J’ai travaillé à l’Arsenal de Québec

La force francophone

J’ai travaillé à l’Arsenal de Québec

Transcription
J'AI TRAVAILLÉ À L'ARSENAL DE QUÉBEC J'suis arrivée là avec mon baptistère, pis j'ai dit : « Bon, j'ai 17 ans. J'voudrais donner mon nom pour travailler... » Pas d'problème... Noms d'nos parents, pis tout' ça, le numéro d'téléphone, pis deux jours après, j'pense, j'avais mon téléphone de commencer. Fait que j'ai donné ma démission à la buand'rie, pis j'ai commencé à l'arsenal. Pour faire une balle, là c't'une p'tite pièce de... pas en acier... comment c'qu'on appelle ça... en cuivre. Pis là c'est mis sur la die, là, pis là, le punch arrive, pis y descend, y descend, pis y descend pour étirer la pièce de cuivre qui fait la... le moule de la balle. Pis ça, ces moules-là, ça s'en allait soit à Valcartier, ou à Saint-Paul-L'Hermite, pis c'est là qu'y mettaient la poudr' dedans. TRAVAILLER AVEC UN MICROMÈTRE C'est pour connaître l'épaisseur... Si on disait : « Faut qu'tu l'descendes à un cinquième... », là, ben fallait qu'y l'descendent à un cinquième, mais fallait qu'ce soit mesuré ça. Pis, c'est des pièces de précision. L'ouvrage que j'faisais, c'tait juste des femmes. Y avait un homme en charge, par contre. Pis les boss, les grands boss, c'tait des hommes. Pis, mais... Quand on s'est en allé à Saint-Malo, y avait des hommes... c'était des... eux autres, y travaillaient sur des tours, y faisaient les pièces. '44, c'était rendu dans les plus gros moments d'la guerre et puis y commençaient à trouver les camps d'concentration, pis tout' les hommes étaient partis, c'était... Nous autres, les femmes, on avait d'l'ouvrage à faire. On était occupées. Pis c'était plaisant parc'que on était pas poussées dans l'dos, pis, d'temps en temps, l'mécanicien v'nait voir notre ouvrage. Si notre ouvrage était pas à son goût, y nous la faisait r'commencer, pis... Mais comme la mienne était toujours correcte, ben c'est là qui m'a d'mandé d'montrer aux autres à travailler. J'AI EU UNE PROMOTION ! Assistante-contremaîtresse, j'avais à peu près une cinquantaine de personnes à mes charges, pis j'me prom'nais. Si j'voyais qu'y en avait qui avaient pas l'air dans leurs assiettes, j'allais jaser avec eux autres. « Y a-tu quelque chose qui va pas ? » T'sais, des fois, là. Des fois, y avaient pas mangé ou quelque chose. On s'occupait de s'cotiser entre nous autres pour leur donner à manger, ou quoi... Ou encore, les encourager si y avait eu d'la maladie ou d'la mortalité, t'sais, c'était un genre de travail social, là, t'sais. Parc'que y avait la grande contremaîtresse, pis on était deux... deux pour les punchs, deux pour les die. Ça faisait qu'on était cinq contremaîtresses. On avait chacun notr' groupe, pis sur chaque quart c'était comme ça. J'ai commencé douze de l'heure, quinze de l'heure, dix-huit de l'heure, pis quand j'étais contremaîtresse, j'gagnais trente-cinq. Quand j'suis rentrée dans l'armée, j'gagnais trente-cinq.
Description

Cécile Grimard-Masson nous parle des différents emplois qu’elle a occupé à l`Arsenal de Québec.

Cécile Grimard-Masson

Cécile Grimard-Masson est née à Québec le 20 avril 1924. La guerre éclate et elle s’engage à l`Arsenal de Québec où elle fabriquera des munitions. Au départ simple ouvrière, elle deviendra par la suite mécanicienne et assistante contremaîtresse de son département. Parallèlement à son travail, elle s’engagea comme bénévole dans la Women`s Volontary Service. Puis, elle s’enrôla dans le Service féminin de l’Armée canadienne, plus connu sous l’acronyme anglais de Canadian Women’s Army Corps; CWAC. Elle fit son entraînement à Kitchener (Ontario), puis fût mobilisée à Montréal dans une usine d’équipements militaires. Après la guerre, Mme Grimard-Masson quitta l’armée, se maria et eu sept enfants.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada et Témoignages d'honneur
Durée :
3:46
Personne interviewée :
Cécile Grimard-Masson
Guerre ou mission :
Seconde Guerre mondiale
Emplacement géographique :
Canada
Occupation :
Fabrication de munitions
Industrie :
Arsenal de Québec

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :