Villes sœurs

But

Sensibiliser davantage les jeunes au 75e anniversaire du raid sur Dieppe pendant la Seconde Guerre mondiale et les faire participer à une commémoration active en se rappelant les sacrifices et les réalisations des Canadiens.

Objectifs

Les jeunes devront :

  • acquérir une connaissance élémentaire des efforts des Canadiens lors du raid sur Dieppe le 19 août 1942;
  • se sensibiliser à l’importance de se souvenir des sacrifices et des réalisations de ceux qui ont servi et de ceux qui sont morts en service;
  • connaître les diverses façons de se souvenir des personnes tombées au combat et le rôle important que jouent les relations humaines dans la guérison;
  • apprendre à reconnaître les répercussions qu’a eues la Seconde Guerre mondiale sur les liens qui unissent le Canada et la France.

Public cible

L’activité convient aux élèves de 8 à 12 ans.

Séquence et durée prévue de l’activité [variable]

(Cette activité est conçue en fonction du plan de leçon « Un jour meurtrier ».)

  • Introduction [15 minutes]
  • Lecture – document à distribuer intitulé Villes sœurs [20 minutes]
  • Activités « Symboles d’espoir » en guise de conclusion [variable]

Matériel

Activités « Symboles d’espoir » en guise de conclusion

Discussion préparatoire [15 minutes]

Revoyez avec les élèves ce qu’ils savent déjà du raid sur Dieppe (la leçon « Un jour meurtrier » offre un bon contexte). Vous pouvez choisir de discuter de leurs sentiments face à ce qu’ils ont appris de ce chapitre sombre de l’histoire militaire canadienne. Que pouvons-nous apprendre d’un événement qui a causé la perte de tant de vies?

Rappelez aux élèves que le peuple français était sous occupation depuis plus de deux ans en août 1942, lorsqu’est survenu le raid sur Dieppe. En plus des pénuries de nourriture, la perte de la culture et du mode de vie français était une grave menace. À leur avis, comment les gens de Dieppe, en France, se sentaient-ils après avoir été témoins ou entendu parler du débarquement canadien? Demandez-leur de comparer ces sentiments à ceux ressentis au retour des Canadiens à Dieppe en septembre 1944 pour libérer la ville une fois pour toutes. Demandez-leur pourquoi il est important de se souvenir autant des coups durs que des victoires. Vous pouvez noter leurs réponses.

Consultez la carte montrant le Canada et la France. Demandez aux élèves s’ils connaissent quelqu’un qui a visité la France. Cette personne a-t-elle remarqué les hommages faits au Canada durant son séjour? Les élèves ont-ils entendu parler de Canadiens en visite en France qui y ont été accueillis chaleureusement? Si oui, pourquoi un tel accueil?

Demandez aux élèves s’ils ont entendu parler de la ville de Dieppe située au sud-est du Nouveau-Brunswick. Quelqu’un l’a visitée? Quelqu’un sait pourquoi cette ville porte maintenant le nom de Dieppe?

Lecture [20 minutes]

Distribuez le document Villes sœurs afin d’examiner l’importance de nouer des relations humaines après une tragédie et de rendre hommage aux personnes mortes au combat à partir de l’expérience des deux villes de Dieppe, au Nouveau-Brunswick et en France. En fonction des compétences en lecture de la classe, vous pouvez choisir de lire le document à voix haute, en groupe, et de prendre des pauses de temps à autre pour permettre aux élèves de poser des questions ou de faire part de leurs impressions.

Après la lecture, discutez avec les élèves des diverses façons de se souvenir des personnes qui se sont sacrifiées pour que nous puissions vivre en paix et être libres. Quel rôle les relations humaines jouent-elles dans cette commémoration? À leur avis, est-il important d’inclure un élément d’espoir dans le souvenir d’une tragédie comme celle du raid sur Dieppe? Demandez aux élèves s’ils connaissent les symboles souvent utilisés en guise de souvenir et comment les intégrer à un message positif (p. ex. un magnifique champ de coquelicots, des colombes qui volent dans le ciel, des tulipes dans la région de la capitale nationale). 

Activités « Symboles d’espoir » en guise de conclusion [variable]

Les activités suivantes permettent aux élèves de créer leurs propres symboles d’espoir en l’honneur des personnes qui ont servi et de celles qui sont mortes durant le raid sur Dieppe.

Option 1: Activité artistique « Cerfs-volants de commémoration »

Terminez la leçon en demandant aux élèves de créer des petits cerfs-volants ornés d'un symbole de commémoration ou d'un message d'espoir pour une exposition d’art dans la salle classe (et non pour faire voler dehors) en honneur des Canadiens qui se trouvaient sur les plages de Dieppe il y a 75 ans. Consultez le document Cerfs-volants de commémoration fabriqués avec des bâtonnets de bois pour obtenir des instructions pour la fabrication de petits cerfs-volants.

  • Se souvenir d’un Canadien qui a perdu la vie à Dieppe (consulter le Mémorial virtuel de guerre du Canada et chercher à partir des mots clés « Dieppe » ou « 19 août 1942 »)
  • Remercier un vétéran
  • Rédiger une pensée ou un poème à propos de la commémoration ou un poème d'espoir.
  • Dessiner un coquelicot ou un autre symbole de commémoration

Une fois les cerfs-volants terminés, suspendez-les au plafond ou accrochez-les au mur de la classe. Quelle belle façon colorée de se souvenir! Prenez une photo de vos cerfs-volants et partagez-la sur les médias sociaux, comme Instagram, Twitter ou Facebook #Dieppe75.

Option 2 : Activité « Concevoir mon propre monument »

Indiquez aux élèves qu'ils vont concevoir et dessiner leur propre monument aux Canadiens qui ont combattu pendant le raid sur Dieppe. Vous pourriez leur donner des idées en abordant les questions suivantes :

  • Comment vont se sentir les gens qui vont regarder le monument? À quoi vont-ils penser?
  • Quels sont les symboles que vous souhaitez placer sur le monument? Pourquoi avez-vous choisi ces symboles?
  • En quoi est fait le monument? Pourquoi avez-vous choisi ces matériaux?
  • Qu'est-ce qui se trouve autour du monument? (p. ex., des jardins, des arbres, la plage, un parc)
  • Une inscription, comme un poème, est-elle visible sur le monument? Que dit-elle?

Demandez aux élèves d'indiquer d’abord leurs réponses dans le document Concevoir mon propre monument. Une fois qu'ils ont choisi ce qu'ils vont mettre sur leur monument, ils peuvent le dessiner et le colorier dans l'espace vierge situé au-dessus. Il est également possible de demander aux élèves de créer leur propre monument en utilisant de la pâte à modeler ou du mastic rebondissant et de le placer sur la feuille de papier. Ils peuvent colorier l'espace autour de leur monument sur le document et présenter leurs travaux sur une table de la classe ou dans le couloir afin de les partager avec les autres élèves de l'école!

Date de modification :