Mémorial terre-neuvien à Courtrai

Mémorial terre-neuvien à Courtrai

Le seul caribou commémoratif en Belgique se trouve au mémorial terre-neuvien à Courtrai, juste en dehors de Courtrai sur la route de Gand. Érige sur un monticule de pierres, le caribou évoque le franchissement de la Lys par le Royal Newfoundland Regiment, qui relevait alors d'une division britannique. Aujourd'hui, on peut voir sur la base du Mémorial des traces de balles qui rappellent la dernière avance tragique du régiment pendant la guerre.

La derrière offensive terre-neuvienne (1918)

Pendant la campagne de 1918, les opérations du Royal Newfoundland Regiment se limitèrent au secteur nord du front occidental. Lorsque les Allemands lancèrent leur grande offensive d'avril, le régiment participa à une action défensive dans la bataille de la Lys, ajoutant le nom « Bailleul », à ses décorations de drapeaux. À la mi-septembre, le bataillon fut attaché à la 28e brigade d'infanterie de la 9e (Scottish) division. II devait servir dans cette formation jusqu'à la fin de la guerre.

Dès le premier jour de la dernière offensive, la 9e (Scottish) division de la Deuxième armée britannique, frappant vers l'est à partir d'Ypres, reprit les positions sur la crête de Passchendaele dont les Allemands s'étaient emparés lors de leur offensive du printemps. Au bout de deux jours, le bataillon terre-neuvien avait avancé de quatorze kilomètres et demi après avoir joué un rôle important dans la percée des positions ennemies sur le front des Flandres. Les opérations furent ensuite interrompues pour permettre le transport des approvisionnements et de l'artillerie lourde dans la boue de l'ancien champ de bataille dévasté dont les assaillants britanniques et belges étaient enfin sortis.

À la reprise de l'offensive, le 14 octobre, commença ce qu'on appela la bataille de Courtrai. Dans le cadre d'une avance générale sur Gand, trois corps de la Deuxième armée, au nord de la Lys (ou Leie), furent chargés de s'emparer de la ligne de cette rivière jusqu'au-delà de Courtrai (ou Kortrijk), afin de pouvoir établir des têtes de pont sur la rive sud. La 9e division, sur le flanc nord de l'Armée, devait parcourir la plus longue distance. L'objectif du Royal Newfoundland Regiment, un chemin de fer allant vers le nord à partir de Courtrai, se trouvait à huit kilomètres de la ligne de départ.

L'attaque se déclencha le 14, à 5 h 35 du matin. Au cours de leur avance, les Terre-Neuviens se heurtèrent à plusieurs casemates allemandes qui menaçaient de les immobiliser. La situation devint même critique, lorsque les compagnies de tête furent paralysées par des canons de campagne allemands, installés dans des maisons à quelque centaines de mètres sur le flanc droit. Comme un peloton terre-neuvien s'avançait pour essayer de contourner la batterie allemande, le soldat Thomas Ricketts, d'un détachement de mitrailleuses Lewis, manifesta énormément d'initiative et d'audace en engageant l'ennemi avec son tir précis, alors qu'à un moment donné il dut reculer de quatre-vingt-dix mètres sur un terrain balayé par les balles ennemies pour se réapprovisionner en munitions.

Le tir de Ricketts mit l'ennemi en déroute, et le peloton put ainsi saisir les quatre canons de campagne, quatre mitrailleuses et huit prisonniers, sans subir aucune perte. Pour sa bravoure, le soldat Ricketts, alors âgé de dix-sept ans seulement, devint le plus jeune décoré de la Croix de Victoria de toute l'Armée britannique.

Au crépuscule du 14, le Royal Newfoundland Regiment avait fait cinq cents prisonniers et pris quatre-vingt-quatorze mitrailleuses, huit canons de campagne et une grande quantité de munitions. Mais ces gains ne furent pas obtenus sans de lourdes pertes. Le lendemain, à l'aube, le bataillon ne pouvait plus compter que sur trois cents fusiliers.

