Mission de stabilisation en Bosnie

Des héros se racontent

Mission de stabilisation en Bosnie

Transcription
Ma première mission c'était en Bosnie, en 2003-2004. Je devais avoir à peu près 23 ans, j'étais assez jeune, c'était ma première fois en dehors du pays. C'était quelque chose, être loin de la famille, avoir autant de responsabilités à cet âge-là, mais ça été vraiment une belle expérience. J'ai acquis beaucoup d'expérience pendant cette première mission là. J'étais encore canonnière d'un Coyote. Quand je suis arrivée, c'est sûr qu'il y a eu, on pourrait dire un petit choc culturel. Comme j'ai dit, je n'avais jamais sorti du Canada et là tu arrives dans ce pays de l'Europe où ce n'est pas pareil du tout, ça avait été détruit par la guerre donc je me souviens du chemin quand on est arrivés jusqu'à notre base où on était puis je me souviens de regarder aux alentours, les maisons étaient détruites, il y avait des trous partout, la pauvreté. C'était un genre de petit choc culturel. Des fois c'était triste de voir les ravages que la guerre avait faits. C'est ça qui m'avait marqué le plus de la Bosnie, c'était triste de voir les enfants qui vivent dans un endroit aussi détruit. Intervieweur : Est-ce que vous pouvez nous expliquer pourquoi les Forces canadiennes ont été déployées en Bosnie? Il y a eu la guerre entre les Croates, les Bosniaques et puis les Serbes. Par contre, durant mon déploiement c'était après les conflits. Durant ma mission, c'était plus une mission de stabilisation, qu'on peut appeler. Durant ma mission, nous ce qu'on faisait, on a fait beaucoup de désarmement. On faisait des fouilles dans les maisons, les villages, on faisait souvent des road blocks, des barrages où on fouillait les voitures. C'était vraiment de désarmer la population. Ça été pas mal un des plus larges mandats qu'on a eu. On faisait beaucoup de patrouilles, soit des patrouilles de présence, pour montrer un certain contrôle. Intervieweur : Comment vous pouvez décrire la relation entre les deux groupes à ce moment-là quand vous avez été déployée? Comme j'ai dit, moi c'était vraiment plus tard, le conflit était pas mal terminé, donc j'ai pas vraiment vu les échanges entre eux. Il n'y avait plus de gros conflits, les gens ne se tiraient plus dessus. De ce que j'ai pu comprendre, en Bosnie c'était des voisins qui s’entre-tuaient. Ils venaient tous de différentes parties de la Bosnie puis ça se chicanait pour ça, il y a eu beaucoup de morts. Quand j'étais là, c'était plus en période de reconstruction. On ne sentait pas cette tension-là de la population. Je pense qu'il y avait eu beaucoup de travail à ce niveau-là.
Description

Mme. Dupuis parle de son premier déploiement à l’extérieur du pays. Elle se rappelle des conditions de vie de la population et décrit son rôle comme canonnière.

Natacha Dupuis

Natacha Dupuis est née en 1979 à Longueuil, au Québec. Elle a depuis un jeune âge démontré un intérêt envers la vie militaire. À 18 ans, elle s’enrôle dans la réserve avec les blindés. Elle déménage pour joindre le British Columbia Regiment. Elle accepte ensuite de joindre la Force régulière avec les Royal Canadian Dragoons où elle s’entraîne sur les chars Leopard et ensuite sur le véhicule Coyote. Madame Dupuis a été déployée en Bosnie et deux fois en Afghanistan.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
30 avril 2015
Durée :
4:10
Personne interviewée :
Natacha Dupuis
Guerre ou mission :
Forces armées canadiennes
Emplacement géographique :
Bosnie
Branche :
Armée
Unité ou navire :
Royal Canadian Dragoons

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :