Perdus, mais jamais oubliés

Cérémonie de la bataille de l’Atlantique à Montréal en 2018.
Photo : Jacques N. Godbout/45eNord.ca

Simone

Miaou! Les gens sont nombreux à dire que les chats n’aiment pas l’eau. C’est peut-être vrai, mais quand il s’agit de H2O, j’en sais beaucoup. Mon ancêtre, Simon, était une célèbre mascotte féline sur un navire de la Marine royale, alors j’ai peut-être même de l’eau salée dans les veines!

Pendant notre voyage à travers le Canada, nous nous sommes arrêtés à Montréal, ma ville natale. Les animaux du Club du Souvenir m’ont suivi jusqu’au Vieux-Port où nous avons visité la tour de l’Horloge, un monument commémoratif dédié aux marins perdus en mer en temps de guerre. J’ai dit à mes amis que j’étais là en mai pour une cérémonie commémorative solennelle. Chaque année, des gens se rassemblent pour commémorer la bataille de l’Atlantique, la plus longue bataille de la Seconde Guerre mondiale. Toute la cérémonie était touchante, mais j’ai eu des frissons chaque fois qu’ils ont sonné la cloche du navire. Elle a retenti 31 fois au total, soit une émouvante sonnerie pour chaque navire de la Marine royale du Canada qui a été perdu entre 1939 et 1945.

Personne n’était en sécurité en mer pendant la guerre. Même se rendre sur les champs de bataille était dangereux. Du 4 au 5 juillet 1943, trois navires alliés dans un convoi, parti d’Angleterre pour se rendre en Sicile, au sud de l’Italie, furent torpillés par des sous-marins allemands. Plus de 50 Canadiens ont perdu la vie dans cette attaque. Lorsque j’entends une cloche, je pense encore à cette tragédie en mer.

Date de modification :