons comment la vie et le travail ont changé dans trois villes du Canada. La première sur la liste : Halifax, en Nouvelle-Écosse.

La Maison Anne Frank éduque les jeunes leaders au Canada

La Maison Anne Frank éduque les jeunes leaders au Canada

Anciens Combattants Canada fournit des fonds à la Maison Anne Frank depuis déjà plusieurs années. En 2019, la Maison Anne Frank a reçu du soutien dans le cadre du Programme de partenariat pour la commémoration d’Anciens Combattants Canada afin de présenter une exposition itinérante intitulée « Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui » dans diverses collectivités à l’échelle du Canada.

Date de modification :