Ceux qui déclarent la guerre devraient faire la guerre

Des héros se racontent

Ceux qui déclarent la guerre devraient faire la guerre

Transcription
Quand vous pensez à chaque année, au mois de mai, la fin de la guerre en Europe et au mois d’août, c’est la fin de la guerre dans le Pacifique, à chaque année, quand vous pensez à ça, comment vous vous sentez? Je vais vous dire, je me sens de drôle de façon. C’est nos leaders qui déclarent la guerre, mais c’est pas eux autres qui la font. Je me sens un peu révolté. C’est pas nouveau ça. Quand ils ont déclaré la guerre aux Allemands, ceux qui ont déclaré la guerre, il n’y en a pas une d’eux autres qui a été se battre au front. Ils étaient bien loin eux autres en arrière. Les meilleures cachettes, c’est eux autres qui les avaient. Ceux qui déclarent la guerre, devraient faire la guerre. Pas la déclarer, ils devraient faire la guerre. Il y en aurait bien moins de guerre. C’est ça que je pense. C’est ça que ça me fait quand j’entends parler de ces conflits-là. C’est plutôt révoltant de voir comment ça se passe. Que ce soit d’un côté c’est pareil. Ceux qui ont déclaré, Churchill et tous les autres qui ont déclaré la guerre ils avaient des bonnes places pour se cacher. Hitler c’est pareil, ils avaient des bonnes places pour se cacher. Ses généraux aussi. C’est pas eux autres qui font la guerre. Et le 11 novembre, le jour du Souvenir, est-ce que vous avez le même sentiment? Le jour du Souvenir, je me demande encore, comment ça se fait qu’il y a tant de personnes qui ont laissé leur vie pour presque rien. Oubliez pas que quand on a déclaré la guerre à l’Allemagne, c’est parce qu’ils avaient envahi la Pologne. Après la guerre, qu’est-ce qui est arrivé? La Pologne était pas plus libre. Qu’est-ce qu’on a tant gagné? Tant de vies de perdues, pour rien en tout. On a rien accompli. On a libéré la France, c’est bien correct, mais la France aussi avait déclaré la guerre à l’Allemagne. On a libéré la France, la Belgique, la Hollande. Mais la Pologne, la raison pour laquelle on avait fait la guerre, on l’a pas libérée.
Description

M. Farley évoque ses impressions face aux raisons pour lesquelles le Canada a déclaré la guerre. Il parle aussi de ses sentiments face au jour du Souvenir en fonction des sacrifices en vies humaines.

Raymond Farley

Monsieur Farley est né au mois d’octobre 1925 à Crysler, en Ontario. Il s’est enrôlé à 16 ans en 1942 et s’est entrainé au Canada, ainsi qu’en Angleterre avec la 23e Ambulance de campagne, avant de débarquer en France lors du jour J + 1, le 7 juin 1944. Il a soigné des blessés en Normandie, en Belgique, en Hollande, et en Allemagne jusqu’à la fin de la guerre, en mai 1945. Il s’est ensuite porté volontaire pour la guerre dans le Pacifique, mais il était en permission en Ontario et prêt à partir pour l’entrainement en août 1945 lorsque la guerre a pris fin.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
10 août 2017
Durée :
2:37
Personne interviewée :
Raymond Farley
Guerre ou mission :
Seconde Guerre mondiale
Emplacement géographique :
Canada
Branche :
Armée
Unité ou navire :
23e Ambulance de campagne
Grade militaire :
Soldat
Occupation :
Infanterie

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :