Dernière rotation en Allemagne et guerre du Golfe

Des héros se racontent

Dernière rotation en Allemagne et guerre du Golfe

Transcription
Moi je voulais aller au commando. Mais avec du recul, je regarde aujourd'hui, bien content d'être allé en Allemagne parce que j'ai été la dernière rotation. Après ça c'était fini, il n'y en avait plus d'Allemagne. Dans le fond, les Forces étaient là parce que c'était encore la guerre froide sauf que quand je suis arrivé en 1990, le mur venait de tomber ça faisait pas longtemps. Là il y avait déjà le changement d'ordre comme on pourrait dire, le mur de Berlin était tombé. L’Union soviétique commence à tomber. Là ça commence à changer la dynamique. Dans le fond on était là depuis la Deuxième Guerre mondiale. C'était une armée d'occupation puis après ça le focus a changé, ce n'était plus rien qu'une armée d'occupation, c'était une armée de l'OTAN pour contrer les communistes, l'Union soviétique. Puis le rôle qu’on avait et puis c'est pour ça qu'on faisait des pratiques avec les Américains, les Allemands de l’Ouest, les Britanniques, les Français, c'était qu'on avait un secteur que si il y avait une urgence, on déployait. Je pense que nous autres c'était pas loin, ça s'appelait encore la Tchécoslovaquie dans ce temps-là. Ça fait qu'on allait plus dans cet area là pour bloquer la « marée rouge » jusqu'à temps que le renfort arrive. De l'Allemagne, par exemple, c'est là que j'ai eu mes premières expériences opérationnelles, parce qu'ordinairement les missions en Allemagne c'était vraiment une question d’entraînement, tu t’entraînes puis tu travailles fort. C'est vrai, aujourd'hui on a le langage d'effort principal, mais je trouve que le commando et l'Allemagne ça devait être l'effort principal des forces, parce que les ressources, tu avais tout pour t’entraîner. Ton focus, t’avais pas 20 000 tâches comme on a aujourd'hui d'aller d'instructeur à gauche à droite. C'était vraiment tu t’entraînes en Allemagne pour la guerre. En Allemagne, c'est ça qui était le fun, tu étais souvent en exercice, il y avait beaucoup d’entraînement militaire. La menace était réelle, mais c'était tellement trop loin les Russes, et en plus on savait que c'était fini. Oui et non, on dirait que c'était plus de l'inconscience que d'autre chose. Quand je suis allé à la guerre du Golfe, qu'on est partis, parce que tu sais c'est la gang de l’Allemagne, le 22 on a fourni une compagnie pour aller dans la guerre du Golfe pour faire la sécurité pour les avions. Intervieweur : Donc vous êtes pas revenus directement à Québec? Non, je suis parti de l'Allemagne et je me suis rendu tout de suite au Qatar, dans le golfe Persique. Ça, ça a été ma première expérience opérationnelle. C'est là qu'un moment donné tu changes un peu le focus, c'est plus rien qu'un jeu, crime, là c'est vrai, c'est la première fois que j'ai eu peur de mourir, c'est là puis là j'ai dit crime, c'est plus un jeu. Assez qu'un moment donné, quand tu finis la mission, tu te dis je reste tu ou je sors? J'ai resté parce que j'aimais ça pareil.
Description

M. Vachon explique le rôle de l’armée avec les forces internationales lorsqu’il a servi en Allemagne en 1990 ainsi que son passage au Qatar lors de la guerre du Golfe.

Jean Vachon

Jean Vachon est né à Thetford Mines, au Québec, en août 1970. Enfant, il a toujours souhaité devenir un soldat. Il s’est enrôlé en 1989 à 18 ans et a été déployé entre autres en Allemagne, dans le golfe Persique, en Yougoslavie et en Afghanistan.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
8 décembre 2013
Durée :
2:25
Personne interviewée :
Jean Vachon
Guerre ou mission :
Forces armées canadiennes
Emplacement géographique :
Allemagne
Branche :
Armée
Unité ou navire :
Royal 22e Régiment
Grade militaire :
Major

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :