Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Revenu avant et après la libération : Études sur la vie après le service (Juillet 2014)

Objectif

Cette étude sur le revenu des vétérans fait partie du programme de recherche Études sur la vie après le service, qui vise à mieux comprendre la transition de la vie militaire à la vie civile. Le présent rapport décrit les tendances du revenu avant et après la libération, pour les membres de la Force régulière et de la Force de réserve.

Méthodes

Statistique Canada a produit des tableaux agrégés à partir d’un couplage d’enregistrements sur les libérations militaires, sur la situation des clients d’Anciens Combattants Canada et sur les fichiers d’impôts pour trois groupes : 51 990 vétérans de la Force régulière (libérés entre 1998 et 2011), 15 596 vétérans de la Réserve de classe A et B et 3 185 vétérans de la Réserve de classe C (libérés entre 2003 et 2011).

Résultats

Vétérans de la Force régulière

Le revenu moyen pour l’année précédant la libération était de 70 900 $ (en dollars indexés de 2011); il augmentait durant l’année de la libération, puis diminuait l’année suivante, passant à 65 000 $. Le revenu d’après la libération rejoignait le revenu d’avant la libération huit ans après celle-ci.

Les gains étaient la principale source de revenu, suivis des pensions et des transferts du gouvernement. Même si les transferts du gouvernement (assurance-emploi, aide sociale, supplément de revenu garanti) augmentaient après la libération, leur réception était temporaire. Trente-huit pour cent (38 %) touchaient de l’assurance-emploi et 4 % recevaient de l’aide sociale ou le SRG au moins un an après la libération, tandis que seulement 2 % touchaient de l’assurance-emploi et aucun ne recevait de l’aide sociale ou le SRG pendant toutes les années suivant la libération.

La diminution moyenne du revenu pour la cohorte de la Force régulière (ayant fait l’objet d’un suivi à partir de l’année précédant la libération et tous les trois ans après la libération) était de 2 %. La majorité de cette cohorte (64 %) n’étaient pas des clients d’ACC. Les clients avaient subi une baisse de 11 % de leur revenu après la libération, comparativement à une augmentation de 4 % pour les non-clients. Plus du quart (27 %) des membres de la cohorte étaient âgés de 29 ans ou moins lors de la libération, et les clients étaient plus âgés que les non-clients.

Les diminutions du revenu, qui peuvent avoir une incidence importante sur l’expérience de transition, variaient considérablement entre les sous-populations. Par exemple, les libérations pour raisons médicales correspondaient une des plus importantes diminutions du revenu (20 %). Comparativement à la moyenne globale de 36 %, 80 % des vétérans ayant été libérés pour raisons médicales étaient des clients, ce qui montre que le Ministère réussit à joindre un bon nombre de ceux qui sont libérés pour raisons médicales.

Le taux de faible revenu, qui peut également avoir une incidence sur la réussite de la transition, atteignait un point culminant (7 %) durant la première année suivant la libération, avant de se stabiliser graduellement à 4 % par la marque de six ans. Parmi les vétérans (16 %) ayant connu une situation de faible revenu au moins un an après la libération, la majorité n’étaient pas des clients d’ACC. Les vétérans ayant été libérés pour des raisons involontaires (38 %), ayant servi pendant moins de deux ans (37 %) ou libérés au grade de soldat (35 %) sont ceux qui ont le plus connu une situation de faible revenu.

Vétérans de la Première réserve

Le revenu moyen des vétérans de la Force de réserve n’a pas diminué à la suite de leur libération. Le revenu des vétérans de la Réserve de classe A et B, qui était de 35 300 $ avant la libération, est passé à 39 400 $ l’année de la libération, et a continué à augmenter pour atteindre 60 300 $ huit ans après la libération. Les vétérans de la Réserve de classe C ont aussi bénéficié d’une hausse de revenu durant la première année suivant la libération, passant de 66 300 $ à 71 500 $, et demeurant par la suite plutôt stable.

La plus importante source de revenu des vétérans après leur libération était les gains, suivis des transferts gouvernementaux et des pensions. Les transferts gouvernementaux étaient plutôt temporaires, peu de vétérans les recevant chaque année après la libération. Alors que 39 % des membres des groupes de la Réserve combinés ont reçu de l’assurance-emploi et que 5 % ont reçu de l’aide sociale ou le SRG au moins une année après la libération, 4 % ont reçu de l’assurance-emploi et 1 % ont reçu de l’aide sociale ou le SRG chaque année après la libération.