D'autres tentatives distinctes par trois divisions en vue d'établir des têtes de pont sur la Lys canalisée, les 16 et 17 octobre, pour avancer vers l'Escaut, échouèrent devant la résistance opiniâtre des Allemands. Finalement, dans la nuit du 19 au 20 octobre, trois divisions déclenchèrent avec succès un assaut en règle, et les Terre-Neuviens purent franchir la rivière en radeau avant l'aube du 20.

Indications routières

Le mémorial terre-neuvien à Courtrai est situé à environ 30 km au nord de Lille, 30 km à l'est d'Ypres et 230 km au nord de Paris. Vous pouvez vous rendre à Courtrai en train ou en autobus. Les stations se situent l'une à côté de l'autre au centre de la ville. Le mémorial se situe à environ 5 km des stations. Vous pouvez vous y rendre en autobus en direction de Kuurne ou de Harelbeke. Vous pouvez également vous y rendre en prenant un taxi à partir des stations, au coût d'environ €8 pour un voyage aller-retour. Vous pouvez également louer une bicyclette à la station de train à un coût approximatif de €5 par jour, €11 par semaine ou €17 par mois.

Nota : Le coût d'un taxi indiqué plus haut est basé sur un voyage aller-retour sans période d'attente. Si vous désirez que le taxi vous attende pendant que vous visitez le site, vous devrez payer €20 l'heure. En Belgique, Ypres est Ieper, Gand est Gent, Courtrai est Kortrijk et Lille est Rijsel.

Si vous vous déplacez en auto, veuillez suivre les directions suivantes :

Nota : Les limites de vitesse en Belgique sont de 50 km/h dans les villes et les zones résidentielles, d'habitude de 90 km/h sur les routes secondaires (mais ceci varie à certains endroits) et de 120 km/h sur l'autoroute. Soyez au courant de la règle accordant la priorité de la droite et de la présence des voies de cyclisme qui ne sont généralement pas marquées. Ces voies sont parallèles à la route et, souvent, elles ne sont pas séparées de la route.

À partir de Paris, de l'aéroport Charles de Gaulle ou d'Arras, suivez l'autoroute A1 en direction de Lille. En vous rapprochant de Lille, vous verrez des directions pour Gand E17. Continuez à suivre l'E17 et suivez les directions pour vous rendre à Courtrai. Traversez la frontière pour vous rendre en Belgique. Ensuite, tournez pour prendre le centre N323 de Courtrai. Aussitôt que vous tournerez, vous verrez à gauche la R8. Prenez la R8 et continuez jusqu'à ce que vous vous rendiez à l'anneau 5. Traversez le pont et vous verrez le mémorial directement à la droite. Cela vous prendra environ 2,5-3 heures pour vous rendre au mémorial.

À partir d'Ypres, prenez la N8 et continuez sur ce chemin pour environ 30 km. Prenez ensuite la R8 et continuez jusqu'à ce que vous vous rendiez à l'anneau 5. Traversez le pont et vous verrez le mémorial directement à la droite. Cela vous prendra environ 40 minutes pour vous rendre au mémorial.

À partir de Lille, suivez l'E17 en direction de Gand. Continuez à suivre l'E17 et suivez les directions pour vous rendre à Courtrai. Traversez la frontière pour vous rendre en Belgique. Ensuite, tournez pour prendre le centre N323 de Courtrai. Aussitôt que vous tournerez, vous verrez à gauche la R8. Prenez la R8 et continuez jusqu'à ce que vous vous rendiez à l'anneau 5. Traversez le pont et vous verrez le mémorial directement à la droite. Cela vous prendra environ 40 minutes pour vous rendre au mémorial.

Monuments commémoratifs en Belgique

« Cent jours du Canada » et l'Armistice - Mémoriaux >>

Date de modification :