Le premier déploiement apporte des questionnements

Des héros se racontent - Forces armées canadiennes

Le premier déploiement apporte des questionnements

Transcription
Comment on vit l’arrivée, les premiers jours là-bas? Vous savez, quand on s’enrôle, dans les Forces, beaucoup de gens, on s’enrôle pour servir, pour pouvoir faire une différence, pour aller dans un endroit où on peut contribuer. Quand vient le temps, justement, du premier déploiement, c’est un grand moment pour nous, on a toujours un peu aussi un questionnement par rapport à comment moi je vais réagir en situation de stress. On a beau faire des entrainements, tout ça, on se demande un peu si on va être à la hauteur. Il y a beaucoup de joie, enfin, de faire la tâche pour de vrai, en même temps un peu d’incertitude, un peu d’inquiétude. Il y a beaucoup d’émotions qui sont dans les airs, mais en gros, le plus important, je pense, on est arrivés là, on avait une tâche à accomplir et on s’efforçait d’y mettre tout ce qu’on pouvait pour l’accomplir du mieux possible. Comme je peux comprendre, avant de vous déployer, vous avez déjà une famille, vous avez des enfants, comment ça se passe quelques jours avant le départ, est-ce que les enfants sont assez vieux pour comprendre que vous allez pour? À l’époque, mes enfants étaient relativement jeunes, le plus vieux comprenait que je m’en allais, c’est surtout au niveau de mon épouse qu’il y avait ces discussions-là. Moi, j’ai été vraiment choyé tout au long de mon mariage, j’étais déjà dans les Forces quand on a commencé à sortir ensemble et mon épouse comprend bien le rôle. Je vois le rôle de militaire comme étant complémentaire à mon rôle de père ou de mari. De un, je dois ramener de la sécurité à la maison, ce que je peux faire en étant membre des Forces armées canadiennes et en même temps, je me dois d’être un exemple pour les enfants, d’un membre qui contribue à la société. Je pense que les deux vont de pair. C’est sûr que quand un membre de la famille s’en va dans un endroit où on sait qu’il y a de la guerre c’est une source de stress, mais on est équipés pour ça, en est entraînés pour ça, et ma famille, je pense, était très solide et équipée pour ça aussi.
Description

Monsieur Lapointe décrit ses pensées avant son premier déploiement en Afghanistan.

Blaise Lapointe

Monsieur Lapointe est né à Red Deer en Alberta. Il a étudié dans l’Ouest canadien et aux États-Unis, avant de s’enrôler avec le programme ROTP. Il a fait sa formation universitaire et militaire à Saint-Jean-sur-Richelieu, à Kingston et à Gagetown. Monsieur Lapointe a d’abord été posté au 5 RGC à Valcartier comme officier du génie. Il a servi entre autres au Québec, en Alberta, en Ontario et au Nouveau-Brunswick, de même qu’en Afghanistan et au Népal. Au moment de l’entrevue en 2018, il était Major et était toujours en service avec les Forces armées canadiennes.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
27 septembre 2018
Durée :
3:07
Personne interviewée :
Blaise Lapointe
Guerre ou mission :
Forces armées canadiennes
Emplacement géographique :
Afghanistan
Campagne :
Afghanistan
Grade militaire :
Major
Occupation :
Combat Engineer

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :