Jeux Invictus 2018 : Cory et Jason

Jeux Invictus

Jeux Invictus 2018 : Cory et Jason

Transcription
ADJUDANT CORY NOWELL (membre de l’équipe du Canada) : Salut, je m’appelle Cory Nowell. Je suis membre de l’équipe du Canada aux Jeux Invictus 2018. Mon parcours jusqu’à présent : je suis arrivé ici aux Jeux Invictus en tant que membre de l’équipe de cyclistes; j’ai fait partie de l’équipe de rameurs et je m’apprête à jouer une partie de basketball en fauteuil roulant, à l’avant-dernier jour des jeux. Les moments mémorables que j’ai vécus jusqu’ici : durant les épreuves finales de vélo, j’ai vécu ce qu’on surnomme un « temps fort d’Invictus ». Et durant ce temps fort, j’ai dû me dépasser pour passer ces épreuves et les surmonter, car cette course de 30 minutes a été exténuante et il s’est trouvé que moi, mon coéquipier canadien Mark Vokey, un athlète de l’équipe danoise et un membre de l’équipe australienne avons franchi ensemble et côte à côte la ligne d’arrivée. C’était un moment vraiment particulier pour moi. Je me suis immédiatement inscrit aux jeux parce que... en m’asseyant et en réfléchissant, j’ai réalisé que je souhaitais améliorer la vie de mes enfants et de ma famille. En fait, je n’aimais pas la personne et le père que je devenais; j’étais irritable et je commençais à me laisser aller… à avoir des idées noires. Alors, en m’entraînant avec certains de mes coéquipiers qui étaient dans la même impasse que moi, par l’intermédiaire du groupe Facebook dont nous faisions partie et grâce aux messages rassurants que m’envoyait régulièrement mon capitaine, qui me disait que mon entraînement se déroulait très bien – que j’inspirais d’autres personnes et que j’étais sur la bonne voie – eh bien, j’ai vraiment vu les effets positifs que l’entraînement pour les jeux Invictus avait sur moi et sur ma famille. Un autre de mes buts était de venir ici participer aux jeux et rencontrer des gens d’autres endroits du monde et de me dire juste « mec, quelles sont tes difficultés et qu’as-tu fait pour les surmonter et améliorer ta vie? »... et ce que m’a notamment appris Jason, à partir de sa propre expérience, c’est à se jeter à l’eau, à sortir de sa zone de confort et à se réveiller chaque matin en se prenant en main; se réveiller chaque matin en disant « je ne vais pas me laisser aller, je vais m’améliorer »; alors, j’essaie de dire la même chose à mon fils et je lui dis « Blake, essayons de faire de toi la meilleure personne possible » chaque fois qu’il va à l’école. SHANNON (épouse) : C’est juste fantastique de le voir progresser et essayer pour la première fois tous ces sports. Il a été vraiment excellent cette semaine. ADJ NOWELL : Et je suis descendu de la piste, dans un coin où se trouvaient Shannon et Jason et j’ai été submergé par les émotions et, dès que j’ai revu Shannon, je l’ai simplement enlacée... ça semblait interminable et je pleurais comme un gros bébé.Tout cet entraînement, tous ces efforts assidus et toutes ces différentes émotions que j’ai ressenties tout au long des huit mois d’entraînement ont culminé à ce moment précis où je me trouvais sur mon vélo et c’est ce qui était vraiment... ce qui a véritablement été le début d’un changement pour moi, pour Shannon et pour les enfants. On nous a dit que les Jeux Invictus mettaient en avant le pouvoir guérisseur du sport; eh bien, je pensais que c’était simplement... en fait, ça n’est pas que je considérais juste que c’était une phrase générale, mais je n’ai réellement compris son sens que lorsque j’ai franchi la ligne d’arrivée à l’issue de la course contre la montre qui suivait ma première épreuve. Ça a été une sensation extraordinaire. Je ne serais pas ici si ça n’était pas pour lui et sa femme. Il a cru en moi à chacune des étapes franchies. Chaque jour, il m’a rappelé pourquoi j’étais ici. Il m’appelait tous les jours pour me dire... pour me rassurer, pour m’aider à me reconcentrer, pour me donner la motivation qui me permettait de me reconcentrer, de poursuivre mes efforts et de maintenir le cap. C’était très important pour moi qu’il... qu’il ait cru en ma capacité à relever un tel défi. Et j’ajoute, parce qu’il est ici présent avec moi... que cela lui a aussi révélé certaines de ses qualités, qu’il aurait aimé mettre en valeur durant son parcours; et c’est ce qu’il commence à faire maintenant. CAPORAL-CHEF (RETRAITÉ) JASON ISRAEL (membre de l’équipe du Canada) : aux jeux de l’an dernier, même [mon entraîneur] Jay Feyko disait qu’il ne savait pas qui j’étais. Je me suis isolé; j’ai fait de l’athlétisme, puis j’ai juste... je me suis débrouillé tout seul. Ma femme et mes enfants ont fait eux aussi des choses de leur côté et je suis allé dans ma chambre. Je n’étais pas prêt. Puis, j’ai dit à Cory « allez, mec, tu dois l’admettre, c’est comme tes propres jeux olympiques; tu dois y aller; tu dois montrer à tous que, peu importe ton état physique, tu n’es pas impotent ». C’est ce que cet homme a fait; je suis fier de toi, mon pote. ADJ NOWELL : Merci, mon frère. Réussir à tout prix, n’est-ce pas? CPLC ISRAEL : Réussir à tout prix. ADJ NOWELL : Réussir à tout prix. Partagez la fierté de l’équipe du Canada. Un message du gouvernement du Canada.
Description

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
26 octobre 2018
Durée :
4:59

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :