Cimetière de guerre de Yokohama

Cimetière de guerre de Yokohama

Sépultures de la Seconde Guerre mondiale

Le cimetière de guerre de Yokohama, aménagé par l'Australian War Graves Group après la Seconde Guerre mondiale, renferme les tombes des militaires du Commonwealth qui sont morts au Japon alors qu'ils étaient prisonniers de guerre ou pendant qu'ils servaient dans les Forces d'occupation après la guerre. Il comprend quatre parties principales, soit la section du Royaume-Uni, la section australienne, la section réservée au Canada et à la Nouvelle-Zélande et la section des Forces indiennes de 1939 – 1945. Le cimetière compte 1 555 sépultures et monuments commémoratifs de soldats du Commonwealth de la Seconde Guerre mondiale, incluant 53 tombes non identifiées et un petit nombre de monuments commémoratifs spéciaux érigés en souvenir de victimes qui reposent dans le cimetière mais dont on ignore l'endroit précis de la sépulture. On y trouve également une sépulture de la Première Guerre mondiale et un tombeau de guerre néerlandais. Le cimetière abrite aussi le Yokohama Memorial rappelant la mémoire de 20 membres de l'Army of Undivided India et de la Royal Indian Air Force tués alors qu'ils servaient dans les Forces d'occupation au Japon et pour lesquels on ne possède aucune information relative à leur sépulture ou leur incinération. Le Yokohama Cremation Memorial, sanctuaire qui renferme une urne contenant les cendres de 335 soldats, marins et aviateurs du Commonwealth, des États-Unis d'Amérique et du Royaume des Pays-Bas morts en captivité au Japon, se trouve également dans l'enceinte du cimetière. Leurs noms (sauf pour 51 d'entre eux qui n'ont pas été identifiés) sont inscrits sur les murs du sanctuaire.

Sépultures de la guerre de Corée

Outre un grand nombre de sépultures d'anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale, le cimetière de guerre de Yokohama héberge également les sépultures d'un certain nombre de militaires du Commonwealth qui ont perdu la vie lors de la guerre de Corée. Ces sépultures se trouvent dans la section du cimetière consacrée à l'après-guerre, où l'on dénombre 171 sépultures appartenant à des militaires n'ayant pas servi dans la Seconde Guerre mondiale et à des civils. On y trouve les sépultures de 27 militaires canadiens, dont plusieurs sont décédés dans des hôpitaux japonais à la suite de blessures subies durant les combats qui ont fait rage entre 1950 et 1953.

Indications routières

Le cimetière de guerre de Yokohama est situé à 9 kilomètres à l’ouest du centre-ville, dans le quartier de Hodogoya, sur la Jido-Yuenchi-Dori que l’on emprunte à environ 300 mètres à gauche sur la vieille route de Tokaido. La gare ferroviaire la plus proche du cimetière est Hodogaya, à 4 kilomètres au nord, sur la ligne JNR. La gare Hodogaya offre les services de la ligne Yokosuka et certains services de la ligne Shonan-Shinjuka. Il faut noter que seuls les trains de ces deux lignes s’arrêtent à la gare. Le cimetière est alors facilement accessible par autobus, à partir de la gare de Hodogaya. Pour se rendre à l’arrêt d’autobus, il faut quitter la gare par la sortie Est donnant sur la route de Tokaido. L’arrêt se trouve de l’autre côté de la route et les visiteurs sont invités à la traverser en utilisant la passerelle pour piétons à proximité immédiate. Il faut alors emprunter le circuit numéro 53 et les départs se font toutes les 20 à 30 minutes pendant les heures d’exploitation. L’arrêt pour le cimetière porte le nom de « Ei-Renpo-Gun-Bochi », mieux connu pour le « Jido-Yuenchi » ou le jardin botanique de « Yokohama », qui se trouve dans le même parc que le cimetière de guerre de Yokohama. L’autobus s’immobilise à environ 45 mètres de l’entrée du cimetière qui porte l’indication de jardins et cimetière. (« Ei-Renpo-Gun-Bochi » se traduit localement par « cimetière du Commonwealth britannique ».) La Concession d’après-guerre de Yokohama fait partie du cimetière de guerre de Yokohama et on peut y accéder en traversant la section du Royaume-Uni, en montant les marches qui mènent à la section des Forces indiennes et en suivant un chemin en talus.

Date de modification :