Lorsque l’on examine la cohorte de la Force de réserve (ayant fait l’objet d’un suivi de l’année précédant la libération et tous les trois ans après la libération), les vétérans de la Réserve de classe A et B ont bénéficié d’une augmentation du revenu de 43 %, celui-ci passant de 32 700 $ à 46 600 $, tandis que les vétérans de la Réserve de classe C ont bénéficié d’une augmentation du revenu de 14 %, soit de 60 500 $ à 69 100 $. Les vétérans de la Réserve de classe C étaient plus âgés que ceux de la Réserve de classe A et B. Comme à peine 5 % des vétérans de la cohorte de la Force de réserve étaient des clients, les deux classes ont été combinées à des fins de comparaison client/non-client. Les clients ont subi une diminution de 9 % de leur revenu après la libération, tandis que les non-clients ont vu leur revenu augmenter de 39 %. Les trois-quarts (73 %) des vétérans de la cohorte de la Force de réserve étaient âgés de 29 ans ou moins lors de leur libération, et les clients étaient plus âgés que les non-clients.

Même si les vétérans de la cohorte de la Force de réserve ont vu leur revenu augmenter après leur libération, certains petits groupes (< 5 % de la cohorte) ont subi des diminutions. Les vétérans âgés de 55 ans et plus lors de la libération (18 %), ceux ayant été libérés à l’âge de la retraite (17 %) et ceux libérés de la Marine (11 %) ont connu les baisses les plus importantes, comparativement à une augmentation globale de 35 %. Les membres de ces trois groupes étaient plus probables d’être des clients que la moyenne de 5 %.

Le taux de faible revenu des vétérans de la Force de réserve a atteint un point culminant de 14 % durant l’année de la libération, avant de redescendre à 8 % au terme de la huitième année. Dans l’ensemble, 23 % des réservistes ont connu une situation de faible revenu au moins une année après leur libération, parmi lesquels seulement 5 % étaient des clients. La répartition par classe est la suivante : 25 % (classe A et B) et 13 % (classe C). Les vétérans ayant les taux les plus élevés de situation de faible revenu après la libération avaient servi pendant moins de deux ans (35 %), avaient été libérés pour des raisons involontaires (35 %) ou avaient été libérés comme recrues (33 %).

Comparaison des vétérans de la Force régulière et de la Première réserve

Lors de leur libération, les vétérans de la Force régulière étaient les plus âgés, et les vétérans de la Réserve de classe A et B étaient les plus jeunes. Le niveau de revenu avant la libération était conforme à cette différence d’âge : Force régulière (69 300 $), Réserve de classe C (60 500 $) et Réserve de classe A et B (32 700 $). La tendance associée à l’âge explique au moins en partie les différences de variation du revenu : une diminution de 2 % pour la Force régulière, avec des augmentations de 14 % et de 43 % respectivement pour les vétérans de la Réserve de classe C et de classe A et B. Autant dans la Force régulière que dans la Réserve, les jeunes vétérans ont connu une augmentation de leur revenu après leur libération, tandis que les vétérans plus âgés connaissaient des diminutions du revenu.

Le jeune âge des vétérans de la Réserve de classe A et B explique également leur taux plus élevé (25 %) de situation de faible revenu au moins une année après leur libération, comparativement aux taux des vétérans de la Force régulière (16 %) et de ceux de la Réserve de classe C (13 %) qui étaient assez semblables, en tenant compte de la période d’étude plus courte après la libération pour les vétérans de la Réserve. Les taux de faible revenu étaient plus élevés parmi les jeunes vétérans de la Force régulière et de la Réserve.

Conclusion

Les vétérans de la Réserve de classe A et B avaient des revenus beaucoup plus faibles que les vétérans de la Force régulière et que les vétérans de la Réserve de classe C. Cependant, le revenu des vétérans de la Réserve de classe A et B et de la classe C a augmenté entre l’année précédant la libération et tous les trois ans après celle-ci, tandis qu’il a diminué pour les vétérans de la Force régulière. Les taux de faible revenu étaient plus élevés pour les vétérans de la Réserve de classe A et B que pour ceux de la Force régulière et ceux de la Réserve de classe C.

En général, les jeunes vétérans ont connu à la fois les plus importantes augmentations de revenu et les taux les plus élevés de faible revenu. Les programmes d’ACC réussissent à joindre certains segments de la cohorte ayant connu les plus grandes diminutions du revenu à la suite de la libération, mais n’atteignent pas la plupart des vétérans qui connaissent une situation de faible revenu.

Date de modification :