Le schnorchel et les meutes de sous-marins

Des héros se racontent

Le schnorchel et les meutes de sous-marins

Transcription
Au commencement, on avait l'impression que les sous-marins allemands avaient pas évolué, qu'ils étaient comme la Première Guerre. Mais par la suite on s'est aperçu qu'ils se sont équipés graduellement, ils se sont modernisés, en ce sens, ils ont inventé un schnorchel, qui était une prise d'air. Alors ils pouvaient opérer avec les moteurs diesel sous l'eau, ce qui leur donnait une plus grande efficacité, plus grande vitesse. Alors on l'a appris à nos dépens, mais ça été une invention assez efficace, mais les Allemands étaient astucieux. Ils ont compris, d'abord ils avaient des espions dans tous les ports, ils savaient le nombre de navires, des convois de 80, 90 bateaux, donc ils se sont organisé autrement. Au lieu d'opérer un sous-marin seul, ils ont fait des meutes, des meutes de 12 sous-marins. Ils partaient du sud de l'Islande puis ils s'en allaient à la recherche des convois. Quand ils trouvaient un convoi, c'était un massacre, comme un jeu de quilles. J'ai vu des convois en feu, complètement, 40 bateaux qui brûlent; c'est impressionnant. Ça été les améliorations, ça été ça : le schnorchel et la meute. Ça été tellement efficace, ils ont failli couper, entre 1942 et 1943, vous savez que nos lignes étaient coupées, 40 pour cent du tonnage, même 50 pour cent s'en allait au fond, donc comment voulez-vous gagner une guerre si on a pas l'équipement?
Description

M. Bruneau explique comment les sous-marins allemands ont modernisé leur équipement, par l’ajout du schnorchel et comment ils ont adapté leurs méthodes, en attaquant les convois en meute, ce qui les rendait très efficaces.

Gustave Bruneau

Monsieur Bruneau est né à Québec, le 17 février 1921. Enfant, il était fasciné par les avions, ayant lu des livres de la guerre de 1914-1918 où il était fait mention des héros de l’aviation. Il allait souvent voir les avions à l’aéroport de Sainte-Foy. Adolescent, alors qu’il fréquentait un collège franco-américain à Berthierville, il a fait la rencontre d’étudiants Américains qui ne parlaient que d’aviation, ce qui l’a motivé encore plus à poursuivre sa passion. Au déclenchement de la guerre, il essaie de s’enrôler, mais il est refusé car il est trop jeune. Il s’est finalement enrôlé en août 1940 avec la permission de sa mère et a servi jusqu’à la fin de la guerre, le 8 août 1945. Il était radiotélégraphiste dans un équipage qui protégeait les convois du haut des airs contre les redoutables sous-marins allemands. Il fut basé à Dartmouth et à Sydney, en Nouvelle-Écosse et après avoir complété son tour d’opération, soit 1000 heures de vol, il a agi comme opérateur radar à Pennfield Ridge, au Nouveau-Brunswick. Monsieur Bruneau était le seul Canadien français de son escadrille.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
3 décembre 2013
Durée :
2:02
Personne interviewée :
Gustave Bruneau
Guerre ou mission :
Seconde Guerre mondiale
Emplacement géographique :
Canada
Campagne :
Coastal Command
Branche :
Aviation
Occupation :
Télégraphiste

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :