L'horreur le 20 mars 2009 en Afghanistan

Des héros se racontent - Forces armées canadiennes

Attention!

Cette vidéo contient des scènes au contenu graphique qui pourraient choquer, et est réservée à un auditoire averti.

L'horreur le 20 mars 2009 en Afghanistan

Transcription
Après, on part. C'était pour une mission de 6 mois qui a duré 8 mois. Cette mission-là, j'étais affectée comme canonnière du char d'assaut. Ça s'est pas aussi bien passé que ma première fois en Afghanistan. Mon deuxième tour en Afghanistan, on a eu beaucoup de pertes, c'était en 2009. J'étais là en 2008-2009. Puis c'était des années que ça brassait pas mal, un mort ici, un mort là, des blessés. À la fin du tour j'ai calculé que j'ai vu à peu près 13 véhicules sauter. Il faut imaginer que sur les 13 véhicules, à chaque fois qu'il y a un véhicule qui saute, il y a au moins des blessés, des fois des décès. C'est pas évident. Avoir peur, je serais menteuse de dire que je n'avais pas peur parce que à chaque fois que tu sors, même quand tu ne sors pas et que tu es dans un petit FOB, des petites bases opérationnelles dispersées et on est pas beaucoup là-dessus. On se faisait attaquer là-dessus, on recevait des rockets. Ça m'amène à un événement qui a été très marquant pour moi, dans ma vie. Le 20 mars 2009, on est partis sur une mission de quelques jours. On a couché sur le top d'une montagne, on faisait de la surveillance pendant la nuit. Le matin, on wrappe tout ça, on saute dans nos véhicules. On a pas eu le temps de descendre la montagne que le véhicule derrière le mien a sauté sur un engin explosif improvisé. Ça a été catastrophique. Le véhicule a tourné à l'envers, 2 morts, dont trooper Corey Hayes, et puis Jack Bouthillier qui sont décédés. Des blessés, 3 blessés graves. Moi j'étais dans un LAV, parce que pour cette petite task là qu'on avait, j'étais en charge d'un petit groupe et on clairait des routes. Donc c'est nous qui a réagi à cet événement-là parce qu'on était le véhicule juste en avant. Je me souviens que la rampe du véhicule a descendu puis là j'ai vu l'horreur. Le véhicule est tout démoli. C'est là que ça se passe. On est sortis, on est partis vers le véhicule. Je me souviens en m'approchant du véhicule de voir des parties de corps humain sur mon chemin. Déjà là, je le sais que ce qui nous attend ce ne sera pas drôle. Je vois une des deux personnes allongée par terre en dessous du véhicule. J'ai été pour essayer d'aller le chercher. Quand je l'ai pris, il était coupé en deux, il était décédé. C'est des choses qui ne s'oublient pas. Après ça, tu essaie de faire du sens de tout ça. Je regardais et j'ai vu qu'il y en avait un autre qui était mort, c'était juste évident par ce qu'on voyait. Je me souviens d'entendre tout le monde crier puis capoter parce que là c'est le chaos, pour enfin trouver les 3 qui étaient blessés. Ils avaient été éjectés assez loin du véhicule puis aller faire les premiers soins sur eux autres. Ensuite s'occuper de ceux qui étaient décédés. Ça a été très difficile. C'est un événement à partir du moment où ça a explosé jusqu'à temps que les hélicoptères arrivent pour venir chercher les blessés puis ceux qui étaient décédés qui a duré à peu près 24 minutes qu'on a calculé. Imagine, 24 minutes, c'est pas long mais ça m'a paru comme probablement dans ma tête ça a duré comme 1 heure. C'était quelque chose. Après ça, on a vraiment bien réagi, tout le monde a reçu les premiers soins, ils sont partis. Nous autres on était les premiers répondants là-dessus, on a été pris en charge par les médics. On appelle ça la Quick Reaction Force, je ne sais pas si c'est le bon terme, la force rapide de réaction, qui sont arrivés pour prendre notre place pour continuer à ramasser. Je me souviens après qu'on a été remplacés de commencer à vomir. J’ai vomi, vomi et vomi parce que là les nerfs venaient de lâcher, quand quelqu'un prend ta place, les nerfs ont lâché et c'est là que j'ai comme tombé en morceaux, c'était mes amis. C'était des amis que tu perdais. Ouais, toute une journée. Puis après cette journée-là, c'était plus pareil. J'en ai vu et j'en ai vu, mais ça c'était trop.
Description

Mme. Dupuis se remémore une journée tragique en mars 2009, lors de sa seconde rotation en Afghanistan. La perte de camarades a porté un dur coup à son moral.

Natacha Dupuis

Natacha Dupuis est née en 1979 à Longueuil, au Québec. Elle a depuis un jeune âge démontré un intérêt envers la vie militaire. À 18 ans, elle s’enrôle dans la réserve avec les blindés. Elle déménage pour joindre le British Columbia Regiment. Elle accepte ensuite de joindre la Force régulière avec les Royal Canadian Dragoons où elle s’entraîne sur les chars Leopard et ensuite sur le véhicule Coyote. Madame Dupuis a été déployée en Bosnie et deux fois en Afghanistan.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
30 avril 2015
Durée :
6:47
Personne interviewée :
Natacha Dupuis
Guerre ou mission :
Forces armées canadiennes
Emplacement géographique :
Afghanistan
Branche :
Armée
Unité ou navire :
Royal Canadian Dragoons

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :