Contacts limités avec la population en Afghanistan

Des héros se racontent - Forces armées canadiennes

Contacts limités avec la population en Afghanistan

Transcription
Quand vous étiez déployé, est-ce que vous avez eu des contacts avec la population locale? Assez limités, honnêtement. J’ai interagi un petit peu avec les Forces armées afghanes, un peu avec leur force de police qui travaillait contre les engins explosifs. La population locale, j’ai eu très peu d’interactions. Les fois que j’étais dehors, en opération démontée, et tous les endroits où j’étais, en gros, on arrivait dans un endroit et la plupart du temps, le monde était déjà parti. C’est sûr qu’on passait à travers les villes, on voyait les gens, mais très peu d’interactions visage à visage.
Description

Monsieur Lapointe explique pourquoi il a eu peu de contacts avec les habitants en Afghanistan.

Blaise Lapointe

Monsieur Lapointe est né à Red Deer en Alberta. Il a étudié dans l’Ouest canadien et aux États-Unis, avant de s’enrôler avec le programme ROTP. Il a fait sa formation universitaire et militaire à Saint-Jean-sur-Richelieu, à Kingston et à Gagetown. Monsieur Lapointe a d’abord été posté au 5 RGC à Valcartier comme officier du génie. Il a servi entre autres au Québec, en Alberta, en Ontario et au Nouveau-Brunswick, de même qu’en Afghanistan et au Népal. Au moment de l’entrevue en 2018, il était Major et était toujours en service avec les Forces armées canadiennes.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
27 septembre 2018
Durée :
1:04
Personne interviewée :
Blaise Lapointe
Guerre ou mission :
Forces armées canadiennes
Emplacement géographique :
Afghanistan
Campagne :
Afghanistan
Grade militaire :
Major
Occupation :
Combat Engineer

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :