Repas du temps de guerre

Qu'en était-il des repas en temps de guerre?

Pendant les deux guerres mondiales, les Canadiens sur le « front domestique » devaient se serrer la ceinture pour que davantage de ressources puissent être envoyées aux troupes outre-mer. Les gens devaient donc limiter leur consommation d'aliments et d'autres articles. Le rationnement était l'une des manières d'y parvenir : on limitait la quantité de certains produits que les gens avaient le droit d'acheter. Des articles comme le sucre, les œufs, la viande, le café et le chocolat étaient en quantités limitées, et il a fallu trouver des manières innovatrices de créer des mets utilisant moins de ces ingrédients, mais ayant quand même beaucoup de saveur. Des coupons de rationnement étaient distribués afin de pouvoir faire le compte de ce que les personnes étaient en droit d'avoir. La plupart des plats devaient être préparés à base d'ingrédients aisément disponibles; par conséquent, de nombreuses recettes étaient simplifiées. La plantation de jardins de la Victoire était encouragée. Les émissions de radio comme celle de Mme A intitulée « Your Good Neighbour » (une bonne voisine) sont devenues très populaires; celle-ci offrait aux femmes restées au pays un menu hebdomadaire tenant compte du rationnement des aliments et des produits de la saison dans les jardins de la Victoire.

Sur les lignes de front, durant les deux guerres mondiales et la guerre de Corée, les repas des troupes étaient également préparés avec peu d'ingrédients, mais les soldats avaient parfois l'occasion de savourer des aliments qui leur étaient envoyés du Canada, notamment le fameux pain « bouteille de Coke »! Les épouses et les mères demeurées à la maison préparaient un gros pain qu'elles vidaient ensuite afin d'y placer une bouteille de Coke, au grand plaisir des soldats! Le pain constituait un emballage rembourré idéal pour l'expédition… et il était bon à manger!

Dans des conflits comme celui en Afghanistan, les soldats se font servir des rations de campagne quand ils ne sont pas à la base. On les appelle des repas minute en sachets. Le menu est aussi alléchant : poulet méditerranéen, tortellini au fromage, ainsi que des repas végétariens, cacher et hallal. Les repas individuels sont scellés dans de petits sacs de plastique pour rester frais et contiennent des produits chimiques qui les réchauffent, si bien que les soldats peuvent manger des repas chauds.

Repas du temps de guerre à l'école

Il pourrait être intéressant d'organiser un « repas du temps de guerre » à votre école, à l'occasion duquel seraient servis des aliments communément consommés par les Canadiens à la maison et sur les lignes de front pendant la guerre.

Les élèves pourraient contribuer à la planification du repas en effectuant une recherche sur le rationnement et les recettes de l'époque. Pourquoi ne pas demander à la cafétéria de l'école d'apporter sa contribution?

Idées de menu

Pour vous aider dans la planification de ce repas, téléchargez et imprimez le napperon « Repas typique en temps de guerre », lequel peut également être placé sur la table.

Gâteau du temps de guerre

En temps de guerre, les gens restés au pays n'avaient pas toujours accès aux produits alimentaires qu'ils auraient aimés. On utilisait donc des recettes exemptes ou à peu près exemptes de sucre, d'œufs et de lait, afin que les soldats à l'étranger disposent de victuailles suffisantes. Certains aliments étaient rationnés - quantité limitée par famille. Ainsi, une famille aurait pu partager sa ration de sucre pour confectionner ce gâteau au chocolat sans lait et sans œuf - mélangé et cuit dans le même plat. Cliquez ici pour consulter une recette de gâteau du temps de guerre.

Disposez sur la table des symboles du Souvenir : la place du « porté disparu »

  • Une table ronde peut symboliser votre reconnaissance infinie envers les anciens combattants et ceux qui sont morts pour notre pays.
  • Une nappe blanche peut symboliser la paix ou encore la pureté des motifs de ceux qui ont répondu à l'appel.
  • Une fleur rouge sur chaque table peut vous rappeler les vies qui ont été perdues en temps de guerre ou de conflit.
  • Une tranche de citron dans l'assiette à pain peut vous rappeler le destin amer de ceux qui ne reviendront jamais.
  • Une pincée de sel sur la table peut symboliser la souffrance qu'ont endurée les familles de ceux qui ont tout sacrifié.
  • Une place vide à chaque table, où est disposé un verre renversé (placé à l'envers) peut vous rappeler ceux qui ne sont plus parmi nous et qui ne peuvent plus porter de toast.
Date de modification :